• Le bestiaire de la Bible - La prophétie des animaux



    L'article suivant prouve longuement et en détail ce qui a déjà été proposé ailleurs sur la véracité des Commandements de Elohim à propos du "pur et de l'impur" pour "ce qui se mange... et se médite" (Lév 11).
    Chaque animal a des caractéristiques physiques et même spirituelles au point que "nous sommes vraiment ce que nous mangeons", y compris selon les doctrines "pures ou impures" que nous "avalons" !
    Cet article, comme d'autres, est par ailleurs issu de la nébuleuse "juive messianique" dont on peut se demander parfois si elle est "juive pagano-chrétienne" ou si elle est "christiano-talmudique"... avec beaucoup de variantes possibles.
    Il était donc important d'y apporter des
     corrections et ajouts tout en supprimant ce qui était superflu ou confus. 
    Ont ainsi été supprimées ou modifiées les mentions, allusions et références aux Talmud(s) avec noms de Ravs-Rabbins qui ignorent Matthieu 23:8 comme l'auteur qui les cite, ainsi que les élucubrations pentecôto-évangéliques, de même que les "faux sages d'Israël" ont été exclus au bénéfice des vrais sages du véritable "Israël de Elohim".
    Enfin, le mot "Dieu" a été remplacé par "Elohim", "le éternel" par "YHWH" et "Djizeus-christos" par Yeshoua ha Mashiah pour les bonnes raisons que l'on sait.
    Bonne lecture et bonne réflexion.





    Le Bestiaire de la bibleLa prophétie des animaux


    Qu'est-ce qui distingue l'homme de l'animal ? La parole de Elohim répond à cette question !
    Deutéronome 30:19 "J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité…"
    Ce qui distingue l’homme de l’animal c’est sa capacité spirituelle de contrôler ses émotions et ses pulsions naturelles. En effet, seul l’homme peut choisir de ne pas manger quand il a faim, de ne pas assaillir quand il a peur, de ne pas reculer devant une épreuve et enfin de s’interdire à lui-même pour raison morale, et sans contrainte extérieure, certaines pratiques ou aliments qui pourraient lui être agréables ; Comme s’interdire de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, non par contrainte ou soumission, mais par respect et amour de Elohim ! Le contraire d’une bonne politique, telle que trop nombreux la conçoivent… Ce qui revient à déclarer ceci : « L’homme qui ne s’interdit rien en refusant toute loi autre que celle qu’il se donne à lui-même, est proche de l’animalité et du serpent » Lequel serpent louvoyant sur son ventre, au ras du sol, évoque le contournement charnel de tous les obstacles et devient par ce comportement distinctif, le symbole de la chair et du péché.

    C'est pourquoi les animaux reflètent souvent une part de nous-mêmes. 

    Dans l’antiquité et dans le monde rurale, hommes et animaux partageaient la même vie, proches les uns des autres, ce qui représentait une source d’observation des comportements de l'animal utile à l’homme. C’est pourquoi de l’agneau à la tortue en passant par le serpent, le Léviathan ou la biche, la Bible évoque une multitude d’animaux, qui représentent pour tous les lecteurs attentifs à la lumière de l'Esprit Saint, de discrets avertissements, riches d’enseignements sur la nature humaine, les comportements comparés, et sur l’intelligence de la symbolique bibliques indispensable à la compréhension du texte.

    1 Corinthiens 15 : 39 "Toute chair n'est pas la même chair; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons."

    Elohim dit à Job - Job 12:7 "Interroge les bêtes, elles t'instruiront, Les oiseaux du ciel, ils te l'apprendront… "

    Note JYH: Rappelons que Noah (Noé) a fait entrer dans l'Arche sept couples d'animaux "purs" et seulement une paire d'animaux "impurs".
    (Gen 7:2,3)


    Le bestiaire de la Bible - La prophétie des animaux

     


    Parler de l'animal revient à parler de l'Homme




    Les mammifères quadrupèdes purs 


    Lévitique
    11:3 "Vous mangerez de tout animal qui a la corne fendue, le pied fourchu, et qui rumine." 
    Deutéronome 14:4 "et Voici les animaux que vous mangerez : le boeuf, la brebis et la chèvre; le cerf, la gazelle et le daim ; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe.


    - Agneau 

    En hébreu « Seh » (Genèse 22:7) Agneau, petit bétail, ou « keseb » (Exode 12:5) il s’agit d’un agneau ou d’une jeune chevreau avec une signification messianique et un symbole du péché d’idolâtrie.

    1) Un symbole du péché d’idolâtrie : Il faut savoir qu’en Egypte ancienne le dieu Khnoum, était représenté par un corps d’homme surmonté d’une tête de bélier. L’agneau était dans l’Egypte pharaonique un être mi-animal mi-dieu représentant le dieu Khnoum qui contrôlait les crues du Nil. Aussi sacrifier un agneau à cette époque, sans intervention et autorisation des prêtres égyptiens était passible de la peine de mort.
    C’est précisément ce qui a été accompli par les hébreux par obéissance à Elohim. Ce geste de foi des hébreux se révèle également comme un geste de rébellion contre l’idolâtrie égyptienne. Une rébellion complète et assumée puisqu’ils ont mis le sang de l’agneau sur les portes de leurs maisons, affichant ainsi leur révolte et prenant par là même, le risque d’une mort certaine si Elohim n’intervenait pas.
    La confiance en l’intervention de Elohim était le préliminaire indispensable de leur délivrance ! Confiance récompensée par Elohim, lorsque le sang de l’agneau répandu sur les portes des Hébreux, les protégea de la pestilence qui frappa tous les premiers-nés du pays d'Égypte (Exode 12 :21 à 27).

    Une signification messianique : Yéshoua ha Mashiah, qui est l'agneau de Elohim a été crucifié et est mort sur la croix comme sur les linteaux d’une porte. C’est pourquoi il est écrit « qu’Il a été fait péché pour nous » (2 Cor 5:21). Yeshoua l’agneau de Elohim représente par sa propre mort, la mort de l’idolâtrie et la mort du péché... si du moins nous marchons "comme Il a Lui-même marché". Dans ces deux images nous avons ainsi le seul moyen pour être sauvé : Choisir par confiance en Elohim de se placer "sous le sang de l’Agneau"*, en se posant en opposition avec les valeurs du monde séculier et en choisissant de suivre Yeshoua comme son Seigneur et donc de suivre la Torah. Puissant acte de foi qui ouvre les cieux vers la vie éternelle, mais qui a pour conséquences en ce bas monde, d’être maltraité et parfois mis à mort. 
    * JYH: Formule magique à éviter si on veut comprendre le "nouveau sacerdoce" avec Torah maintenue. "Croire EN" n'est pas "croire à" et nous devons "marcher comme Il a marché Lui-même" (1 Jean 2:6).

    2) L’agneau, est la figure d’un être sans défense et dépendant d’autrui (Esaïe 11 : 6). C’est un modèle de douceur d'innocence et de docilité, l'agneau c’est la fragilité et la victime sacrificielle par excellence.

    3) L’agneau devient ainsi la figure de ceux qui appartiennent au troupeau de Elohim (Esaïe 40 :11). Esaïe 53:7 fait allusion prophétiquement au Rédempteur souffrant (l’Agneau de Elohim) : « Il a été opprimé et affligé, et il n’a pas ouvert sa bouche. Il a été amené comme un agneau à la boucherie. » Yeshoua (Jean 1 :29) fut crucifié au moment même où l'on immolait l'agneau pascal. Mashiah « l'agneau de Elohim » (Actes 8 :32 reprenant Isaïe 53 :7) scelle par son sang, l'Alliance renouvelée entre Elohim et les hommes.
    Cet agneau, apparemment si petit et si faible, autrefois immolé, occupe désormais la place de la puissance et de la gloire suprêmes. Les sept cornes et les sept yeux d’Apocalypse 5: 6 nous parlent de sa puissance et de son parfait discernement.

    4) En Apocalypse 13:11, l’une des 28 mentions du mot « agneau » se rapporte cette fois au futur adversaire du Mashiah, soit l’Antéchrist (ou plutôt "anti-Messie). (Qui sera « comme ou semblable à un agneau ») il est dit de cet homme de péché, qu’il est le fils de perdition. Prenons garde de ne pas prendre les loups pour des agneaux !

    5) Une belle image : Agnelle ou jeune brebis nubile se dit « Rachel » en hébreu. Or, si Jacob est le père du peuple d’Israël, son épouse Rachel est considérée comme la "mère d’Israël" (tradition rabbinique non justifiable scripturairement). Confirmé par Jérémie 31:15 et Matthieu 2:18.
    "On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus".
    Note JYH: Rappelons quand même que les "enfants de Rachel" sont Joseph et Benjamin (c'est tout), que les versets suivants parlent d'Ephraïm (fils de Joseph) et que l'ensemble du chapitre (comme d'autres) parle de la future transformation du "Jacob" (terrestre) en "tout Israël" (spirituel)... après de terribles épreuves et le "deuil". 
    Voici l’image symbolique : Yéshoua ha Mashiah, l'agneau de Elohim est venu au monde dans le peuple d’Israël de Juda dont la maman est une brebis (?? Non, c'est Léa qui est mère de Juda et on retrouve ici l'habituelle confusion rabbinique et politico-religieuse entre Juda et Israël ainsi qu'entre "Israël" et le mal nommé "Etat d'Israël")*. Il est donc l’Agneau de Elohim, fils de la brebis, né dans une bergerie et déposé dans une mangeoire, puis immolé en holocauste pour le péché d’un monde de boucs qu’il régénérera en agneaux.
    Jean 21:15 "Yéshoua lui dit : Pais (pâturez) mes agneaux."
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/l-etat-d-israel-est-il-l-israel-de-elohim-1ere-partie-nouvelle-version-a117302204 
    Aimons les juifs autant que les autres peuples et autres religieux en leur disant la "Vérité" !


    - Bélier
      

    « ayil » en hébreu qui se traduit par bélier, mais aussi par « poteaux, vaillant » etc...
    Genèse 15:9 "Et l'Eternel lui dit : Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe." C’est un mouton mâle adulte et une image de la force. Il est mentionné plusieurs fois comme sacrifice (Genèse 15 :9 ; 22 : 13 ; Lévitique 5 :15 ; 16 :3 ; Nombres 6 :17).

    1) C’est un bélier qu'Abraham offrit à la place d'Isaac (Genèse 22 :13).

    2) Le bélier a joué un rôle particulier lors de la consécration du souverain sacrificateur Aaron et de ses fils (Exode 29 ; Lévitique 8) En plus d’un jeune taureau comme sacrifice du péché, deux béliers devaient être offerts, un bélier comme holocauste, l’autre comme « bélier de consécration »
    (Exode 29 : 19 à 35).

    3) Le Bélier, symbole des rois en général (Ésaïe 14 : 9 ; Zacharie 10 :3 dans l'hébreu) et du roi de Perse en particulier. Dans la vision de Daniel, le royaume médo-perse est symbolisé par un bélier à deux cornes. Ces deux cornes représentent les Mèdes qui furent les plus puissants puis les Perses prirent l’ascendant sur eux. Ces deux peuples restèrent unis pour former une double puissance. (Voir le bouc)

    4) Le bélier évoque l'attaque brutale, qui a donné son nom à l’instrument qui sert à défoncer les portes. 


    - Bœuf (taureau castré)

    En hébreu « shore » alors que pour un taureau entier c’est le mot « Par » Mais le mot « shore » désignait également un jeune taurillon non pubère et non castré. Aussi lorsque le mot « shore » traduit par bœuf, est employé au sujet d’un sacrifice, il faut comprendre « un jeune taurillon non castré » car une bête mutilée ne pouvait être offerte en sacrifice (Lévitique 22 :23 et 24 ; 1Rois 19 :21.
    La preuve : Lévitique 22 : "Vous n'offrirez point à YHWH un animal dont les testicules ont été froissés, écrasés, arrachés ou coupés; vous ne l'offrirez point en sacrifice dans votre pays. (Deutéronome 17:1)

    1) Le Bœuf (Taureau castré) Attelé à la charrue est le symbole du travail, de la continuité dans l’effort et donc un symbole de richesse. (Proverbes 14 : 4) Le bœuf est l’image de la force placide et domestiquée.
    L’important dans le symbolisme du bœuf, c’est le fait que c’est un animal castré, donc asexué, qui échappe aux instincts de lutte, de reproduction et aux générations.

    2) En Deutéronome 25 : 4, il est dit: «Tu n’emmuseleras pas le bœuf, pendant qu’il foule le grain ». (1 Corinthiens 9 : 9 et 1 Timothée 5 :18) appliquent ce passage aux serviteurs du Seigneur, qui peuvent légitimement s’attendre à une récompense pour leurs bonnes œuvres et travaux (Galates 6 : 6).


    - Brebis, Hébreu « tsone », Jeune Brebis « kibsah » ainsi que les chèvres, forment le petit bétail, source de lait, de laine et de viande.

