• Un enfant nous est né ! (Les "fêtes de l'Eternel")

    Je (re)publie ici un article très intéressant sur des points communs entre le "cycle de la grossesse humaine" et ce que l'auteur appelle les "fêtes juives".

    MAIS, il y a une erreur manifeste à propos de "Hanoukka" qui, bien que "fête juive", n'est pas une "fête de l'Eternel".

    Cela n'enlève rien au caractère merveilleux de la conception, de la grossesse et de la naissance, ainsi qu'à son assosiation au rythme des fêtes de l'Eternel, mais demande une forte correction en ce qui concerne l'interprétation finale.

     

    Un enfant nous est né ! (Les "fêtes de l'Eternel")

     

    Récemment, alors que je faisais quelques recherches pour écrire un livre, j'ai découvert avec stupéfaction que les étapes principales du cycle de la grossesse humaine correspondaient exactement à celles des fêtes juives. Peut-être que cet article très particulier servira à illustrer la manière dont les formules divines s'appliquent à tous les aspects de notre existence humaine !

      

    Un enfant nous est né ! (Les "fêtes de l'Eternel")

     

    L'un de mes éditeurs me demanda un jour d'envisager d'écrire un livre sur la naissance d'un bébé, selon une perspective biblique. Ce livre devait pouvoir être offert en cadeau à des couples chrétiens qui attendaient un heureux événement. Cette agréable tâche me conduisit à étudier dans la Bible de nombreux récits fascinants de naissances, à commencer, bien entendu, par la merveilleuse naissance de notre Seigneur. Mais je voulais faire bien plus que célébrer la naissance d'un nouvel être humain. Il existe déjà de nombreux livres qui répondent très bien à ce besoin. Je voulais découvrir si la Bible n'indiquait pas quelque loi spirituelle, ou quelque vérité cachée qui pourrait expliquer de quelle manière Dieu nous avait fait naître. Je voulais savoir si les Ecritures ne détenaient pas quelque secret sur la manière dont Dieu nous avait créés.

     

    Pour m'aider dans mes recherches, j'ai donc contacté le Docteur Margaret Matheson, une amie qui connaissait sa Bible, et une excellente obstétricienne, qui avait fait naître plus de dix mille bébés. J'ai interrogé Margaret sur la naissance en général, sur les étapes de la grossesse, et sur la manière dont le bébé se développe dans le sein de sa mère.

     

    Elle m'apprit que la durée moyenne de la grossesse est de 280 jours, ce qui correspond à la durée totale de toutes les fêtes du calendrier religieux juif. (Nous allons voir que les calendriers religieux, juifs ou autres, s'éloignent toujours de la pensée de l'Eternel). L'année religieuse juive commence exactement le jour de l'équinoxe de printemps, le premier jour du mois de Nisan, à la nouvelle lune du premier mois, qui correspond au premier jour du printemps, le 21 mars.

     

    Je fis alors ma première découverte. Si l'on ajoute 280 jours au 21 mars, on aboutit au 25 décembre. Certes, nous ne savons pas si ce jour correspond au jour de la naissance de notre Seigneur, mais nous savons que cela correspond à la fête juive de la Hanoukka, qui est la Fête de la Dédicace. C'est une fête que le Seigneur Jésus a célébrée (Jean 10 :22). 

    Note JYH: Yeshoua n'a pas "célébré" cette "fête juive"; Jean 10:23 nous dit qu'Il se "promenait dans le Temple"... et qu'Il en a profité pour rappeler aux chefs religieux ce qu'étaient les "Fils d'Elohim" et que "l'Ecriture ne pouvait être abolie" ! (Jean 10:35). Par ailleurs, Yeshoua n'est certainement pas né en décembre mais très probablement à "Souccot" ou "fête des Tabernacles".

     

    Cette découverte me fit penser qu'il devait y avoir quelque chose de très particulier, d'un point de vue biblique, en ce qui concerne la durée de la grossesse. J'ai donc demandé d'autres détails à Margaret. En réalité, c'est la première déclaration de Margaret qui me fit envisager la réalité de tout le système que je vais vous révéler. Quand j'ai demandé à Margaret de me décrire en détail de quelle manière un bébé est conçu et se développe, elle me fit cette première remarque : "Tout commence par l'ovulation, c'est-à-dire l'apparition de l'ovule, le quatorzième jour du premier mois, juste avant la grossesse".

     

    Je n'ai pu m'empêcher de penser à ce verset de Lévitique 23 :5 : "Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel". Il s'agit du début des instructions de l'Eternel concernant la Fête de la Pâque. D'ailleurs, les Juifs mettent toujours un œuf sur la table du repas de la Pâque, pour représenter la vie nouvelle qui leur a été accordée, grâce au sacrifice de l'agneau en Egypte. Il ne s'agit pas d'une disposition biblique, mais l'œuf symbolise la vie nouvelle d'une manière très appropriée. 