    1) Selon la loi de Moïse les agneaux et les brebis étaient les animaux le plus fréquemment employés pour les sacrifices qui servaient à rappeler l’horreur des péchés aux yeux de Elohim.
    Lorsqu’on parle de mouton offert en sacrifice, il s’agit toujours de brebis, bélier de chevreau, d’agneaux ou autres animaux, sans aucun défaut corporel et entier, c’est-à-dire en état de se reproduire. Les sacrifices étaient des figures du Seul sacrifice expiatoire de Yeshoua Ha Mashiah.
    Par son sacrifice accompli une fois pour toutes sur la croix afin de changer l'ancien sacerdoce lévitique en "nouveau sacerdoce parfait", le Seigneur Yeshoua a rendu parfait et à perpétuité a donné la possibilité à ceux qui sont appelés d'être sanctifiés par "la foi", c'est à dire par "l'adhérence à Elohim et à Sa Torah EN Yéshoua", et donc de "croire pour obéir".

    2) Les brebis qui portent des agneaux sont un signe de bénédiction (Deutéronome 7 :13).

    3) La nature tranquille, l’incapacité de se défendre et l’instinct grégaire de la brebis sont les raisons pour lesquelles, aussi bien dans l’Ancienne Alliance première (et "perpétuelle") que dans le Nouveau Testament, l'Alliance renouvelée en Yéshoua, elle est l’image du croyant et les troupeaux sont une figure du peuple de Elohim.

    4) Israël est comparé à un troupeau de brebis conduit par ses bergers, les rois ou le Seigneur (2 Samuel 24 :17). Quand Israël n’avait pas de véritables conducteurs, il était comme des brebis qui n’ont pas de berger. (Nombre 27 :17 ; Matthieu 9 :36).
    Les brebis sans berger peuvent s'égarer (1 Rois 22 :17; Marc 6:34), être volées ou dévorées. Yeshoua le bon berger, le grand pasteur (hébreu 13:20) est le Serviteur souffrant qui resta silencieux comme une brebis devant ceux qui la tondent (Esaïe 53 :7). C’est lui qui a laissé sa vie pour ses brebis d’Israël, pour leur donner de la pâture en abondance.

    5) Mais le Messie Yeshoua avait encore d’autres brebis, qui sont les croyants d’entre les nations peuples et donc de la "Maison d'Israël" ("Ephraïm" pour les prophètes).
    Jean 10:16 "J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger".
    Que dit Yeshoua dans ce passage ? Que Israël Juda et les convertis de l'Ephraïm des nations ne formeront qu’un seul peuple dans l’Assemblée de Elohim en un seul troupeau avec un seul berger (1 Corinthien 12 :13). Que nous dit la parole de Elohim au sujet des brebis ? QUE ELOHIM N’A PAS DEUX PEUPLES MAIS UN SEUL ! Pour le moment les brebis d’Israël de Juda et celles de l'Ephraïm des nations, suivent des bergers aveugles, qui n’ont pas le sens de l’orientation. Prions pour l’unité des enfants d’Israël et donc pour "l'alliance renouvelée entre les deux Maisons de Juda et Israël" (Jér 31:31; Héb 8:8) et la santé de l’Olivier Franc.
    "Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’UN, et qui a renversé le mur de séparation"  (Eph 2:14)
    Voir: http://jyhamon.eklablog.com/ephraim-et-juda-le-rassemblement-des-douze-tribus-a96603181


    - Buffle

    En hébreu « reh-ame »
    Nombres 23:22 "Elohim les a fait sortir (les hébreux) d'Egypte, Il est pour eux comme la vigueur du buffle. Animal sauvage (Job 39 :9 à 12), il est redoutable par ses cornes et sa vigueur".
    Il devient l'image de la puissance (terrestre) de Jacob (Nombre 23 :22).
    A propos de Joseph, Elohim déclare : Deutéronome 33:17 "De son taureau premier-né (Joseph a reçu "le droit d'aînesse") il a la majesté ; Ses cornes sont les cornes du buffle, avec elles il frappera tous les peuples, Jusqu'aux extrémités de la terre : Elles sont les myriades d'Ephraïm, Elles sont les milliers de Manassé".
    Et David dit : Psaumes 92:10 "tu me donnes la force du buffle ; Je suis arrosé avec une huile fraîche. Le buffle est donc l’image de la puissance donnée par Elohim par onction.


    - Cerf, biche

    En hébreu « ayal »pour le cerf et «ayalah » pour la biche.
    Le cerf peut être chassé et mangé, pourvu qu'il soit d'abord saigné. On en servait à la table du roi Salomon (1 Rois 5 :3). Son agilité et sa rapidité sont proverbiales (Isaïe 35 :6; 2 Samuel 22 :34).
    La biche désire l'eau vive. Psaumes 42:1 "Comme une biche soupire après des courants d'eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu !"
    La biche est un des symboles de la soif de la présence de Elohim.


    - Chèvre et Chevreau: hébreu « ez », Bouc hébreu « sair », Chèvre sauvage, hébreu « teho », Bouc sauvage, hébreu « yael », Bouquetin, hébreu « akko »,

    Elohim a dit à Salomon : Proverbes 27:26 "Les agneaux sont pour te vêtir, Et les boucs pour payer le champ; Le lait des chèvres suffit à ta nourriture, à celle de ta maison Et à l'entretien de tes servantes." 

    1) La chèvre « ez »
    Exode 26:7 "Tu feras des tapis de poil de chèvre « ez », pour servir de tente sur le tabernacle; tu feras onze de ces tapis."
    On remarquera que lorsqu’il s’agit d’une chèvre « ez », domestique cet animal servira par son poil pour la confection de la tente au tabernacle (Exode 26 : 7 à 14) ce qui est un grand honneur fait à cet animal que de protéger par sa peau le tabernacle de Elohim. Il servira aussi de victime expiatoire. (Nombre 31 : 20; 1 Samuel 19 :6 ; Cantique 1 :5). La fabrication de tentes en poil de chèvre était le métier de Paul (Actes 1 18 :3).

    2) La chèvre sauvage, « teho », Un seul verset dans la bible.
    Job 39 :1 "Sais-tu quand les chèvres sauvages font leurs petits ? Observes-tu les biches quand elles mettent bas ?"

    Chèvre sauvage et Bouquetin pâturent dans les endroits désertiques souvent dans les montagnes dans des endroits inaccessibles à l’homme qui ne peut les suivre, (Psaume 104 :18), ce qui démontre que l’homme ne peut, ni accéder, ni découvrir tous les secrets de la création.
    La chèvre est indocile et capricieuse et conserve toujours une part de son caractère sauvage, c’est pourquoi Dans l’Ecriture, la chèvre est en relation avec le péché. Rebecca et Jacob ont trompé Isaac, un vieillard presque aveugle, avec deux chevreaux bien apprêtés (Genèse 27 : 9 et 16). Plus tard, Jacob lui-même a été trompé par ses fils, lorsqu’ils ont plongé dans le sang d’un bouc la tunique de son fils Joseph qu’ils avaient vendu et ont fait croire à leur père qu’il avait été tué par une bête sauvage (Genèse 37 : 31 et suiv.) En Matthieu 25, 32 et suivants, les chèvres désignent les incrédules.

    3) Le bouc, « sair », est le symbole de la violence, de la puanteur, de l'impureté et de la luxure.
    C’est pourquoi dans l’Alliance Première, le bouc est destiné en premier lieu au sacrifice pour le péché (Lévitique 4 : 23).
    Pour le grand jour des propitiations « Kippour » (Lévitique 16 : 5) et suivants, un bouc était sacrifié en expiation. Il devait être fait aspersion de son sang dans le lieu très Saint de la tente d’assignation sur le propitiatoire et devant le propitiatoire (Hébreu 9 : 11 à 26) ; tandis qu'un autre (le « bouc émissaire ») était appelé « azazel » (le bouc qui s’en va) sur lequel les péchés d’Israël étaient confessés et qui emportait au désert les fautes du peuple (Lévitique 16 :8 à10).
    Le sang des boucs, comme celui des taureaux, était censé obtenir de Elohim l'absolution des péchés de l’année (Psaume 50 :13).
    Le problème des sacrifices est que le lendemain même du jour de kippour (du grand pardon) la plupart des pardonnés avaient déjà perpétrés d’autres péchés et se retrouvaient aussitôt en état de péché.

    L’hébreu employant le même mot « chattath » pour désigner le "péché" et le "sacrifice pour le péché", le bouc est une figure du pécheur. Comme en Matthieu 25 :32, lors du jugement des vivants, où les justes sont comparés à des brebis, et les iniques à des boucs.
    Le premier bouc est une image de la propitiation, le second de la "substitution" (Inexact si on considère que dans le "Grand Yom Kippour", "Azazel" est assimilable à "Satan lié pour 1000 ans" et avant le Jugement).
    Dans la vision de Daniel, le bouc, qui traverse la terre à toute allure, représente la Grèce (Daniel 8 :3 à 8 ; 20 et 21). Le Bouc est aussi le symbole des rois macédoniens, et spécialement d'Alexandre (Daniel 8 :5 à 7; des méchants en général (Matthieu 25 : 32 et 33).


    - Chevreuil, hébreu « diyshon », Daim, hébreu « yakh-moor ».

    Deutéronome 14:5 "le cerf, la gazelle et le daim ; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe. (1 Rois 4:23). Le chevreuil et le Daim ne sont cités qu’au sujet des animaux que l’on peut manger. C'était l'un des gibiers très apprécié par Salomon.
    Sans symbolique biblique précise.


    - Gazelle, hébreu « tseb-ee »

    Cet animal sauvage, qu'on ne peut offrir en sacrifice et manger (Deutéronome 12 :15) est rapide (Isaïe 13 :14) et gracieux.
    La gazelle, représente le Bien-aimé du Cantique des cantiques 2 :9 "Mon bien-aimé est semblable à la gazelle Ou au faon des biches ou même les seins de la Bien aimée" (Cantique 7 :4).
    Proverbe 6:1 à 5 "Mon fils, si tu as cautionné ton prochain, Si tu t'es engagé pour autrui, Si tu es enlacé par les paroles de ta bouche, Si tu es pris par les paroles de ta bouche, Fais donc ceci, mon fils, dégage-toi, Puisque tu es tombé au pouvoir de ton prochain; Va, prosterne-toi, et fais des instances auprès de lui; Ne donne ni sommeil à tes yeux, Ni assoupissement à tes paupières; Dégage-toi comme la gazelle de la main du chasseur, Comme l'oiseau de la main de l'oiseleur."
    La gazelle est donc le symbole de l’agilité et de la liberté retrouvée en Mashiah qui est notre bien aimé.


    - Girafe, En hébreu « zemer »

    Citée une seule fois dans la bible au sujet des animaux que l’on peut manger, en Deutéronome 14:5 le cerf, la gazelle et le daim ; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe.
    La girafe n’a pas de symbolique biblique précis.


    - Taureau, En hébreu « Par » pour le taureau, alors que pour un bœuf c’est le mot « showr »

    Nombres 29:2 Vous offrirez en holocauste, d'une agréable odeur à YHWH, un jeune taureau, un bélier, et sept agneaux d'un an sans défaut.

    1) Il est l'animal le plus précieux car il est un reproducteur qui transmet ces caractéristiques à sa descendance. Son offrande en sacrifice est donc la plus coûteuse des offrandes car elle met fin à une lignée d’animaux sélectionnés par l’éleveur.
    Toutefois la bible nous dit que les louanges qui montent vers Elohim sont plus Précieuses que les holocaustes... encore que ceci annonce surtout le "nouveau sacerdoce" céleste. 
    Psaume 69 :30 et 31 "Je célébrerai le nom de YHWH par des cantiques, Je l'exalterai par des louanges. Cela est agréable à YHWH, plus qu'un taureau Avec des cornes et des sabots." 

    2) Dans le verset ci-dessous, nous avons le mot « guerrier », hébreu abbiyr, traduit par « taureau » ?
    Psaumes 22:12 "De nombreux taureaux ( par) sont autour de moi, Des taureaux ( abbiyr guerrier) de Basan m'environnent."
    Le taureau de Basan, symbolise ici un ennemi gigantesque, puissant, implacable et furieux (Ézé 34 : 18).

    Ces guerriers désignés ici comme des taureaux, étaient peut-être géants car le roi d’Og roi de Basan de la race des Rephaïm avait un lit de fer de 9 coudées de longueur et de 4 coudées de largeur ce qui fait une dimension de 4,95 X 2,20 mètres (Deutéronome 3:11) une taille impressionnante par sa longueur.