    Note JYH: "L'oeuf de Pâque" est un héritage païen que les juifs ont probablement ramené de Babylone après leur exil !... il ne faut donc pas confondre les "traditions d'hommes" et leurs fêtes païennes avec "ce que D.ieu-Elohim dit" car "les Pâques" ne sont pas "la Pâque" et c'est l'occasion de rappeler que "ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l'Esprit est esprit" (Jean 3:6).

     

    J'étais fasciné de découvrir que le quatorzième jour du premier mois avant la grossesse correspondait au quatorzième jour du premier mois des fêtes juives, et que ce jour avait dans les deux cas la même signification : il garantissait la possibilité d'une vie nouvelle ! (Nous distinguerons la "possibilité d'une vie nouvelle" de la "vie éternelle" qui, elle, devrait être associée au "huitième jour" de la "fête de Souccot"... et non pas à une "huitème fête juive" ou autre).

     

    Je commençai alors à penser que toutes les étapes du développement du bébé, tout au long de la grossesse, devaient correspondre au calendrier général des sept fêtes juives. Mais je cachai mon excitation à Margaret. Je ne voulais pas l'inciter à déformer les faits, simplement pour les faire cadrer avec la Bible. J'ai continué à la questionner avec soin. Je savais que la fête suivante, la Fête des pains sans levain, se célébrait dès le lendemain, le quinzième jour du premier mois : "Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l'honneur de l'Eternel" (Lévitique 23 :6).

     

    Je demandai à Margaret à quel moment idéal devait intervenir la fécondation de l'ovule maternel, pour que la grossesse soit assurée. Sa réponse fut très claire et catégorique : "La fécondation doit intervenir dans les vingt-quatre heures de l'ovulation, sinon l'ovule est expulsé". A ce stade, mon excitation grandit encore ! Non seulement les deux étapes initiales importantes de la grossesse intervenaient précisément aux mêmes dates que celles qui étaient indiquées par Dieu pour les deux premières fêtes, mais leurs significations correspondaient également ! L'ovulation correspondait à la Pâque, et la fécondation de l'ovule à la Fête des pains sans levain. Notre Seigneur (la Semence Vivante) a été crucifié lors de la Pâque, et enterré le jour de la Fête des pains sans levain. Son ensevelissement correspond à la mise en terre de la semence. Sa crucifixion de jour de la Pâque nous a donné, à chacun de nous, la possibilité d'entrer dans une vie nouvelle. Son ensevelissement a préparé pour chacun de nous la glorieuse résurrection qui allait suivre ! (Il faudra toutefois distinguer la "nouvelle naissance" de la "résurrection" ainsi que la "fête des Prémices" par rapport à "Souccot et son huitième jour"... donc des "deux résurrections", avant et après le "Millénium").

     

    Je retins presque mon souffle quand j'ai étudié la Fête des Prémices. Je savais que cette troisième fête n'était pas toujours fixée à la même date, car elle devait être célébrée dès "le lendemain du sabbat" qui intervient au cours de la semaine de la Fête des pains sans levain. Selon les années, la Fête des Prémices peut donc tomber dès le lendemain du début de la Fête des pains sans levain, ou une semaine plus tard.

     

    J'ail alors demandé à Margaret de me dire ce qui se passait ensuite d'important, au cours du processus de la grossesse. Elle me dit : "Hé bien, ce n'est pas toujours bien déterminé. L'ovule fertilisé descend le long de la trompe, vers l'utérus, à une vitesse variable. Cela peut donc lui prendre de deux à six jours, avant de "s'implanter" dans la paroi utérine. J'ai beaucoup aimé l'expression qu'elle a utilisée, "s'implanter", parce que cela correspondait bien à la Fête des Prémices, célébrée lors des semailles du printemps. C'était un terme technique qui traduisait bien le fait que la semence se fixait dans la terre. En médecine, on parle "d'implantation" de l'ovule fécondé dans la paroi utérine. Ce terme marque le moment où l'ovule fécondé se niche en sécurité dans l'utérus, et commence sa miraculeuse croissance pour devenir un être humain pleinement formé.