    - Vache, « parah », Génisse, «eglah »

    1) Les sacrifices devaient se dérouler uniquement dans le Temple de Jérusalem, mais lorsque qu’on trouvait un homme mort hors des murs de Jérusalem sans que l’on sache qui l’avait tué, le sacrifice pour le péché devait se faire avec l’eau de purification à partir cendres de la vache rousse. (Deutéronome 21 :1 à8)
    Nombre 19 1 à 12 "YHWH parla encore à Moïse et à Aaron, en disant: Voici l'ordonnance de la loi que YHWH a commandée, en disant: Parle aux enfants d'Israël, et qu'ils t'amènent une vache rousse, intacte, qui n'ait point de défaut et qui n'ait point porté le joug. Puis vous la donnerez à Éléazar, le sacrificateur, qui la mènera hors du camp, et on l'égorgera en sa présence. Ensuite Éléazar, le sacrificateur, prendra de son sang avec son doigt, et il fera sept fois aspersion de son sang, sur le devant du tabernacle d'assignation. Et on brûlera la vache devant ses yeux; on brûlera sa peau, sa chair et son sang, avec ses excréments. Et le sacrificateur prendra du bois de cèdre, de l'hysope et du cramoisi, et les jettera au milieu du feu où brûlera la vache.
    Puis le sacrificateur lavera ses vêtements et sa chair dans l'eau, et après cela il rentrera au camp; et le sacrificateur sera souillé jusqu'au soir. Et celui qui l'aura brûlée lavera ses vêtements dans l'eau et baignera sa chair dans l'eau, et il sera souillé jusqu'au soir. Et un homme pur ramassera la cendre de la vache, et la déposera hors du camp dans un lieu pur; et on la gardera pour l'assemblée des enfants d'Israël, pour en faire l'eau de purification. C'est une purification pour le péché. Et celui qui aura ramassé la cendre de la vache lavera ses vêtements, et il sera souillé jusqu'au soir; et ce sera une ordonnance perpétuelle pour les enfants d'Israël et pour l'étranger séjournant au milieu d'eux. Celui qui touchera un corps mort, de quelque personne que ce soit, sera souillé sept jours. Il se purifiera avec cette eau le troisième jour, et au septième jour il sera pur; que s'il ne se purifie pas au troisième jour ni au septième jour, il ne sera pas pur." 

    Le sacrifice de la vache rousse était une forme exceptionnelle du sacrifice pour le péché, qui avait pour but la purification de ceux qui appartenaient au peuple de Elohim au milieu duquel habitait YHWH.
    Un commentateur rabbinique suggère que le passage de la Vache Rousse évoque le feu qui tombe sur le "juste". En Nombres 20 :1 « Le peuple s'arrêta à Qadech (Kadès dans certaines bibles) (mot qui signifie saint) et Myriam mourut ».
    Ce commentateur (nom supprimé) explique :
    « Pourquoi la mort de Myriam est-elle racontée tout de suite après la section de la Vache Rousse ? C'est pour nous apprendre qu'à l'instar des sacrifices, la mort des justes sert d'expiation »... Soit ??... Voir la note ci-dessous ! 
    Comme l'épître aux Hébreux, le sacrifice de la vache rousse préfigurait Yéshoua (Hébreu 9 :13 et 14), la cendre d'une génisse avec laquelle on fait aspersion sur ceux qui sont souillés sanctifie pour la pureté de la chair. Combien plus le sang du Mashiah, qui, par l'Esprit éternel, s'est offert lui-même à Elohim sans tache, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, pour que vous serviez Elohim ! (1 Jean 1:9; Éphésiens 5:26).
    Note JYH: Je dois ajouter: Evidemment, puisque Yéshoua, notre Grand Souverain Sacrificateur dans les lieux célestes, a établi un "nouveau sacerdoce" dont le commentateur rabbinique ne peut saisir le sens spirituel, s'obligeant ainsi à chercher des développements intellectuels à propos de "justes" qui ne le sont pas toujours, tout comme ne le sont pas nécessairement non plus les faux "sages d'Israël"et les faux "saints catholiques".
    Voir:
     http://jyhamon.eklablog.com/les-sages-d-israel-pas-sages-et-pas-d-israel-a126228712
    Et pour plus de développement scripturaire sur la "vache rousse", voir:
    http://jyhamon.eklablog.com/lecture-du-shabbat-parachah-houqqath-regle-de-la-loi-a92654781

    2) Le rêve de Pharaon interprété par Moïse présentait sept vaches grasses et les sept vaches maigres qui symbolisaient sept années de bonnes récoltes et sept années de disette. (Genèse 41 : 26 et 27)


    - Veau « egel »

    1) En genèse 18:7 « Abraham prit un veau tendre » le mot traduit par « veau » est ici le mot « ben » qui se traduit par « fils » et évoque certainement, un jeune veau mâle (fils) du troupeau, mais l’emploi de ce mot « ben, fils » à la place du mot « egel, veau » nous indique qu’il y a ici quelque chose à découvrir.

    Genèse 18 :1 "Puis YHWH apparut à Abraham aux chênes de Mamré, comme il était assis à la porte de la tente, pendant la chaleur du jour. Il leva les yeux, et regarda; et voici, trois hommes étaient debout devant lui; et dès qu'il les vit, il courut au-devant d'eux, de la porte de la tente, et se prosterna en terre; Et il dit: Mon Seigneur, je te prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe point outre, je te prie, devant ton serviteur. Qu'on prenne, je vous prie, un peu d'eau, et lavez vos pieds; et reposez-vous sous cet arbre. Et j'apporterai un morceau de pain, et vous fortifierez votre coeur, ensuite vous passerez outre; car c'est pour cela que vous êtes passés près de votre serviteur. Et ils dirent: Fais comme tu as dit. Alors Abraham alla en hâte dans la tente, vers Sara, et dit: Apporte vite trois mesures de fleur de farine, pétris-les et fais des gâteaux. Puis Abraham courut vers le troupeau, prit un veau (ici « ben » traduit par « fils ») tendre et bon, et le donna au serviteur, qui se hâta de l'apprêter." 
    En Luc 15, 23, le veau gras, lorsqu’il est évoqué en hébreu par le mot « ben » est un type du Messie (fils de l’homme et fils du troupeau), fondement de la joie et de la communion obtenu par le sacrifice.
    JYH: Pour plus d'explications sur le "fils de l'homme" et "Fils unique", voir:
    http://jyhamon.eklablog.com/un-fils-unique-en-son-genre-pour-un-elohim-unique-explications-a120664850

    Suite de Genèse 18 : "Ensuite il prit du beurre et du lait, et le veau qu'il avait apprêté, et les mit devant eux; et lui se tenait devant eux sous l'arbre; et ils mangèrent. Et ils lui dirent: Où est Sara ta femme ? Et il répondit: La voilà dans la tente. Et il dit: Je ne manquerai pas de revenir vers toi dans un an; et voici, Sara ta femme aura un fils.

    2) En Exode 32 :4 Le veau d’or fabriqué par les hébreux lors de l’exode est un symbole de l’idolâtrie. Il était La représentation du dieu Apis, "Dieu" des égyptiens et des cananéens, représenté dans les temples d’Egypte symbole de force physique et de puissance sexuelle. Ce dieu païen était le symbole du pouvoir que procure la force physique, la puissance sexuelle et l’argent. Le contraire de la puissance de l’Amour !
    En Exode 32 :4 le peuple, lassé d’attendre Moïse parti à la rencontre de Elohim sur le mont Sinaï et demanda à Aaron de façonner un nouveau "dieu". L’or est fondu pour former un veau en or, que le peuple vénèrera comme "dieu".
    Exode 32 : 7 et 8 "YHWH dit à Moïse : « Va, descends ; car ton peuple, que tu as fait sortir du pays d'Egypte, s'est corrompu. Ils se sont promptement écartés de la voie que je leur avais prescrite ».
    Nouvel épisode de veau d’or sous le roi Jéroboam en 1 Rois 12 : 28.

    3) Il est aussi l'un des quatre Vivants de la vision d'Ézéchiel (1,10), reprise en Apocalypse 4 :7 et 8 ou le mot traduit par « veau » est le mot hébreu
    « moschos » qui dans ce contexte signifie rejeton (d’un taureau)
    En Luc 15 :23 à 32 dans l’épisode du veau gras le père dit : Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi, mais il fallait bien s'égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu'il est revenu à la vie. (La parabole des "deux fils" renvoie à la réunion des "deux Maisons": http://jyhamon.eklablog.com/parabole-des-deux-fils-a68044429 )
    Si nous tirons une conclusion nous pourrions dire qu’il vaut mieux adorer "se prosterner devant"* le fils de Elohim, lequel par sa mort sur la croix apporte la vie et la sainte communion avec le père ce qui éteint la colère de Elohim, qu’un veau serait-il en or qui n’apporte rien de plus que mort, ruine et bas instincts.
    * Seul Elohim qui est Esprit doit être "adoré en esprit et en Vérité" !


    Moralité sur les quadrupèdes purs
    : Il est facile d’imaginer que le fait de ruminer a un rapport avec l’idée de méditer et que le sabot fendu nous parle de stabilité et d’action. En effet les animaux qui ont les sabots fendus ont un grand équilibre et marquent le sol de manière significative. Pour nous consacrer, il nous faut méditer la parole de Elohim, ce qui nous donnera cette stabilité que la foi prodigue et c’est ainsi que nous marquerons les cœurs et les endroits que nous foulerons. Au sujet des commandements de Elohim la bible dit:
    Deutéronome 6:7  "Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.



    Les mammifères quadrupèdes impurs

    Lévitique 11:5 à 8 "Vous ne mangerez pas le daman, qui rumine, mais qui n'a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n'a pas la corne fendue: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue et le pied fourchu, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts : vous les regarderez comme impurs."
     

    - Âne, Ânon, En hébreu « chamowr », Onagre (âne sauvage) « pehreh »

    1) L’âne est une monture modeste qui peut porter des charges étonnantes et c’est sans doute pour cette raison qu’il est une figure de l’humilité (Genèse 49 : 14 et 15).
    Le prophète Zacharie, souligne la différence entre cheval et âne. Si le cheval est le symbole des rois, l’âne est l’humble monture des prophètes et du Messie.
    L’âne symbolise le comportement du serviteur de Elohim, supportant humblement tous les fardeaux. Ses grandes oreilles, lui permettent d’entendre venir le danger, il marche sans se lasser sur les chemins escarpés. Souvent méprisé par les notables qui ne comprennent pas son enseignement, il ne recherche pas le premier rang, mais patiemment et dans l’ombre il travaille pour faire évoluer les choses dans le sens de l’évangile.
    Yeshoua réalise cette prophétie lors de son entrée à Jérusalem sur le dos d’un ânon, animal encore plus faible et modeste.
    Zacharie 9:9 "Sois transportée d'allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d'une ânesse." (Ceci est bien sûr "prophétique", le Roi n'est pas encore (re)venu)

    2) Lors de sa première venue, le Seigneur Yéshoua a séjourné sur la terre dans l’humilité la plus profonde, mais lorsqu’il paraîtra en gloire comme Fils de l’homme, il montera un cheval blanc symbolisant son pouvoir et sa royauté. (Zacharie. 9:9; Matthieu 21:5; Apocalypse 19:11).
    Avec l’entrée à Jérusalem de Yéshoua, l’ânon a ici une double signification : Celui de représenter Yeshoua monté sur ses si fragiles disciples. Puis lors de sa seconde venue le Seigneur en gloire sera cette fois monté sur un cheval blanc symbolisant son Assemblée dotée de corps glorifiés.... comme le Sien. 

    3) Deutéronome 22 :10 Tu ne laboureras point avec un boeuf et un âne attelés ensemble. Selon la loi, le bœuf était un animal pur, l’âne un animal impur; en outre, ces deux animaux ont des caractères totalement différents qui ne s’accordent en aucun cas. Une leçon pour les enfants de Elohim ! On ne peut rien produire de bon en mélangeant le pur et l’impur.

    4) L’âne quand il est sauvage, est comparé dans la Bible à l’homme naturel. Job 11:12 "L'homme, au contraire, a l'intelligence d'un fou, Il est né comme le petit d'un âne sauvage."
    Au sujet d’Ismaël, l’Ange de YHWH prophétise à Agar, servante d’Abraham : Genèse 16:12 "Il (Ismaël) sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de tous ses frères.
    Un des premiers commandements de Elohim donné à Israël après sa délivrance d’Egypte, prescrivait :
    Exode. 13:13 "Tu rachèteras avec un agneau tout premier-né de l'âne et, si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l'homme parmi tes fils."
    Nous voyons dans ce commandement une assimilation à l’âne non encore domestiqué, comme figure de l’homme naturel impur, qui a besoin de rédemption AU MOYEN D’UN AGNEAU.

    5) La tradition pagano-chrétienne prétend qu’il y avait un bœuf et un âne lors de la naissance de Yéshoua. En fait, c’est une légende du IVème siècle car aucun des Évangiles ne signale leur présence. Toutefois l’image est belle car par la présence d’un bœuf et d’un âne autour de Yéshoua, nous pouvons y voir la filiation entre le judaïsme (le bœuf animal pur)* et les païens (l’âne animal impur) greffés sur l’olivier franc que nous retrouvons en romains 11.
    * Note JYH: Ceci supposerait que le "judaïsme" soit "pur"... ce qui est loin d'être le cas et c'est confirmé par les prophéties puisqu'il faudra que YHWH envoie "un esprit de grâce et de supplication..." (Zach 12:10) aussi bien pour "Juda" que pour "les habitants de Jérusalem (la terrestre)".
    S'il fallait vraiment trouver une symbolique dans la tradition pagano-chrétienne, il faudrait d'abord voir le passage de "l'homme Yéshoua" en "homme nouveau" et "premier-né d'un grand nombre de frères" par Sa résurrection.
    http://jyhamon.eklablog.com/un-fils-unique-en-son-genre-pour-un-elohim-unique-explications-a120664850 


    Les deux ne peuvent travailler ensemble que s’ils sont régénérés et rendus pur tous les deux. Chacal « shoo-awl » voir plus loin l’image de la cruauté du Dragon.
    En Psaume 63:10, le est mot « shoo-awl » qui se traduit par « chacal, renard ». En Esaïe 13:22 C’est le mot « iy » qui se traduit par chien sauvage. Dans nombre d’endroits de la bible ou l’on trouve le mot chacal, le terme hébreu qu’il recouvre est celui de « Tanniyn » qui signifie « dragon, monstre marin volant ». Dans ce cas il faudrait comprendre : « un Chacal méchant comme un dragon marin volant »

    Esaïe 35:7 "Le mirage se changera en étang Et la terre desséchée en sources d'eaux. Dans le repaire qui servait de gîte aux chacals < Tanniyn > (Chacal méchant comme un dragon), Croîtront des roseaux et des joncs." 