     

    Inutile de dire que Margaret et moi nous étions bientôt plongés dans des piles de livres d'obstétrique et de médecine prénatale et, bien entendu, dans plusieurs versions de la Bible. Elle était très motivée pour m'aider à tirer tout cela au clair. Mais je ne lui avais pas encore révélé ce que je cherchais à confirmer. Je continuai à lui demander de quelle manière l'embryon se développait, sans lui dire que je m'attendais pleinement à ce que ce développement corresponde exactement au déroulement des fêtes juives. (Je rappelle que ce que l'auteur appelle "fêtes juives" devraient être en fait les "fêtes de l'Eternel" et qu'il y en a 7... donc pas "huit" !)

     

    Il est probablement inutile de vous dire aussi que je continuais à retenir mon souffle, espérant que j'allais découvrir quelque chose de nouveau. Après tout, tout était si beau jusque-là ! Il était clair que Dieu avait décrété que la conception de chacun de nous devait correspondre à ces trois premières fêtes majestueuses, qui correspondaient aussi d'une manière admirable à l'œuvre du Seigneur. Mais ce schéma allait-il se poursuivre ? L'étape suivante allait être ardue. Il me semblait que les choses se passaient relativement vite au début de la grossesse. Mais, à présent, le programme des fêtes prévoyait une longue attente jusqu'à la Fête de la Pentecôte.

     

    J'ai demandé prudemment à Margaret quelle était l'étape suivante du développement de l'ovule fécondé. Elle me dit : "A présent, l'embryon va lentement se développer, pendant un temps assez long. Ce développement se fait par étapes, mais il n'y a aucun changement très important, jusqu'au moment où l'embryon devient un fœtus pleinement formé. C'est l'étape suivante la plus importante. Tu peux le constater sur ce schéma".

     

    Elle me tendit son livre de médecine, pour que je puisse regarder une page qui présentait une sorte de calendrier détaillant les premières semaines du développement de l'embryon. Les dessins successifs montraient tout d'abord une sorte de têtard, sur lequel poussaient ensuite comme des nageoires. Ce petit être prenait ensuite la forme d'une sorte de Martien, jusqu'à ce qu'il forme un petit être humain en miniature. A côté de la dernière image, il y avait la mention, très biblique : "Cinquante jours" ! J'ai regardé Margaret, en m'efforçant de cacher mon excitation. Je lui dis : "Est-ce que le cinquantième jour est particulièrement important ?" Elle me répondit : "Eh bien, jusqu'au cinquantième jour, on ne peut réellement dire si l'être qui se forme sera un caneton ou un petit cocker ! Mais, au cinquantième jour, l'embryon prend sa forme humaine et devient un fœtus".

     

    Des passages de l'Ecriture me parcouraient l'esprit. Une expression me semblait la plus appropriée pour décrire ce changement capital qui s'opérait au cinquantième jour, entre un embryon encore informe, et un véritable petit être humain en miniature. Il me semblait qu'il s'agissait d'une "nouvelle créature !" En vérité, c'était bien au jour de la Pentecôte que ces disciples Juifs non régénérés étaient véritablement devenus des nouvelles créatures. Ils sont devenus spirituels ! Ils ont reçu la vie éternelle ! Ils n'étaient plus les mêmes ! (2 Corinthiens 5 :17). Ils allaient pouvoir exprimer une nouvelle vie, qui allait transcender les limitations de leur corps de chair. De même, le fœtus allait bientôt vivre une vie nouvelle hors du sein de sa mère. (Faut-il rappeler qu'un "foetus", bien que vivant, n'est pas encore "né", et que la "nouvelle naissance" n'est pas encore l'éventuelle entrée dans "la vie éternelle" après résurrection ?!)
    Voir: http://jyhamon.eklablog.com/pour-naitre-de-nouveau-il-faut-mourir-a108383178

     

    Margaret me précisa que toutes les étapes de la formation du bébé pouvaient varier quelque peu selon les cas, comme la durée totale de la grossesse pouvait varier d'une mère à l'autre. Le livre de médecine que j'avais consulté avait mesuré les cinquante jours à partir de la fécondation, et non à partir de l'implantation de l'embryon dans le vagin, mais il fallait tenir compte des différences selon les grossesses. Ce qu'il fallait retenir, c'est qu'à partir de la fin de la septième semaine suivant la conception, l'embryon, cet être sans forme humaine bien définie, devenait une créature faite à l'image de Dieu. (MAIS ce qui commence à ce moment-là est long et crucial puisque cela correspondrait à la "sanctification"... "sans laquelle personne ne verra le Seigneur", Héb 12:14 !)