    - Chameau

    En hébreu « gamal » qui peut se traduire par « récompense ». En effet le nom de Gamaliel d’Acte 5:34 signifie « récompense de Elohim ».
    Lévitique 11:4 "vous ne mangerez pas le chameau, qui rumine, mais qui n'a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur.

    1) Le chameau est donc impur bien qu’il rumine. La leçon à retenir est donc qu’il ne suffit pas de méditer et même d’être un expert de la parole de Elohim, comme l’était Gamaliel. Il faut aller plus loin, en agissant sur tous les « terrains », Terrains qui peuvent représenter la lettre, l’esprit, les déserts spirituels ... (La corne fendue évoque la marche stable sur tous les terrains)

    2) Jean-Baptiste portait un vêtement de poil de chameau qui symbolise la récompense de Elohim, portait aussi une ceinture de cuir comme son précurseur Élie revêtu lui aussi de poils (2 Rois 1:8, Matthieu 3:4).
    Elie et Jean-Baptiste étaient prophètes oints de l'Esprit Saint (Luc 1 :17).
    Ils étaient habillés de vêtements de poils, pour témoigner de leur éloignement des choses matérielles.
    S’habiller de peaux d’animaux impures signifiait qu’il se considérait comme trop petit pour annoncer de si grandes choses de la part de Elohim. C’est pourquoi Yeshoua rendit témoignage à Jean en déclarant : « parmi ceux qui sont nés de femme, il n’y a point de plus grand ».
    Paul dira la même chose en 2 Corinthiens 12:10 "quand je suis faible, c'est alors que je suis fort."
    La peau de chameau nous donne donc cette leçon d’humilité qui est la seule attitude qui plaît à Elohim.

    3) Comme le chameau était le plus grand animal domestique connu en Israël, Yeshoua se servit de lui à deux reprises comme comparaisons. Il dit qu’«il est plus facile qu’un chameau entre par un trou d’aiguille, qu’un riche n’entre dans le royaume de Elohim » et reprocha aux rabbins de l’époque, de filtrer les moucherons et d’avaler le chameau.
    Matthieu 23:24 "Conducteurs aveugles ! qui coulez (filtrer) le moucheron et qui avalez le chameau."
    Même idée que dans Matthieu 7:3 "Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'oeil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil ?"
    Le chameau nous donne donc cette leçon d’humilité : plus vos conducteurs seront sûrs d’eux-mêmes et richement habillés, plus ce manque d’humilité mettra en évidence leur aveuglement spirituel.


    - Cheval, En hébreu « soos »

    Le cheval, symbolise des préparatifs de guerre et de conquête (Zacharie 10: 3). Monter à cheval, c'est dominer, surmonter (Deutéronome. 32 : 13. Ésaïe 63 : 14). Il incarne la puissance militaire des Égyptiens, engloutie dans la mer des roseaux par l’intervention de Elohim. (Exode 15 :1)
    Cette puissance glorieuse du cheval bien trop proche de l’orgueil humain, s’oppose à la confiance en Elohim. (Deutéronome 17 :16) (Psaume 20 : 8 et 9).

    1) L’engagement de chevaux dans un combat était un signe de manque de confiance en Elohim.
    Psaumes 33:17 "Le cheval est impuissant pour assurer le salut, Et toute sa vigueur ne donne pas la délivrance." (Proverbes 21:31)

    2) L’enlèvement d’Élie fut accompagné de chevaux, d’un char et de cavaliers de feu (2 Rois 2:11 et 12), et le serviteur d’Élisée a fait l’expérience du puissant secours de Elohim contre les Syriens en voyant une armée de chevaux et de chars de feu (2 Rois 6 : 17).

    3) La vision des quatre chars de (Zacharie 6:1 à 8) annonce les fléaux sur la terre prophétie reprise en (Apocalypse 6:2 à 8 et 19:11 à 13) avec le cheval blanc, symbole de victoire, le cheval roux symbole de guerre, le noir symbole de jugement, et celui de couleur pâle symbole de mort.
    Note JYH: Attention toutefois au "cheval blanc" d'Apoc 6:2 qui est aussi un symbole de l'anti-Messie -"Satan se déguise en ange de lumière"- et dont le "cavalier" n'est pas du tout le même en Apoc 19:11-13 !

    4) Le Messie souffrant entra à Jérusalem monté sur un âne, alors qu’au retour du Messie glorieux, et victorieux, le Mashiah montera un cheval blanc symbolisant son Assemblée et son pouvoir royal.


    - Chien, En hébreu « kelev »

    Selon la loi, les chiens sont considérés comme des bêtes impures, symbole de la servilité, de l’impureté et de la voracité (ce pourquoi les pagano-chrétiens aiment les chiens... et les chats pour d'autres raisons) Le prix d’un chien ne devait pas entrer dans la maison de YHWH (Deutéronome 23 :18).
    L’image biblique du chien décrit les hommes impurs, serviles, méchants et souillés.
    Psaume 22:16 "Car des chiens m'environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds." (Ésaïe 56 : 11) Philippiens 3:2 "Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis. (Apocalypse 22 : 15).
    Le chien représente ici l’homme spirituellement rétrograde et qui retourne à ce qu’il a vomi. Même s’il a acquis une connaissance extérieure de la grâce (et de la Justice) de Elohim. (2 Pierre 2:22)
    Proverbes 26:11 "Comme un chien qui retourne à ce qu'il a vomi, Ainsi est un insensé qui revient à sa folie." 
    Apocalypse 23:15 "Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres et quiconque aime et pratique le mensonge ! "


    - Daman, En hébreu « Shaphan ».

    Nom scientifique « Hyracoïdes » ce mammifère ressemble à une grosse marmotte avec des coussinets sous les pattes qui font ventouses sur les rochers. Déclaré impur par la loi (Lévitique 11:5) le daman est un animal sociable, vivant en colonies d’environ 60 individus.
    Proverbes 30 :26 "Les damans, peuple sans puissance, placent leur demeure dans les rochers…"
    Cet animal sans défense se réfugie dans des endroits inaccessibles et rocheux, ce qui pourrait créer un lien avec les enfants de Elohim qui se réfugient sur le rocher protecteur qu’est YHWH.
    Psaume 73:26 "Ma chair et mon coeur peuvent se consumer : Elohim sera toujours le rocher de mon coeur et mon partage. (1 Corinthiens 10 :1 à 4 ; Matthieu 7 :14)


    - Éléphant, En hébreu « noun »

    2 Chroniques 9:21 "Car les navires du roi allaient à Tarsis avec les serviteurs de Huram; et tous les trois ans une fois arrivaient les navires de Tarsis, apportant de l'or, de l'argent, des dents d'éléphants, des singes et des paons."
    Son ivoire, importé d'Afrique, servait à faire des placages sculptés sur des objets ou des meubles précieux.
    1 Rois 10:18 "Le roi fit un grand trône d'ivoire, et le couvrit d'or pur." 
    Rien de plus sur cet animal.


    - Hippopotame (??) En hébreu « Béhémoth » qui est probablement un animal disparu. Les traducteurs traduisent « Béhémoth » par hippopotame, mais le passage ci-dessous pose des problèmes importants avec l’hippopotame, qui n’a qu’une petite queue et qui ne se trouve jamais dans les montagnes.

    Job 40 versets 15 à 24 (40-10) "Voici l'hippopotame « Béhémoth », à qui j'ai donné la vie comme à toi ! Il mange de l'herbe comme le boeuf. Le voici ! Sa force est dans ses reins, Et sa vigueur dans les muscles de son ventre; Il plie sa queue aussi ferme qu'un cèdre ; Les nerfs de ses cuisses sont entrelacés; Ses os sont des tubes d'airain, Ses membres sont comme des barres de fer.
    Il est la première des oeuvres de Elohim; Celui qui l'a fait l'a pourvu d'un glaive. Il trouve sa pâture dans les montagnes, Où se jouent toutes les bêtes des champs. Il se couche sous les lotus, Au milieu des roseaux et des marécages; Les lotus le couvrent de leur ombre, Les saules du torrent l'environnent.
    Que le fleuve vienne à déborder, il ne s'enfuit pas: Que le Jourdain se précipite dans sa gueule, il reste calme. Est-ce à force ouverte qu'on pourra le saisir ? Est-ce au moyen de filets qu'on lui percera le nez ?"

    Dans ce passage, nous avons la représentation de la TOUTE-PUISSANCE de Elohim.
    - Il est paisible : Paisible comme un grand herbivore et sans danger, si on a de lui une crainte respectueuse.
    - Il aime la compagnie des autres bêtes des champs. Psaumes 149:4 "Car YHWH prend plaisir à son peuple"
    - Sa force réside dans ses reins et son ventre. Sa puissance émane de l’intérieur de lui-même.
    - Son squelette que nous pourrions comparer aux lois de Elohim, est aussi solide que des tubes d’airains.
    - Il est tout puissant sur toute la surface de son corps. Il ne peut être battu ni de front, ni par surprise !
    - Il est pourvu d’un glaive que nous pourrions comparer à l’épée de l’Esprit.
    - Rien ne peut le perturber, les tempêtes du monde et des hommes ne le trouble pas.
    - Les lotus symbole de sérénité le couvrent. Il est donc toujours en paix car rien ne peut l’inquiéter.
    - On ne peut domestiquer cet animal, Elohim ne fléchit devant rien et n’est au service de personne.

    Les eaux du Jourdain auxquelles résiste le Béhémoth, nous parlent de restaurer notre confiance en Elohim et de la victoire de Yeshoua, sur la folie du monde (les eaux) et sur la mort. !
    Note JYH: Certains auteurs considèrent que nous avons dans le "Béhémoth" une bonne description d'un dinosaure qui aurait donc donc été contemporain des premiers hommes.


    - Hyène, En hébreu « tsabuwa » qui signifie « tacheté »

    La hyène est le symbole de la gloutonnerie, de l'hypocrisie, de la lâcheté, de la mort et du maléfice. C'est un charognard.
    Esaïe 13:22 "Les hyènes s'entre-répondront dans ses palais, et les chacals dans ses maisons de plaisance. Et son heure est près de venir, et ses jours ne seront plus prolongés. (Jér 12:9)
    Les prophètes annoncent qu'un jour Babylone ne sera plus que des ruines hantées par la hyène.


    - Léopard, panthère, En hébreu « namer » pour le léopard et la panthère

    Pendant le règne millénaire la panthère ou léopard se couchera pacifiquement près du chevreau, ce sera le temps du règne du Messie.
    Esaïe 11:6 6 "Le loup habitera avec l'agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau ; Le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, Et un petit enfant les conduira." 
    Le léopard, symbole d'un ennemi rapide, cruel et sournois (Jér 11:6; Hab 1:8, Daniel 7:6)
    Dans Daniel 7 le léopard représente le royaume grec, le troisième des quatre grands empires.
    Daniel 7:6 "Après cela je regardai et voici, un autre était semblable à un léopard, et avait sur le dos quatre ailes comme un oiseau; cet animal avait quatre têtes, et la domination lui fut donnée."
    "l’Empire romain ressuscité" (l'une des hypothèses eschatologiques... sachant que chacun voit "la bête" ailleurs que chez lui) est représenté par une bête ayant dix cornes et sept têtes, qui sera semblable à un léopard.
    Apocalypse 13:2 "La bête que je vis était semblable à un léopard ; ses pieds étaient comme ceux d'un ours et sa gueule comme une gueule de lion…"
    Pendant le règne millénaire, la panthère ou léopard se couchera près du chevreau, ce sera le temps du règne du Messie.
    Esaïe 11:6  "Le loup habitera avec l'agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau ; Le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, Et un petit enfant les conduira."


    - Lièvre En hébreu « arnebeth », lapin « shafan »

    Lévitique 11:6 "Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n'a pas la corne fendue : vous le regarderez comme impur."
    Le lapin et le lièvre sont les symboles de la rapidité et de la fécondité. Il est déclaré impur parce que ruminant, mais sans sabots.
    Dominique Tassot animateur du Centre d’Etudes et de Prospective sur la science, explique dans son livre, la revanche du lièvre : « que la science a montré que la rumination n’était pas une particularité anatomique de l’estomac, mais une transformation biochimique : les bactéries du ruminant transforment les végétaux ingérés en des protéines qui remontent à la bouche en vue de leur digestion finale. Or l’estomac du lièvre possède un appendice latéral, le cæcum, où les végétaux mastiqués sont transformés par des bactéries en petites boulettes protéinées. On peut donc dire que le lièvre rumine.


    - Lion, En hébreu « ariy »

    1) Le Lion est considéré comme le roi des animaux. (2 Rois 23:33 ; Proverbes 30:30)
    Proverbes 28:1 "Le méchant prend la fuite sans qu'on le poursuive, Le juste a de l'assurance comme un jeune lion."
    Daniel, jeté dans la fosse aux lions, sera sauvé par l’intervention divine.
    Le lion est le symbole de la puissance, du courage, de la domination, de la fierté, de la sagesse, de la vigilance et de la justice.
    À cause de sa grande force, seuls des hommes courageux comme l’était Samson peuvent le combattre.
    Juges 14:6 "sans avoir rien à la main, Samson déchira le lion comme on déchire un chevreau."
    La force du lion est comparée avec celle de Juda. Genèse 49:9 "Juda est un jeune lion."
    Elohim lui-même dit en Osée 5:14 "Je serai comme un lion pour Ephraïm, Comme un lionceau pour la maison de Juda. (La distinction entre "lion" et lionceau" pour "Ephraïm" et "Juda" n'est pas sans intérêt)
    Le Seigneur Yeshoua est appelé « le lion de la tribu de Juda » (Apocalypse 5 :5 Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu."

    2) Mais il peut aussi symboliser les ennemis, ainsi le premier des quatre grands empires assyro-babylonien est représenté par un lion.
    Daniel 7:4 "Le premier (empire) était semblable à un lion, et avait des ailes d'aigles. (Apocalypse 13 : 2).
    Dans les Psaumes, et au sujet de Cusch son ennemi David dit, Psaume 7:2 "Afin qu'ils (Cusch) ne me déchirent pas, comme un lion Qui dévore sans que personne vienne au secours."
    L’Apôtre Pierre décrit Satan comme un lion rugissant (1 Pierre 5 : 8).


    - Loup, En hébreu « zehabe ou zé-ev »

    Genèse 49:27 "Benjamin est un loup qui déchire ; Le matin, il dévore la proie, Et le soir, il partage le butin." ("Benjamin" fait partie de la "Maison de Juda", Royaume du sud, aujourd'hui dans "l'Etat israëlien")

    Le loup est le symbole de terreur et de destruction, mais aussi symbole de la force et du courage. C’est le prototype d’un animal dangereux pour le troupeau et pour l’homme. (Jean 10 :12) ; Matthieu 10:16 "Voici, je vous envoie (Dit Yéshoua) comme des brebis au milieu des loups. (Matthieu 7:15 Actes 20 :29).
    Il représente les faux prophètes qui trompent et détruisent les croyants. 


    Mule et mulet, En hébreu « pirdah »

    Lévitique 19:19 "Vous observerez mes lois. Tu n'accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes."
    Le croisement de l'âne et du cheval a permis de cumuler leurs qualités respectives comme d’autres plus tard tenteront de manipuler la génétique ce que YHWH interdit formellement !
    Avant d'être interdit par la loi le grand prêtre Tsadok et Nathan le prophète, mirent Salomon sur la mule de David pour le conduire à Gihôn pour recevoir l’onction royale.
    1 Rois 1:33 "Et le roi leur dit : Prenez avec vous les serviteurs de votre maître, faites monter Salomon, mon fils, sur ma mule et faites-le descendre à Guihon." ! 


    - Ours, Ourse, En hébreu « dove »

    Proverbes 28:15 "Comme un lion rugissant et un ours affamé, Ainsi est le méchant qui domine sur un peuple pauvre." (Lamentations. 3 : 10)
    L’empire des Mèdes et des Perses est représenté par un ours affamé. L’empire qui ressuscitera après "l’enlèvement des croyants" (??)*, portera les mêmes signes : « la bête a les pieds comme ceux d’un ours » (Dan. 7 : 5; Apocalypse 13 : 2). L’ours symbolise un ennemi féroce, puissant et sans pitié pour les pauvres.
    * Attention à cette dangereuse fable ! Voir: http://jyhamon.eklablog.com/enlevement-et-salut-a65600487


    Porc, Pourceau, En hébreu « haziyr » qui regroupe les porcs, cochons sauvages et sanglier

    Lévitique 11:7 "Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue et le pied fourchu, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur." (Deutéronome 14 :8)
    Seuls les païens élevaient des porcs (Marc 5 :11; Luc 15 :15) Mais les Grecs comme les hébreux considéraient ces animaux comme symbole d’impureté et de la gloutonnerie !
    Matthieu 7:6 "Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu 'ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent."
    Le porc représente l’homme naturel qui ne rumine pas, c’est-à-dire qui ne médite pas la parole de Elohim.
    S’il a acquis une certaine connaissance avalée gloutonnement et sans fondement, l’homme naturel non régénéré, n’est que superficiel et charnel. (Jacques 3:15 ajoute "diabolique").
    C’est le type même du religieux en apparence et en tradition, celui qui "avale n'importe quelle fausse doctrine" ! 
    Chez les "chrétiens", le porc sera une image de l'incarnation du démon... du moins avant que ne viennent les multiples fausses doctrines à "avaler" !  Déduction basée sur Matthieu 8:31 "Les démons priaient Yéshoua, disant: Si tu nous chasses, envoie-nous dans ce troupeau de pourceaux" !... alors, pourquoi les pagano-chrétiens ne comprennent-ils pas ?!


    - Rat En hébreu « chaphor »

    Esaïe 2:20 "En ce jour, les hommes jetteront Leurs idoles d'argent et leurs idoles d'or, Qu'ils s'étaient faites pour les adorer, Aux rats et aux chauves-souris…"
    Le rat est l'animal nuisible par excellence, en raison de sa multiplication rapide, des ravages qu'il cause dans les greniers et des maladies qu'il propage. Le rat est tout de même considéré comme un animal intelligent et particulièrement doué pour pressentir le danger. Le rat n’a pas de symbolique biblique... sinon celle "d'idole" et surtout de "ce qui ne se mange pas" parce que "abominable", comme le porc (Esaïe 66:17) !


    - Renard En hébreu « shuw`al »

    Ezékiel 13:4 "Tels des renards au milieu des ruines, Tels sont tes prophètes, ô Israël !"
    Le renard est associé à la cruauté, à la séduction, à l'intelligence, à l'hypocrisie, mais il faut savoir que la symbolique du renard en Israël et au temps de Yéshoua était plutôt la cruauté que la ruse, image créée dans l’esprit des européens avec le roman de Renard. Le renard symbolise donc dans la bible la cruauté séductrice des faux prophètes.
    Luc 13:32 "Il leur répondit : Allez et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd'hui et demain, et le troisième jour j'aurai fini." 


    - Singe En hébreu « Koph »

    L'un des animaux exotiques que Salomon faisait importer par ses bateaux sur la Mer Rouge.
    1 Rois 10:22 "tous les trois ans arrivaient les navires de Tarsis, apportant de l'or et de l'argent, de l'ivoire, des singes et des paons.
    Il n’a pas de symbolique biblique précise.


    Moralité : Tous ces animaux impurs ne ruminent pas et sont tous rapides à réagir par leurs attaques ou par leurs fuites. Ce qui évoque les réactions sans réflexion de nos instincts charnels. Un enfant de Elohim devrait agir en permanence avec le recul nécessaire que donne la confiance en Elohim et la connaissance profonde de Sa Parole.




    Les oiseaux purs


    - Caille, En hébreu « Selav »

    Les cailles ont été une nourriture de luxe donnée par Elohim à son peuple d’Israël pendant l’Exode.
    Exode 16:13 "Le soir, il survint des cailles qui couvrirent le camp et, au matin, il y eut une couche de rosée autour du camp."
    La caille symbolise la réponse effective à la prière par l’intervention de Elohim.


    - Colombe, Pigeon, En hébreu « gowzal », pour le pigeon c’est le mot
    « Yownah »

    1) Genèse 15:9 "Et YHWH lui dit : Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe." (Lévitique 1 :14 et Luc 2 :24)
    La colombe est le symbole de l’Esprit Saint lors du baptême de Yeshoua.
    Luc 3:22 "et le Saint Esprit descendit sur lui (Yeshoua) sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis toute mon affection."
    Par sa blancheur la colombe symbolise la pureté et de fidélité car elle revient toujours à sa demeure, en annonçant de bonnes nouvelles.

    2) À la fin du déluge Noé lâcha une colombe.
    Genèse 8:11 "La colombe revint à lui sur le soir; et voici, une feuille d'olivier arrachée était dans son bec."
    Le rameau d'olivier dans son bec, représente la fin du Déluge et le pardon de Yahwéh aux hommes et l’olivier Franc, qui symbolise lui-même Israël Juda et le Corps du Mashiah. La colombe est donc le symbole de l'Esprit Saint, porteur de la "bonne nouvelle de l’Evangile" (ceci veut dire "bonne nouvelle de la bonne nouvelle" !... encore que "euaggelion" n'ait pas ce sens précis) et de la paix retrouvée avec Elohim en Yeshoua Ha Mashiah.

    3) Le fiancé qui est une figure du Mashiah dans le Cantique des cantiques, appelle sa fiancée sa colombe, qui est l’Eglise l'Assemblée-Qéhila
    (Cantique 5:2).
    La colombe devient une image de l’Assemblée-Qéhila purifiée par l’Evangile et l'Esprit Saint et elle-même porteuse de la Bonne Nouvelle de l'Evangile ("Bonne nouvelle de la bonne nouvelle"??)... non, "bonne nouvelle du Royaume". 

    4) Les pauvres pouvaient l'offrir en sacrifice (Luc 2 :24) voir les vendeurs du Temple (Jean 2 :14). Ce qui signifie que le pardon de Elohim n’est pas une affaire de richesse mais de pureté du cœur et de foi.


    - Coq
    Il n’y a pas de coq dans l’Ancienne Alliance le Tanakh. Dans le "NT"* (Alliance renouvelée) en grec ce mot est « alektor »
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/nouveau-testament-au-lieu-de-alliance-renouvelee-a78524315

    Matthieu 26:34 "Yéshoua lui dit : Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois."
    Le coq est le symbole du courage, de la vigilance et de l’avertissement de se réveiller aux choses spirituelles car il annonce le lever du jour. Son chant ignoré par l’Apôtre Pierre, représente l'éveilleur des consciences. (Matthieu 26:34)  


    - Passereau En hébreu « tsippore »

    Psaumes 84:3 "Le passereau même a bien trouvé une maison, et l'hirondelle son nid où elle a mis ses petits."
    Psaumes 102:7 Je veille, et je suis semblable à un passereau solitaire sur le toit."
    Il est omniprésent sur la terre (Osée 11 :11) « Et je les ferai habiter dans leurs maisons, dit YHWH ».
    Insignifiant, Il est le symbole de ce qui est commun et sans grande valeur. Matthieu 10 : 29 "Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou ? Cependant, il n'en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père." (Luc 12 : 6et 7). Néanmoins, il est placé sous les soins de Elohim qui leur prépare une maison.


    - Perdrix En hébreu « Koray »

    1 Samuel 26:20 "Car le roi d'Israël s'est mis en marche pour chercher une puce, comme on chasserait une perdrix dans les montagnes."
    Jérémie 17:11 "Comme une perdrix qui couve des oeufs qu'elle n'a point pondus, Tel est celui qui acquiert des richesses injustement ; Au milieu de ses jours il doit les quitter, Et à la fin il n'est qu'un insensé."
    Ici la perdrix est comparée par la puce et la couvaison, à ceux qui vivent au dépend des autres car on retrouve souvent ces animaux dans les champs grappillant les graines d’autrui.


    - Poule La poule n’est pas explicitement nommée dans les écrits de l’Alliance Première (et perpétuelle) où il n’y est fait allusion qu’en 1 Rois 4:23 où il est question des « volailles engraissées ».
    Dans le NT  les écrits de l'Alliance renouvelée, la poule est présente en grec avec le mot « ornis »
    Matthieu 23:37 "Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes et vous ne l'avez pas voulu ! "
    Ici les ailes de la poule si affectueuse, représentent l’amour "maternel" (?... "comme" veut seulement dire "comme") de Elohim et les poussins sont une représentation des enfants de Elohim. 


    - Tourterelle En hébreu « towr »

    La tourterelle peut être offerte en sacrifice par les plus pauvres (Lévitique 12 : 6 à 8).
    Lévitique 12:6 "Et quand les jours de sa purification seront accomplis, pour un fils ou pour une fille, elle présentera au sacrificateur un agneau de l'année, en holocauste, et un pigeonneau ou une tourterelle, en sacrifice pour le péché, à l'entrée du tabernacle d'assignation."
    Comme la colombe, elle symbolise la douceur et la faiblesse à laquelle on doit assistance.
    Psaumes 74:19 "Ne livre pas aux bêtes l'âme de ta tourterelle, N'oublie pas à toujours la vie de tes malheureux !"


    Moralité : Vous observerez que tous ces oiseaux déclarés purs, et qui pourraient être symbole de non violence, sont tous non chasseur. 



    Les oiseaux et chauve-souris impurs 


    Lévitique 11:13 à 19 "Voici, parmi les oiseaux, ceux que vous aurez en abomination, et dont on ne mangera pas: l'aigle, l'orfraie et l'aigle de mer, le milan, l'autour et ce qui est de son espèce; le corbeau et toutes ses espèces; l'autruche, le hibou, la mouette, l'épervier et ce qui est de son espèce; le chat-huant, le plongeon et la chouette; le cygne, le pélican et le cormoran ; la cigogne , le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris."
     