     

    Je demandai ensuite à Margaret ce qui se passait le premier jour du septième mois. J'espérais qu'il n'y aurait aucune étape importante tout au long de cette période qui correspondait aux longs mois d'été, dans le programme des fêtes. Elle me confirma que c'était bien le cas. Tout se passait comme si le fœtus, une fois qu'il avait commencé sa croissance pour devenir un être humain pleinement formé, se développait tranquillement, sans aucun événement particulier. Je comprenais à présent que le bébé s'était formé très tôt, et se contentait à présent de prendre du poids et des forces (Et pourtant !... c'est la période où nous sommes nourris par le Rouah Hakodesh-Esprit Saint pour arriver à la "parfaite stature de Christ" dans le cadre de la "sanctification", Eph 4:13 !... et ce n'est pas une partie de plaisir). Il y avait, bien entendu, une série de petits perfectionnements réalisés par le Créateur. Je fus ravi de constater que l'un de ces perfectionnements coïncidait exactement avec l'époque de la fête suivante. Ce perfectionnement se produisait juste au début du septième mois. Il s'agissait de la formation de l'ouïe du bébé. Les livres de médecine de Margaret, dont son principal livre d'obstétrique, déclaraient que c'était le moment du plein développement de l'ouïe du bébé. C'est le premier jour du septième mois que le bébé peut reconnaître clairement et distinguer les sons. Pour lui, par exemple, une trompette était bien une trompette ! Si le Seigneur descendait à ce moment-là du Ciel, au son de la trompette de Dieu, le bébé pourrait l'entendre ! 

    Note JYH: Personnellement, je préférerais que cela corresponde au moment où seuls les "élus" entendent les shoffars lors de l'accomplissement de la "fête" du même nom... pour être "portés sur les ailes du grand aigle" afin d'être "nourris et préservés" pendant la période de "grande tribulation" (Apoc 12:14). 

     

    Je voulais à présent savoir ce qui se passait au niveau du sang du bébé, car le sang devait représenter la sixième fête juive, le Jour des Expiations. C'était le Jour par excellence du sacrifice de sang. Je demandai à Margaret s'il se passait quelque chose de particulier dans le développement du bébé, plus exactement le dixième jour du septième mois. Je veillais encore soigneusement à ne pas encore lui révéler ce que je cherchais. Si Margaret m'avait dit : "C'est le jour où les articulations du coude sont achevées", je pense que tout mon système se serait écroulé. Mais j'étais très confiant, car, jusque-là, toutes les étapes correspondaient. Mon amie obstétricienne n'allait pas me laisser tomber maintenant !

     

    En citant son livre de médecine, et en se concentrant fortement, Margaret me dit que le changement le plus important, à ce stade de la grossesse, concernait le sang ! C'est le sang du bébé qui transporte l'oxygène de la mère dans tout l'organisme du bébé. Mais il fallait à présent que le sang du fœtus passe par un changement important, pour qu'il puisse transporter l'oxygène que le bébé allait inspirer lui-même à la naissance. Techniquement, c'est l'hémoglobine du sang qui devait être transformé, pour permettre au fœtus d'utiliser l'oxygène qu'il allait bientôt lui-même respirer. Dans le sein de sa mère, le fœtus ne respire pas, mais il dépend de l'oxygène que lui transmet sa mère. Naturellement, ce système doit être modifié avant la naissance. Selon les livres de Margaret, ce changement intervient au cours de la seconde semaine du septième mois, et, plus précisément, le dixième jour du septième mois !

     

    Je pensai aussitôt : "Le sang devient acceptable !" Il est écrit dans Lévitique 17 :11 : "Je vous l'ai donné (le sang) sur l'autel, afin qu'il serve d'expiation pour vos âmes". C'est Dieu qui parle. En vérité, chaque Israélite devait présenter le sang au Seigneur, par l'intermédiaire du souverain sacrificateur d'Israël, le Jour des Expiations. Si ce sang était acceptable, il transmettait la vie ! De même, pour le fœtus, quand son sang a subi cette transformation, une vie autonome devient possible. Bien entendu, ce fœtus n'est pas encore parvenu à terme. Il reste encore une dernière fête. Mais, à ce stade de ma recherche, j'étais complètement persuadé que Margaret m'annoncerait quelque chose qui correspondrait parfaitement à cette fête. (Il faudrait ici un long développement à propos des "vendanges" et du "vendangeur" -Apoc 14:18,19- car ce "sang" est plutôt celui des martyrs de la grande tribulation: Apoc 7:9-14 !)