    - Autruche hébreu « Yaanah ».

    Job 39:13 à 17 "Mais l'autruche abandonne ses oeufs à la terre, Et les fait chauffer sur la poussière; Elle oublie que le pied peut les écraser, Qu'une bête des champs peut les fouler. Elle est dure envers ses petits comme s'ils n'étaient point à elle; Elle ne s'inquiète pas de l'inutilité de son enfantement. Car Elohim lui a refusé la sagesse, Il ne lui a pas donné l'intelligence en partage."
    Lamentations 4:3 "Les chacals mêmes présentent la mamelle, Et allaitent leurs petits ; Mais la fille de mon peuple est devenue cruelle Comme les autruches du désert."
    Son portrait n'est donc pas flatteur, puisqu'elle abandonne ses œufs dans le sable en étant qualifié du terme cruel. La Bible emploie souvent l'expression "fille de Sion" pour désigner les "habitants de la ville de Jérusalem"* qui dans ce passage est comparé à une autruche.
    * Non, les "habitants de Jérusalem" sont toujours distingués de "Juda" dans les prophéties et c'est Juda qui est qualifié de "fille (terrestre) de la Sion (terrestre)"... avant que n'arrive la "Sion spirituelle et complète", celle "d'en haut". 


    - Aigle Le mot hébreu « nesher »

    1) 2 Samuel 1:23 "Saül et Jonathan, aimables et chéris pendant leur vie, N'ont point été séparés dans leur mort; Ils étaient plus légers que les aigles, Ils étaient plus forts que les lions." 
    La rapidité et la force de l’aigle sont ses principales caractéristiques (Psaume. 103 : 5; Esaïe. 40 : 31). Exode 19:4 "Vous avez vu ce que j'ai fait à l'Egypte et comment je vous ai portés sur des ailes d'aigle et amenés vers moi." 
    L’envergure et la force de cet oiseau, qui couve ses petits de ses ailes, sont une figure des soins de Elohim en faveur des siens (Exode. 19:4; Deutéronome. 32 : 11).
    Par son vol dans les hauteurs cet oiseau à la vue perçante est le symbole de la vigilance, de l’omniscience et de la souveraineté de Elohim.

    2) En Deutéronome 28:49 et 50 "YHWH fera partir de loin, des extrémités de la terre, une nation qui fondra sur toi d'un vol d'aigle, une nation dont tu n'entendras point la langue, une nation au visage farouche et qui n'aura ni respect pour le vieillard, ni pitié pour l'enfant"
    Le vol de l’aigle est ici une image des nations puissantes, rapides et farouches, qui attaqueront "l'Etat d'Israël" dans un premier temps... puis "l'Israël de Elohim", et ce ne seront pas les mêmes "nations" (voir Zach 12 à 14).
    La ressemblance du quatrième animal d’Apocalypse 4:7 et Ézéchiel 1:10 avec un aigle volant indique la venue subite d’ennemis qui peuvent être dans certains cas, le vecteur de jugements de Elohim.


    -Aigle de mer Hébreu « ozniyah » probablement la frégate.

    Lévitique 11:13 "Voici, parmi les oiseaux, ceux que vous aurez en abomination, et dont on ne mangera pas: l'aigle, l'orfraie et l'aigle de mer… Cet oiseau n’a pas de symbolique biblique.


    - Milan, Hébreu « ra’ah »(faucon), L’Autour, Hébreu « ayah » (voir Vautour) et Oiseaux de proie, Hébreu « ayit »

    Lévitique 11:14 "le milan, l'autour et ce qui est de son espèce… Ces rapaces n’ont pas de symbolique biblique. Toutefois le nombre important des divers oiseaux de proie décrit dans la bible, nous pousse à penser qu’il existerait un sens caché que nous n’avons pas découvert... mais ils interviendront en masse pour "nettoyer" les "dégâts" après le retour du Mashiah avec Ses élus (Apoc 19:21) !


    - Chat-huant En hébreu « Koce »

    Dans la prière d’un malheureux la parole dit ceci :
    Psaumes 102:6 "Je ressemble au pélican du désert, Je suis comme le chat-huant des ruines…"
    le chat-huant est associé aux plaintes des malheureux.


    - Chauve-souris, En hébreu « atalleph »

    Lévitique 11:19 "la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris."
    On la prend pour un oiseau à cause de ses ailes, mais elle est impure car elle vit le jour dans l'obscurité des cavernes comme la taupe et ne sort que la nuit (Isaïe 2 : 20). La chauve-souris est associée à la peur de la nuit et symbolise le pécheur qui vit dans les ténèbres et au satanisme.


    - Chouette En hébreu « yanshooph »

    Esaïe 34:11 "Le pélican et le hérisson la posséderont, La chouette et le corbeau l'habiteront. On y étendra le cordeau de la désolation, Et le niveau de la destruction."

    Son vol de nuit et son cri sinistre en fait un oiseau de mauvais augure, associée aux pratiques démoniaques.


    - Cigogne En hébreu « chaciydah » qui signifie « affectueux ». (Lévitique 11 :19)

    Jérémie 8:7 "Même la cigogne connaît dans les cieux sa saison ; La tourterelle l'hirondelle et la grue Observent le temps de leur arrivée; Mais mon peuple ne connaît pas la loi de YHWH."
    La cigogne migre au rythme des saisons et revient toujours nicher sur le même nid avec le même compagnon. C’est pourquoi la cigogne symbolise la sagesse, la fidélité et la dévotion filiale, ce qui nous est proposé comme un modèle à suivre par Jérémie 8:7.


    - Corbeau En hébreu « orev » étymologie « arav » signifie devenir sombre.

    1) Noé à la fin du déluge Genèse 8:7 "Il lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant, jusqu'à ce que les eaux eussent séché sur la terre."
    Etrange différence avec le texte de la bible "Septante"* ou le corbeau ne revient plus : Genèse 8 :7 "Après quarante jours, Noé ouvrit la porte de l'arche qu'il avait faite, Et fit partir un corbeau, qui, étant sorti, ne revint plus, même après que l'eau se fut desséchée sur la terre."
    * Une "Septante" qui remplace Elohim par "Théos" (Zeus) peut se permettre beaucoup d'autres fantaisies !

    2) C'est peut-être lui qui ravitaille Élie 1 Rois 17:6 "Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande le matin et du pain et de la viande le soir, et il buvait de l'eau du torrent."
    Elohim nous montre ici que même s’il a déclaré que le corbeau est un animal impur symbole de mort, s’il le souhaite et selon son bon vouloir, il peut les utiliser pour nourrir la vie.
    Elohim trouve toujours de quoi nourrir ses enfants (Job 38 :41; Luc 12 :24). C’est pour cela que Yéshoua déclare à ses disciples: Luc 12:24 "Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; et Elohim les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux !"
    Elohim dit ici que tout jugement lui appartient et que nous n’avons pas à juger la noirceur du corbeau.


    - Cormoran, Plongeon ou pygargue à queue blanche. En hébreu et en Lévitique 11 :18 le mot traduit par cormoran est le mot « racham » qui se traduit par grâce ou miséricorde.

    En Deutéronome 14 :17 c’est le mot « shalak » qui signifie également cormoran ou pygargue à queue blanche
    Lévitique 11:18 "le cygne, le pélican et le cormoran (ici le mot est « racham »)
    Deutéronome 14:17 "le pélican, le cormoran et le plongeon… « shalak »
    Nous pourrions dire ici que la miséricorde de Elohim descend des cieux jusque dans les profondeurs de la mer, c’est-à-dire des nations. 


    - Cygne En hébreu « tanshemeth »

    Lévitique 11:18 "le cygne, le pélican et le cormoran."
    Dans la tradition populaire le cygne blanc est le symbole de la beauté majestueuse et de la poésie. A l'inverse, le cygne "noir" est le symbole de la mort, de l'occulte et de la malfaisance. Mais le cygne n’a pas de symbolique biblique précise.


    - Épervier En hébreu « nets »

    Job 39:26 "Est-ce par ton intelligence que l'épervier prend son vol, Et qu'il étend ses ailes vers le midi ?"
    Ici l’épervier est utilisé pour montrer à Job que tout est gouverné par Elohim.


    - Héron En hébreu « anaphah »

    Lévitique 11:19 "la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris."
    Deux versets nous parlent du héron. Il n’a pas de symbolique biblique précise.


    - Hibou En hébreu « tachmac »

    Lévitique 11:16 "l'autruche, le hibou, la mouette, l'épervier et ce qui est de son espèce…"
    Deux versets nous parlent du hibou. Il n’a pas de symbolique biblique précise.
    ... mais voir le développement sur "la Chouette".


    - Hirondelle En hébreu et en Pro 26:2 c’est le mot « derore » alors qu’en Esaïe 38 :14 c’est le mot « aguwr » incertain.
    En Lév 11 :15 le rabbinat français ajoute l’hirondelle qui ne se trouve pas dans la Louis Second.
    Proverbes 26:2 "Comme l'oiseau s'échappe, comme l'hirondelle s'envole, Ainsi la malédiction sans cause n'a point d'effet. Elle connaît le temps de ses migrations et ne manque pas de retrouver son nid" (Psaume 84 : 3). (Jérémie 8 :7).
    L’hirondelle suit les chemins tracés par Elohim. Jérémie déplore qu'Israël n’en fasse autant.


    - Huppe En hébreu « duwkiyphath », Tétras en Lév 11 :19 dans la Bible du Rabbinat Français.
    Lévitique 11:19 "la cigogne, le héron et ce qui est de son espèce, la huppe et la chauve-souris."
    Deux versets nous parlent de la huppe. Elle n’a pas de symbolique biblique précise.


    - Mouette
    En hébreu « shachaph »

    Lévitique 11:16 "l'autruche, le hibou, la mouette, l'épervier et ce qui est de son espèce…"
    Deux versets parlent de la mouette. Elle n’a pas de symbolique biblique précise.


    - Orfraie En hébreu « perec »

    Lévitique 11:13 "Voici, parmi les oiseaux, ceux que vous aurez en abomination, et dont on ne mangera pas: l'aigle, l'orfraie et l'aigle de mer…"
    L’orfraie n’a pas de symbolique biblique précise.


    - Paon En hébreu « tukkiy »

    2 Chroniques 9:21 "Car les navires du roi allaient à Tarsis avec les serviteurs de Huram; et tous les trois ans une fois arrivaient les navires de Tarsis, apportant de l'or, de l'argent, des dents d'éléphants, des singes et des paons." (1 Rois 10:22)
    La bible ne nous dit pas si cet oiseau se classe dans les animaux pur ou impur, toutefois il est évoqué en compagnie d’animaux impurs nous l’avons classé dans cette catégorie.


    - Pélican En hébreu « qa'ath » avec le sens de dégorger ou vomir.

    Lévitique 11:18 "le cygne, le pélican et le cormoran…"
    Esaïe 34:11 "Le pélican et le hérisson la posséderont, La chouette et le corbeau l'habiteront. On y étendra le cordeau de la désolation, Et le niveau de la destruction."
    Cet animal est associé au vomissement, à la désolation et à la destruction sans plus de signification.


    - Porphyrion Hébreu « racham » mot qui signifie la « Grâce ou miséricorde » Genèse 43:14, et qui est traduit dans la Louis Second par
    « Cormoran ». Dans la bible du rabbinat français En lévitique 11 : 18 il ne s’agit plus du cormoran mais d’un autre oiseau le porphyrion.

    Le porphyrion serait une sorte d'oiseau de rivière, à qui l'on a donné ce nom à cause de son bec rouge. Pline dit qu'il vient des îles Baléares, qu'il est d'une très grande beauté, et qu'il est de la grosseur d'un coq. C’est peut-être une espèce de héron… Les Juifs croient que c'est un pic-vert et le traducteur samaritain est pour le pélican.


    :: -Vautour En hébreu « Dayah » Percnoptère en Lévitique 11 : 18 dans la bible du rabbinat français Vautour percnoptère ou aigle ?

    Il faut savoir que les vautours mangent uniquement des cadavres et que les aigles ne mangent que des proies vivantes, ce qui fait une grande différence. Esaïe 34:15 "Là le serpent fera son nid, déposera ses oeufs, Les couvera, et recueillera ses petits à son ombre; Là se rassembleront tous les vautours." Ezékiel 39:4 "Tu tomberas sur les montagnes d'Israël, Toi et toutes tes troupes, Et les peuples qui seront avec toi; Aux oiseaux de proie, à tout ce qui a des ailes, Et aux bêtes des champs je te donnerai pour pâture."
    En Matthieu 24:28 "En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles."
    Ce verset de Matthieu 24:28 qui nous est parvenu en grec, fait référence à Esaïe 34:15 et Ezékiel 39:4 où il est question de vautours et non pas d’aigles.
    Ces versets font référence à une époque où les peuples soumis à l’Antéchrist (ou plutôt "anti-Messie") "fondront sur Israël"* pour le détruire, mais après la terrible bataille d’Harmaguédon et la victoire du Mashiah leurs corps morts seront la pâture des vautours. Les vautours sont donc l’expression des jugements de Elohim consumant toutes choses.
    * Ceci ne tient pas. "Israël", "tout Israël", "l'Israël de Elohim" ne sera plus là puisque devenu spirituel et "incorruptible"  (voir les 144000) et il reviendra "avec Son Mashiah" pour détruire tous ses ennemis, quels qu'ils soient (Apoc 17:14).
    Que ceux
    qui sont issus du "Judéo-centrisme" et qui se prennent pour "Israël" fassent bien attention de ne pas servir de marche-pied à l'anti-Messie... tout comme "l'Eglise catholique romaine" a voulu aussi se "substituer à Israël".