     

    Je lui ai demandé ce qui se passait au quinzième jour du septième mois. Elle reconnut immédiatement cette date comme celle du début de la possibilité d'un accouchement sans danger grave. "Vois-tu, me dit-elle, c'est le moment où les poumons du fœtus sont pleinement développés. Dès que leurs petits poumons peuvent pleinement fonctionner, nous pouvons considérer qu'un accouchement, même prématuré, sera sans danger grave pour le bébé. Si le bébé devait naître avant que ses poumons soient pleinement formés, je crois qu'il n'aurait que très peu de chances de survivre. Mais, à partir du quinzième jour du septième mois, un bébé normal possède deux poumons pleinement formés. S'il devait naître à partir de ce moment-là, il pourrait respirer et vivre". (Il reste effectivement une possibilité de "salut" ou "vie" pour ceux qui "vaincront à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage", Apoc 12:11, mais aussi une possibilité d'être "mort-né" !)

     

    Je pensai donc à la Fête des Tabernacles. Le "tabernacle" est l'habitation de l'Esprit de Dieu (NOTA: Apoc 15:5 nous dit que "le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel"... mais c'est pour donner aux "sept anges les 7 fléaux" de la colère d'Elohim, verset 6 et 7 !). Dans la Bible, le mot traduit par "esprit" se traduit aussi par "air". Dieu n'avait-Il pas soufflé dans les narines d'Adam un "souffle de vie" ? Christ n'avait-Il pas soufflé sur Ses disciples pour qu'ils reçoivent le Saint-Esprit ? Dans Ezéchiel 37, dans la vision des ossements desséchés, le prophète voit Dieu faire repousser de la chair, des nerfs et de la peau sur ces ossements. Puis Dieu commande à Ezéchiel de prophétiser : "Il me dit : Prophétise, et parle à l'esprit ! prophétise, fils de l'homme, et dis à l'esprit : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu'ils revivent ! Je prophétisai, selon l'ordre qu'il m'avait donné. Et l'esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds : c'était une armée nombreuse, très nombreuse" (Ezéchiel 37 :9-10). 

    Note JYH: Quand on lit bien ces prophéties d'Ezéchiel, elles concernent "l'alliance nouvelle" entre les "deux Maisons", Israël et Juda, que l'on retrouve en Jérémie 31:31 et Héb 8:8, puisque Ezéchiel parle à "la Maison d'Israël", celle qui s'est égarée dans les "religions" et les "faux dieux" depuis Jéroboam et ses "nouvelles fêtes" et "nouveaux prêtres" (1 Rois 12:32) ! (Voir plus bas la "Conclusion").
    Voir: http://jyhamon.eklablog.com/jeroboam-inventeur-du-christianisme-moderne-a83323798

     

    La Fête des Tabernacles est la fin de la route, la dernière des sept fêtes instituées par le Seigneur sur le Mont Sinaï. C'est la fin du plan de Dieu et le commencement du Royaume (C'est la "fin du plan de D.ieu" seulement pour l'entrée dans le "septième jour ou septième millénaire" et donc pour le règne terrestre du Mashiah avec Ses élus... car à la fin de la fête des Tabernacles, il y a un dernier "grand jour" ou "huitième jour" -Lévitique 23:30- qui correspond à celui de "l'entrée dans l'éternité" après la deuxième résurrection et le "Jugement du grand trône blanc", Apoc 20:12 et Mat 25:32-46) . Mais ce n'était pas encore la fin de tout le cycle, même si on pouvait considérer que chacune des Fêtes de l'Eternel représentait la naissance de chacun de nous (Ce n'est que partiellement vrai puisqu'il faut envisager en fait l'évolution de l'ensemble de "l'Epouse" et même plus). Il fallait encore accomplir complètement cette période de 280 jours qui aboutissait au terme normal de la grossesse, à la naissance. (... et c'est là que ça pose un vrai problème !... car nous ne sommes pas obligés de "naître", dans tous les sens du terme, à "Hanoukka", fête "juive", ou à "Noël", fête "chrétienne", pas plus que Yeshoua !)

     

    J'avais à ce stade une telle confiance en la logique de la Bible que je repris mon calendrier juif pour étudier la signification d'une huitième fête, celle de la Hanoukka, ou de la Dédicace du Temple. Cette fête n'avait pas été instituée par Dieu sur le Mont Sinaï, mais elle avait été prophétisée par Daniel (Daniel 8 :9-14). Elle fut instituée en 165 avant Jésus-Christ, lors de la dédicace du Temple. La Fête de la Hanoukka nous parle de la lumière qui devait éternellement briller dans le Temple (comme dans toute synagogue aujourd'hui). Dieu avait accompli un grand miracle à cette occasion. Antiochus Epiphane avait profané le Temple. Il était entré dans le Lieu Très Saint, et avait sacrifié une truie sur l'autel. Il avait été chassé par les Maccabées. Ceux-ci n'avaient retrouvé dans le Temple qu'un seul flacon de la précieuse huile qui alimentait le chandelier. Cela ne représentait qu'un seul jour de réserve d'huile. C'était peu, pour une flamme éternelle. Toutefois, Dieu accomplit un grand miracle en réponse à leurs prières. Cette huile permit d'alimenter le chandelier pendant huit jours, ce qui laissa le temps d'en fabriquer de la nouvelle. (Ceci n'existe que dans le livre apocryphe des Maccabées... ce qui rend service seulement à la tradition rabbinique et au christianisme romain !)

     

    La Fête de la Hanoukka se passe à une époque de l'année qui correspond exactement à la période de la naissance, dans le calendrier des 280 jours de la grossesse, soit 280 jours après le début de la première fête du calendrier juif ! Pendant que j'étudiais le calendrier juif, je vis que ces 280 jours représentaient exactement dix de ces mystérieux cycles de 28 jours du calendrier lunaire, un système qui correspond mieux à la manière dont Dieu a planifié les choses que notre estimation occidentale des neuf mois de grossesse. De toutes manières, les huit jours de la Fête de la Hanoukka permettaient de tenir compte même des naissances qui ne se produisaient pas exactement au 280e jour, pour la plupart d'entre elles. En outre, cette fête supplémentaire ajoutaient un grand symbole à tout l'ensemble de ces correspondances. Au-delà de la Fête des Tabernacles, au-delà du Royaume, nous avons l'éternité avec Dieu. Nous serons alors dans la plénitude de la lumière éternelle. (On voit donc ici comment il est possible d'entrer dans la confusion et une "fausse lumière" qui unirait des juifs et des "chrétiens" dans une fête de "Hannoukka-Noël" ! Nous sommes là dans le domaine de "l'anti-Messie" !)

     

    Je vous ai présenté toutes ces conclusions exactement comme je les ai découvertes, à la suite des recherches que nous avons faites avec mon amie l'obstétricienne. Je n'ai pas tenté d'établir des tableaux médicaux précis, ni des calendriers techniques. J'espère que d'autres esprits plus scientifiques pourront le faire à ma place. Mais je ne pense pas qu'ils puissent me contredire, puisqu'il s'agit de la Parole de Dieu (Non !... il y a des "ajouts" !). C'est d'ailleurs la chose la plus importante concernant cette découverte intéressante. Elle nous montre que la Bible n'est pas un simple recueil de poésies, ni un livre de mythologie. Nous n'avons pas besoin de rougir de ce que nous découvrons dans la Bible, en affirmant que c'est simplement ce que nous croyons. J'ai regardé avec un grand respect ce que mon amie faisait, lorsqu'elle a elle-même recopié soigneusement les dates des fêtes de l'Eternel dans ses propres livres d'obstétrique. Elle pourra ainsi suivre plus soigneusement ses futures patientes ! Je me suis rendu compte qu'elle croyait fermement à certaines choses qu'elle n'avait pas pleinement comprises, au cours de toutes ces années où elle avait suivi tant de femmes enceintes. (Beaucoup vont effectivement croire ce qu'on leur dit plutôt que "ce qui est réellement dit et écrit" !)

     

    Je compris aussi que ce que Dieu avait révélé sur le Mont Sinaï était toujours valable aujourd'hui, même sur un plan scientifique. Bien plus, je compris que chacun de nous avait parfaitement accompli ces sept fêtes, d'une manière unique, avant même de venir au monde ! ( Ceux qui ont été "prédestinés" ou "connus d'avance" et "avant la fondation du monde" ne sont pas nécessairement ceux qui pensent l'être. Rom 8:29, Eph 1:4, 1 Pierre 1:20) Il est certain pour moi que nous nous sommes tous développés avant la naissance en suivant le rythme des fêtes juives, comme nous l'avons vu dans cet article.... où il y a justement confusion entre "fêtes juives" et "Fêtes de l'Eternel" et par conséquent confusion aussi avec "fêtes pagano-chrétiennes" ! 

     

    La théorie de l'évolution prétend que le développement de l'embryon et du fœtus reprennent les étapes de l'évolution de l'être humain, depuis de lointaines espèces animales, desquelles nous serions issus, pour aboutir à l'espèce humaine. Mais Margaret m'a clairement affirmé que la référence aux fêtes de l'Eternel était bien meilleure, alors que la théorie de l'évolution ne l'avait jamais satisfaite, sur un plan strictement scientifique. Nous voyons plutôt que le Créateur, dans Son efficacité parfaite, a utilisé certaines structures similaires dans différents organismes. Mais Il avait réservé à Son chef-d'œuvre, l'homme, la correspondance entre le magnifique calendrier de Ses fêtes et celui de la grossesse. Le développement et l'assemblage des divers systèmes qui composent chacune des créatures divines avaient donc une valeur prophétique. Que nous connaissions l'existence de ces fêtes ou non, chacun de nous les a toutes accomplies ! (Hélas non !... du strict point de vue prophétique, il reste trois fêtes à "acccomplir" !)