    Moralité : Vous observerez que tous ces oiseaux déclarés impurs, sont des charognards, des oiseaux de proie, des insectivores ou des oiseaux pêcheurs et chasseurs qui se nourrissent grâce à la mort d’autrui. 



    Les reptiles et les vers sont impurs


    Lévitique 11:42 "Vous ne mangerez point, parmi tous les reptiles qui rampent sur la terre de tous ceux qui se traînent sur le ventre… "


    - Basilic Hébreu « tsepha » serpent, Aspic Prov 23 :32 avec une racine qui signifie expulser.

    Serpent en général se dit « nachash » avec comme racine primaire, divination, observation des signes.
    Proverbes 23:32 "Il finit par mordre comme un serpent, Et par piquer comme un basilic."
    Jérémie 8:17 "Car j'envoie parmi vous des serpents, des basilics, Contre lesquels il n'y a point d'enchantement; Ils vous mordront, dit YHWH."
    La bible ne nous dit rien de plus sur cet animal. Est-il un véritable animal ou fait-il allusion aux démons expulsés du ciel de gloire, nous optons pour cette proposition.... et "nous" (JYH) pensons que les deux sont possibles, l'un étant le symbole de l'autre dans son occultisme spirituel.
    Pline l’ancien le décrit comme un serpent de petite taille avec une tache en forme de diadème sur la tête. Comme Il nous semble impossible que l'Elohim d’Israël reprenne des élucubrations venues d’ailleurs (sauf chez ceux qui reprennent les élucubrations des "faux sages d'Israël"... ou des "faux Pères de l'Eglise"), le basilic biblique n’évoque sûrement pas le basilic de la mythologie grecque ? Nous pensons que le basilic fait allusion à un ou des démons. 


    - Crocodile hébreu « Léviathan » mot qui signifie enroulé en spirale.

    En hébreu moderne crocodile se dit : « Than »
    Crocodile est traduit à partir du mot hébreu « livyathan » qui peut signifier « enroulé en spiral, monstre marin », peut-être un plésiosaure. Mais aussi à partir du mot hébreu « tanniyn » qui signifie dragon Ez 32:2.
    Un Léviathan serait donc une sorte de dragon ou monstre marin serpentaire qui s’enroule en spirale, nous faisant naturellement penser à la représentation chinoise de cet animal réel ou spirituel.
    Esaïe 27:1 "En ce jour, YHWH frappera de sa dure, grande et forte épée Le léviathan, serpent fuyard, Le léviathan, serpent tortueux; Et il tuera le monstre qui est dans la mer."
    IL s’agit ici d’un grand serpent de mer, fuyard et tortueux. Ce qui n’a qu’un très lointain rapport avec les crocodiles qui ne sont ni fuyards, ni tortueux. Job 41:1 (40-20) "Prendras-tu le crocodile « livyathan » à l'hameçon ? Saisiras-tu sa langue avec une corde ?"
    Cette traduction de Louis second ne renvoie absolument pas à la réalité de l’animal dont parle la bible.
    Ci-dessous la bible traduction Ostervald reflète beaucoup mieux ce que YHWH veut nous enseigner.
    Job 41 :1 à 42 Tireras-tu le Léviathan avec un hameçon ? Et serreras-tu sa langue avec une corde ? Mettras-tu un jonc dans ses narines, perceras-tu sa joue avec un crochet ? T'adressera-t-il beaucoup de prières, et te dira-t-il de douces paroles ? Fera-t-il un accord avec toi, et le prendras-tu pour esclave à toujours ? En joueras-tu comme d'un oiseau, et l'attacheras-tu pour amuser tes filles ? Les associés en feront-ils commerce, le partageront-ils entre des marchands ? Perceras-tu sa peau d'un dard, et sa tête d'un harpon ? Mets ta main sur lui: tu te souviendras de la bataille, et tu n'y reviendras pas. Voici, tout espoir de le prendre est trompé; à son seul aspect on est jeté à terre ! Il n'y a point d'homme si hardi qui l'ose réveiller; et qui se tiendra debout devant moi ? Qui m'a fait des avances, et je lui rendrai ? Tout ce qui est sous les cieux est à moi. Je ne me tairai pas sur ses membres, sur ses forces, et sur la beauté de sa stature. Qui a soulevé le dessus de son vêtement ? Qui est entré dans sa double mâchoire ? Qui a ouvert les portes de sa gueule ? La terreur est autour de ses dents. Ses puissants boucliers sont superbes; ils sont fermés, étroitement scellés. Ils se touchent l'un l'autre, le vent ne passe point entre eux. Ils sont adhérents l'un à l'autre; ils se tiennent, ils ne se séparent point. Ses éternuements jettent un éclat de lumière, et ses yeux sont comme les paupières de l'aurore. De sa bouche sortent des lueurs, et s'échappent des étincelles de feu. De ses narines sort une fumée, comme d'un vase qui bout ou d'une chaudière. Son souffle enflammerait des charbons, et une flamme sort de sa gueule. Dans son cou réside la force, et la terreur marche devant lui. Les fanons de sa chair sont adhérents; ils sont massifs, inébranlables. Son coeur est massif comme une pierre, massif comme la meule de dessous. Quand il se lève, les plus forts tremblent, ils défaillent d'effroi. Quand on l'approche, l'épée ne sert à rien, ni la lance, ni le dard, ni la cuirasse. Il regarde le fer comme de la paille, et l'airain comme du bois pourri. La flèche ne le fait pas fuir, les pierres de la fronde sont pour lui comme du chaume; Comme du chaume, la massue; il se rit du frémissement des javelots. Son ventre a des tessons pointus: il étend une herse sur le limon. Il fait bouillonner le gouffre comme une chaudière, il rend la mer semblable à un vase de parfumeur. Il laisse après lui une trace brillante, on dirait sur l'abîme une blanche chevelure. Il n'a pas son pareil sur la terre; il a été fait pour ne rien craindre. Il regarde tout ce qui est élevé; il est roi des plus fiers animaux. Alors Job répondit à YHWH, et dit: Je sais que tu peux tout, et qu'on ne saurait t'empêcher d'accomplir un dessein."
    Dans ce passage de Job il est décrit la puissance sans limite du Léviathan, mais cette puissance ne peut en aucun cas être comparée à celle TOUTE PUISSANTE de Elohim.
    "Alors Job répondit à YHWH, et dit: Je sais que tu peux tout, et qu'on ne saurait t'empêcher d'accomplir un dessein."
    En conclusion, nous devons admettre, que si le crocodile ou mieux encore le Léviathan nous fascine par sa puissance, Elohim symbolisé plus haut par le Béhémoth, est TOUT PUISSANT. 


    - Dragon En hébreu « tanniyn » ou grand crocodile volant. En grec c’est le mot « drakon »

    Le mot « tanniyn » a pour racine « allonger » et peut se traduire par dragon, éventuellement dinosaure.
    En Ezékiel 32:2 le mot crocodile est traduit à partir mot hébreu « tanniyn » qui signifie « dragon, monstre ou dinosaure.
    Genèse 1:21 "Elohim créa les grands poissons « tanniyn » c’est-à-dire les grands monstres marins, dragons ou peut-être dinosaures.
    Ezékiel 29:3 "Parle, et dis: Ainsi a dit le Seigneur, YHWH: Voici, j'en veux à toi, Pharaon, roi d'Égypte, grand crocodile « tanniyn » couché au milieu de tes fleuves; qui dis: "Mon fleuve est à moi; je l'ai fait."
    Le problème de cette traduction, c’est que Léviathan traduit par crocodile n’est pas un Tanniyn qui désigne dragon, ni un saraph qui désigne un serpent brûlant et volant. Le Tanniyn symbolise Pharaon et l'Égypte le grand dragon spirituel ou réel qui hantait les rives du Nil.

    Psaumes 91:13 "Tu marcheras sur le lion et sur l'aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon (tanniyn)..."
    En Esaïe 14:29 le mot traduit par dragon est « Saraph » qui signifie
    « serpent ardent et volant ».
    Esaïe 14:29 "Ne te réjouis pas, pays des Philistins, De ce que la verge qui te frappait est brisée ! Car de la racine du serpent « nachash » sortira un basilic « tsepha », Et son fruit sera un dragon « saraph » volant." 

    Verset que l’on pourrait interpréter comme ceci : « du culte de la connaissance du bien et du mal et de la divination sortira l’Aspic le serpent venimeux duquel sortira le Diable, qui est le prince de la puissance de l’air ».

    Apocalypse 12:3 et 4 "Un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c'était un grand dragon (tanniyn) rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. (Néh 2:13)
    Animal hybride et fabuleux figurant dans les légendes populaires de presque tous les pays, le dragon est l'une des créatures les plus mystérieuses qu'il soit. Il est donc difficile de déterminer de quel animal ou être spirituel il s’agit. En revanche quand le Nouveau Testament l'Alliance renouvelée" évoque le dragon, (En Apocalypse) il s’agit toujours du serpent ancien, du diable ou de Satan.
    Dans l’Alliance Première (et plus globalement "Tanakh") des puissances humaines sont souvent nommées « tanniyn ».
    Jérémie 51:34 "Nebucadnetsar, roi de Babylone, m'a dévorée, m'a détruite; Il a fait de moi un vase vide; Tel un dragon…"
    Une question intrigue les cryptozoologues : comment est-il possible que toutes les civilisations rapportent l'existence d'une créature dotée d'un aspect similaire ? La plus ancienne trace connue de dragon remonte à 4000 ans avant "JC", dans une tombe néolithique de Xishuipo en Chine.
    (C'est toutefois, et certainement, la confirmation de la cohabitation ancienne des dinosaures et des humains. Ces figures "monstrueuses" ne s'inventent pas partout en même temps, n'en déplaise aux pseudo-scientifiques "évolutionnistes" !)
    La bible en fait le symbole des puissances dévastatrices et de Satan lui-même.
    Il évoque l’asservissement, la destruction, la désolation et les ruines.

    Le Dragon image de la cruauté du Chacal ou du chien sauvage
    Michée 1:8 "C'est pourquoi je pleurerai, je me lamenterai, Je marcherai déchaussé et nu, Je pousserai des cris comme le chacal, (tanniyn)..." (Comme un Chacal cruel comme un dragon)
    En hébreu « tanniyn » se traduit par « monstre serpent marin, dragon » ce qui n’a rien à voir avec un chacal. Mais le mot « Tanniyn » (Dragon) est utilisé ici et ailleurs comme une image de la cruauté du Chacal.
    Le Dragon Chacal évoque l’asservissement, la cruauté, la destruction, la désolation et les ruines (Jérémie 9 :11).
    Dans sa détresse et sa solitude, En Job 30 :29 Job se dit « frère des chacals (tanniyn) ».


    - Serpent, hébreu « nachash » avec comme racine primaire divination, observation des signes.
    - Aspic En hébreu « pethen » vient de la racine tordre. (Job 20:14) 1)

    Le serpent de la Genèse « nachash » avait des caractéristiques particulières et se distingue par le fait qu'il était nu et qu’il marchait "sur ses pieds" (??...ceci n'est pas précisé et pas "écrit". On sait seulement qu'il a ensuite été condamné à "ramper". Voir le sens spirituel).
    On ne traduit pas d'habitude comme cela : Genèse 3:1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux… mais le mot « arowm » traduit ici par « rusé » signifie aussi bien « nu » qu’intelligent ou « rusé ».
    Comprenons le rapport. Au verset (2:25), on traduit que l'homme et la femme étaient tous deux « nus » « arowm » et qu'ils n'en éprouvaient pas de honte. Mais il est curieux de constater que c'est le même mot « arowm » est traduit une fois par « rusé » et l’autre fois par « nu »…. Pourquoi ce choix ?
    Le serpent est-il le plus nu de tous les animaux ou le plus intelligent ?
    En bref, l'homme, la femme et le serpent sont qualifiés du même terme et c'est cela qui évoque une ressemblance troublante... sauf que la "nudité physique et spirituelle" (innocence) ne pose aucun problème aussi longtemps qu'il y a "obéissance"... mais elle se transforme en "ruse méchante" comme celle du serpent après "désobéissance", ce pourquoi maintenant "le monde entier est sous la puissance du malin" (1 Jean 5:19).

    En voyant le serpent, on voit donc quelque chose de l'Homme. L’autre chose qu’ils ont en commun est qu’ils parlent et connaissent ce que Elohim a dit antérieurement. Aussi faut-il comprendre ici qu’une partie de la vie psychique humaine est en relation avec le serpent. Pour le comprendre, il faut revenir à l’histoire vécue par Israël au désert où le serpent se manifeste comme un animal "brûlant".
    Le serpent du jardin d’Eden, qui est le Satan et le penchant au mal se confondent en une même force du mal qui cherchent à opposer l'homme à Elohim.

    2) La prédiction de Elohim accomplie par la mort du Mashiah à la croix. Genèse 3:15 "Et je mettrai inimitié entre toi et la femme et entre ta semence et sa semence. Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon…"
    Romains 16:20 "L'Elohim de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds."
    La morsure de ce serpent provoquant la mort, son déplacement par ondulations latérales et sa langue fourchue en ont fait de lui, le symbole du mensonge, de la malice et de la mort.
    Psaume 140:3 "Ils aiguisent leur langue comme un serpent, Ils ont sous leurs lèvres un venin d'aspic."
    Romains 3:13 "Leur gosier est un sépulcre ouvert; Ils se servent de leurs langues pour tromper ; Ils ont sous leurs lèvres un venin d'aspic."

    3) Le serpent est aussi présent dans d’autres épisodes de la Bible, comme celui du bâton de Moïse dans l’Exode, ou encore le serpent d’airain érigé par Moïse sur l’ordre de Elohim. Ce serpent d’Airain sauvait de la mort les Israélites mordus par les serpents brûlants (Nombre. 21 : 6 à 9).
    Yéshoua applique à lui-même l’image du serpent d’airain (Jean 3:14 et 15) "Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle."
    Nous en trouvons l’explication en 2 Corinthiens 5, 21, où nous lisons que
    « Celui qui n’a pas connu le péché, Elohim l’a fait péché pour nous, afin que nous devenions justice de Elohim en lui ».
    La « racine du serpent », image de la maison royale de David, et le « serpent brûlant qui vole », sont aussi des symboles des instruments de la malédiction de Elohim sur ses ennemis (Ésaïe. 14 : 29).


    - Sangsue En hébreu « aluwqah »

    Proverbes 30:15 "La sangsue a deux filles, qui disent: Apporte, apporte ! Il y a trois choses qui ne se rassasient point; il y en a même quatre qui ne disent point: C'est assez ! "
    La sangsue est l’Image de la cupidité.


    - Ver
    en hébreu « rimmah », Vermisseau En hébreu «towla »

    1) Jonas 4:7 "Mais le lendemain, à l'aurore, Elohim fit venir un ver qui piqua le ricin, et le ricin sécha."
    Le ver symbolise la mort et le cadavre
    Esaïe 66:24 "Et quand on sortira, on verra Les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi; Car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s'éteindra point; Et ils seront pour toute chair un objet d'horreur." (Marc 9 :48)
    Esaïe 41:14 "Ne crains rien, vermisseau de Jacob, Faible reste d'Israël ; Je viens à ton secours, dit YHWH, Et le Saint d'Israël est ton sauveur."
    Ce qui s'est déjà passé dans l'histoire correspond malheureusement à ce qui se passe aujourd’hui dans nombre d'assemblées où des majorités passives sont dirigées par des aveugles qui dirigent d’autres aveugles. Tous les enfants de Elohim ont besoin de suivre la voix de l'Esprit, mais il n’y en a que quelques-uns (un petit reste les vermisseaux de Jacob, Faible reste d'Israël) qui écoutent réellement cette voix et en tirent les conséquences pour leurs vies.

    2) Dans Romains 9 :25 à 33, l'apôtre Paul est clair, quand il cite Osée et Esaïe, pour dire que le Seigneur veut toujours sauver un reste de Son peuple d'Israël symbolisé ici par un faible vermisseau. ! 

    Moralité : Vous observerez que tous ces animaux impurs ont le ventre qui touche terre ce qui pourrait imager leur incapacité à s’élever au dessus des choses terrestres. (sagesse d'en bas")



    Les autres animaux impurs 

    Lévitique 11:29 et 30 "Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs : la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces ; le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon." 

    - Caméléon, En hébreu « tanshemeth »

    Lévitique 11:30 "le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon."
    Le caméléon comme animal impur symbolise l'inconstance. Pourtant, c'est bien malgré lui qu'il change de couleur par ses états émotionnels et les changements de température.


    - Grenouille en Exode 8:2 hébreu « tsephardea » qui se traduit bien par grenouille. En Lév 11 :20 hébreu « koach » est traduit par le rabbinat Français par crocodile.

    Pharaon est averti par ces mots : Exode 8:2 "Si tu refuses de le laisser aller (mon peuple), je vais frapper par des grenouilles toute l'étendue de ton pays."
    Exode 8:4 "Les grenouilles monteront sur toi, sur ton peuple, et sur tous tes serviteurs."
    Lors de la seconde plaie d’Egypte des grenouilles envahirent toute l’Egypte jusque dans les maisons. Mais sur la demande de Moïse : Exode 8:13 "YHWH fit ce que demandait Moïse ; et les grenouilles périrent dans les maisons, dans les cours et dans les champs.
    Par sa nudité et son aspect humide et sa vie dans l’eau plutôt stagnante, la grenouille est une image l’impudicité sexuelle. Elle incarne les esprits impurs qui sortent de la bouche du Dragon, de celle de la bête et de celle du faux prophète (Apocalypse 16 :13).
    La grenouille symbolise les esprits impurs, que Elohim peut balayer d’un revers de main.


    - Hérisson En hébreu « qippowd » qui signifie porc-épic et hérisson.

    En Lév 11 :30 « anaqah » peut-être une espèce de lézard Au sujet de Babylone Elohim dit : Esaïe 14:23 "J'en ferai le gîte du hérisson et un marécage, Et je la balaierai avec le balai de la destruction, Dit YHWH des armées."
    On peut penser que l’image du hérisson est utilisé ici pour augmenter l’image d’un balai beaucoup plus rugueux que l’on pourrait l’imaginer.


    - Lézard En hébreu « semawmeeth » sorte de lézard. Il y a aussi en Lév 11 :29 le mot « tsab » qui est peut-être un animal disparu.

    Proverbes 30:28 "Le lézard saisit avec les mains, Et se trouve dans les palais des rois."
    Lorsqu’on saisit un lézard avec les mains il nous abandonne sa queue. Il entre dans le palais des rois, aucun espace ne peut lui être interdit. Il est symbole d’indolence, se révélant très rapide lorsqu'il s'agit de fuir.


    - Limaçon, Limace Hébreu « shabluwl » (escargot) Psaumes 58:8
    Et en Lévitique 11 :30 c’est le mot « chomet » (étendu à terre) Peut-être un animal disparu.
    Lévitique 11:30 "le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon."
    Comme il laisse une trace visqueuse ainsi souhaite-t-on la disparition du méchant.


    - Souris En hébreu « akbar » traduction Gerboise en Lév 11 : 4 dans bible du rabbinat français.

    1 Samuel 6:11 "Ils (les Philistins) mirent sur le char l'arche de YHWH, et le coffre avec les souris d'or et les figures de leurs tumeurs."
    Il s’agit ici non pas de l’animal mais de sa représentation en métal précieux. Le mot tumeur se traduit en hébreu par « tumeurs à l'anus, hémorroïdes »
    Il semble que les philistins aient voulu influencer Elohim en lui offrant des représentations de leurs maux et de leurs idoles. Peine perdue : 1 Samuel 6:19 "YHWH frappa les gens de Beth-Schémesch, (les Philistins) lorsqu'ils regardèrent l'arche de YHWH; il frappa cinquante mille soixante-dix parmi le peuple. Et le peuple fut dans la désolation, parce que YHWH l'avait frappé d'une grande plaie."
    Pas de symbolique biblique... sauf l'abomination associée au porc en Esaïe 66:17 !


    - Taupe En hébreu « choled » qui représente une taupe ou une belette.

    Lévitique 11:29 "Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs : la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces…"
    La taupe n’a pas de symbolique biblique précisée... mais on peut s'en douter par sa vie "souterraine".


    - Tortue En hébreu « letta’aw » racine cachée, peut-être la Salamandre, rabbinat Français Lév 11 :30 Lévitique 11:30 "le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon."
    La tortue n’a pas de symbolique biblique précisée... même si La Fontaine peut nous aider d'un autre point de vue; ;)

    Moralité : Vous observerez au que tous ces animaux ont la particularité de se cacher de différentes manières. Une image de ceux qui préfèrent fuir leurs responsabilités et agir dans l’ombre. 



    Les poissons avec nageoires et écailles sont purs 


    Lévitique 11:9 "Voici les animaux dont vous mangerez parmi tous ceux qui sont dans les eaux. Vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles, et qui sont dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières." 


    - Poissons En hébreu « dagah »

    1) Les poissons ne sont détaillés dans la bible que par ces caractéristiques:
    « Vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles, et qui sont dans les eaux »
    Les nageoires permettent de remonter à la surface et de nager à contre-courant.
    Celui qui est sans nageoire suit le courant ou s'enfonce dans la vase, dans ce qui est impur.
    Ce qui pose cette question aux enfants de Elohim : suivez-vous le courant des traditions religieuses et du monde ou remontez-vous vers la source pure de la parole de Elohim ?
    Les écailles enveloppant complètement le corps du poisson illustrent l'armure que possèdent les vrais serviteurs de Elohim. Ephésiens 6:13 "prenez toutes les armes de Elohim…
    Créés lors du cinquième jour de la Genèse, les poissons sont un signe d’abondance et de vie.
    Genèse 1:21 "Elohim créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce…"
    Ainsi, dans les évangiles, Yéshoua parvient à rassasier la foule après avoir béni cinq pains et deux poissons.

    2) Et pour la pêche miraculeuse ce fut cette fois 153 grands poissons.
    Jean 21:11 "Simon Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet plein de cent cinquante-trois grands poissons et quoiqu'il y en eût tant, le filet ne se rompit point."
    Pour comprendre ce verset il faut savoir qu’à l’époque de Yéshoua, les rabbins pensaient que le monde était composé de cent cinquante-trois peuples. Quant aux zoologistes grecs de l'époque ils pensaient connaître 153 variétés de poissons.
    Ce chiffre de 153 poissons se retrouvant dans les filets de l'apôtre Pierre, signifierait dans ce cas l’abondance de la grâce de Elohim, répandue à tous les hommes de toutes les nations de la Terre. Avec les 153 grands poissons l’élection s’étend du Peuple d’Israël au monde entier en devenant universelle.
    Note JYH: En fait, il serait bon de comparer ce nombre précis et relativement peu élevé avec la première pêche miraculeuse en Luc 5:1-11 où le nombre est très grand et non précisé, et où par ailleurs les filets "se rompaient".
    Notons que certains auteurs ont trouvé "153 bénédictions particulières et personnelles" dans les écrits de la Bériyth haHadashah (et que des pagano-chrétiens veulent en faire des "nouveaux dogmes" applicables à "tous") !
    C'est toute la différence entre "pêcheurs d'hommes" pour les "appelés" et sélection qualitative par le Père pour les "élus" après sanctification ! Ceci n'est pas sans rappeler la sélection des 144000 en Apoc 7:4 et 14:1-3 par rapport à la "grande foule" d'Apoc 7:9-14 après "grande tribulation" !


    Le poisson, signe de Jonas, représente l’enfant de Elohim régénéré qui devient lui-même pêcheur d’hommes ; ce qui pose les bonnes questions : Notre barque (l’église locale) et nos filets (qui représentent nos dons d’évangélistes) sont-ils en bon état ? Sommes-nous en communion avec l'Esprit Saint pour être des pêcheurs efficaces ?...
    ... Non, ce discours de "prosélytisme évangélique" éloigne d'une part de la seule responsabilité de Elohim dans le choix des "sauvés" et le fait que c'est "le Seigneur qui ajoutait chaque jour à l'Assemblée" (Actes 2:47)... et d'autre part ce discours oublie que le "signe de Jonas" est d'abord donné aux religieux et à une "génération méchante et adultère" qui demande un "miracle" alors que Yéshoua annonce Sa mort et Sa résurrection... en respectant les "deux Shabbats" et donc la Torah de Son Père.
    http://jyhamon.eklablog.com/les-deux-repos-de-shabbat-de-yeshoua-jesus-a47279627


    Moralité : Les écailles sont là pour protéger et les nageoires pour avancer et progresser, symboles de prudence et d’action.



    Les animaux impurs qui vivent dans les eaux

    Lévitique 11:10 "Mais vous aurez en abomination tous ceux qui n'ont pas des nageoires et des écailles, parmi tout ce qui se meut dans les eaux et tout ce qui est vivant dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières."
    Pas de détails supplémentaires au sujet des choses impures qui vivent dans les eaux.
    Apocalypse 17:15 "Et il me dit: Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues." 

    Moralité : Pas d’écaille ou pas de nageoire, sans squelette, souvent gluant ou visqueux, ces animaux sont des images du monde déchu, de la mort et du péché qui ne produit rien de bon.



    Le seul insecte pur

    Lévitique 11:22 "Voici ceux que vous mangerez: la sauterelle, le solam, (sauterelle volante) le hargol (type de sauterelle) et le hagab, (autre type de sauterelle) selon leurs espèces." 


    - Sauterelle En hébreu « arbeh ».

    Neuf noms de sauterelles sont évoqués dans la bible.

    1) Par la dimension phénoménale de leurs nuées et leur voracité, les sauterelles peuvent ravager toute une contrée en très peu de temps.
    Exode 10:12 "YHWH dit à Moïse : Etends ta main sur le pays d'Egypte et que les sauterelles montent sur le pays d'Egypte; qu'elles dévorent toute l'herbe de la terre, tout ce que la grêle a laissé."
    La huitième plaie