     

    Finalement, d'une manière cosmique grandiose, nous sommes en train d'assister à la naissance de Jésus en tant que Roi. Nous L'avons vu naître sur la terre en tant qu'Agneau de Dieu. Son existence terrestre s'est rapidement éteinte, mais non sans qu'Il ait accompli Son œuvre grandiose. De même, d'une manière encore plus grandiose, nous allons bientôt Le voir revenir en tant que Roi, lorsque la grande Fête des Tabernacles viendra pour toute l'Eglise. Jusqu'à présent, nous avons vu le Seigneur passer progressivement de la Pâque à la Fête des Pains sans levain, puis à celle des Prémices, et à celle de la Pentecôte. Nous Le verrons bientôt, et c'est notre prière, lors de la célébration de la Fête des Trompettes, et nous reviendrons avec Lui le Jour des Expiations. Mais pour que le cycle de Sa naissance soit complet, si nous pouvons employer cette expression, nous devons Le voir couronné comme le Roi de Justice de toute la création, lors de la grande Fête finale des Tabernacles. Chacun de nous commencera alors avec Lui cette vie magnifique que Dieu nous a promise. Notre Seigneur entrera alors pleinement dans le règne qu'Il a si patiemment préparé, tout le temps où nous avons travaillé dans Son champ. 

    Note JYH: C'est ici qu'il faut rappeler, par exemple, 1 Cor 15:27,28... "Elohim, en effet, a tout mis sous Ses pieds. Mais lorsqu'Il dit que tout Lui a été soumis, il est évident que Celui qui Lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses Lui auront été soumises, alors le Fils Lui-même sera soumis à Celui qui Lui a soumis toutes choses, afin que Elohim soit tout en tous"...

    ... et que celui qui peut entendre entende et comprenne !

     

     

    J'étais certain que tout ce que j'avais découvert allait faire un magnifique livre. Mais j'ai été très surpris de voir mon éditeur le refuser. J'avais passé beaucoup de temps à terminer mon manuscrit et à le mettre en forme finale. Mais l'intérêt de mon éditeur s'était porté ailleurs. J'ai présenté mon livre à un second, puis à un troisième éditeur, sans résultat. J'étais perplexe ! Je me demandais pour quelle raison Dieu me fermait les portes, alors que j'avais reçu une telle révélation ! (C'est tout simplement parce que cette "révélation" n'était pas juste !)Je conclus finalement qu'il ne me restait plus qu'à écrire un petit fascicule sur ce que j'avais découvert, en le publiant à mes frais. Toutefois, l'année (en cours) s'était écoulée sans que je m'attelle à la tâche. Je continuais à sentir que Dieu me poussait à agir. Pourtant, cette année-là était l'une de ces années parfaites, où notre fête de Noël tombe en même temps que la Fête de la Hanoukka ! (Quel piège !) Ne serait-ce pas une année idéale pour écrire cet ouvrage ?

     

    Pourtant, je continuais à hésiter, tel Gédéon, semblant attendre encore un signe. Finalement, Dieu m'a donné ce signe, dans la manière typiquement appropriée qui est la Sienne ! Ma femme devint enceinte ! La volonté de Dieu est la volonté de Dieu ! Je me suis donc mis à écrire ! Dieu voulant, le petit bébé Levitt viendra au monde en février (prochain). Si je prononçais ces paroles tout près du ventre de sa mère, sa demeure tranquille, bébé serait en mesure de les entendre. Je le sais, car il vient juste de passer sa Fête des Trompettes ! La semaine prochaine, Dieu va modifier le sang de mon bébé, pour le rendre "acceptable". Une semaine plus tard, le Seigneur formera en lui ses poumons, qui deviendront les tabernacles de Son Esprit. (Cela s'appelle hélas "tomber dans la religiosité" !)

     

    Puissions-nous tous entendre la voix de notre Père, à mesure qu'Il nous révèle les choses qui sont dans Sa Parole ! (Effectivement !)

     

    Correspondances entre les étapes principales de la grossesse et le calendrier des fêtes juives :

     

    Fête juive Période des fêtes Signification Etape de la grossesse 

      

    1. Pâque 14e jour du 1r mois Vie nouvelle Ovulation

     

    2. Pains sans Levain 15e jour du 1r mois Semence Fécondation

     

    3. Prémices 16e au 22e jour du 1r mois Résurrection Implantation dans l'utérus

     

    4. Pentecôte 50e jour après 3. Moisson Achèvement du fœtus

     

    5. Trompettes 1r jour du 7e mois Enlèvement Formation de l'ouïe

     

    6. Expiations 10e jour du 7e mois Rédemption Transformation du sang

     

    7. Tabernacles 15e jour du 7e mois Royaume Formation des poumons

     

    8. Hanoukka env. 280 jours après 1. Eternité Vie éternelle ... mais il n'existe pas de "huitième fête de l'Eternel" et c'est là un piège pour esprits religieux, qu'ils soient d'origine juive rabbinique ou chrétienne romaine (pléonasme).

     

     

    Article de Zola Levitt.

      

    L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet :

     

     http://www.mychristiandepot.com/sites/nyknak/childborn.html 

     

    Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale.

     

    Conclusion:

    Comme déjà dit plus haut, "ce qui est né de la chair est chair et ce qui est né de l'Esprit est esprit" (Jean 3:6).

    Ce qui est charnel en nous essaiera toujours d'interpréter charnellement les "Ecritures", même si cela "ressemble" à "ce qui est écrit".

    Nous sommes dans les derniers temps et même en quelque sorte à "la fin des derniers temps", or, c'est le moment où celui qui avait dit au jardin d'Eden "Elohim a-t-Il réeellement dit", se démène plus que jamais pour tromper ceux qui cherchent la Vérité.

    Ce qui est "charnel" est toujours "religieux" et l'on constate qu'il est facile de partir d'un bon sujet pour en tirer de fausses conclusions. En effet, si les "fêtes de l'Eternel" sont évidemment bibliques et doivent toutes être "accomplies", il ne faut pas d'une part les confondre avec des "fêtes juives" en en rajoutant une, et d'autre part leur faire dire ce qu'elles ne disent pas.

    J'ai mentionné Jéroboam, "roi d'Israël" (royaume du nord), et la création de "nouvelles fêtes" en 1 Rois 12:32, or il se trouve que ce roi a en fait déplacé la fête de Souccot qui commençait au "15ème jour du septième mois" (Lévitique 23:34) pour la célébrer au "15ème jour du HUITIEME mois" !

    C'est ainsi que procèdent tous les "religieux", que ce soit des juifs rabbiniques avec une "huitième fête" à Hanoukka, ou des chrétiens romains avec une Nième fête à "Noël".

    On notera que Jéroboam avait également nommé de "nouveaux prêtres" (ou sacrificateurs), donc de "nouveaux oints", donc de "nouveaux christ(s)" !... ce qui n'est pas une mince affaire puisque cela fait de lui "l'inventeur du christianisme" tel qu'il est encore pratiqué aujourd'hui avec ses "curés et pasteurs" pour leurs "nouvelles fêtes" !... à commencer par leur "dimanche païen".

    Ce ne sont pas de "petits détails" de dates ou de titres pour les fonctions religieuses, mais bel et bien une "grande apostasie" qui peut pousser tous ces religieux à s'entendre "oeucuméniquement", y compris avec des juifs trompés, sur une équivalence entre Hanoukka et Noël, une équivalence entre prêtres, pasteurs et rabbins, une équivalence entre "Dieu" et "Baal" !

    Déjà, on voit des juifs se convertir au "christianisme trinitarien" ou des "chrétiens" se convertir au "judaïsme rabbinique" sinon aux "7 lois Noachiques" !

    C'est hélas de cette confusion entretenue que "naîtra" l'antichrist, "l'anti-Messie" !

    "Alors Elie s'approcha de tout le peuple et dit: jusqu'à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si YHWH est votre Elohim, allez après Lui; si c'est Baal, allez après lui ! Le peuple ne lui répondit rien". (1 Rois 18:21)

     

    JYH 

    23/10/2012
    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)


     

     

    « Faire des disciples : recadrage... Animaux purs et impurs (Régime biblique) ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    AMIE D ISRAEL
    Lundi 22 Octobre 2012 à 13:47

    C EST un tres beau texte que j'ai dejà eu en ma possession, mais signe d'un auteur different!  IL faudrait que je le retrouve dans mes papiers classes. merci pour ce texte, tendre cela me change de tes "coups de g..." j'apprecie vivi

    2
    Mardi 23 Octobre 2012 à 21:38

    Moi aussi, je l'avais déjà eu entre les mains... mais depuis, j'ai beaucoup appris ! 

    3
    flore3
    Jeudi 25 Octobre 2012 à 04:36

    Merci Jean Yves pour le travail que tu es en train de faire pour aider les brebis du Seigneur . En effet, cet article est un  piége !  Quel dommage !

    Shalom !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter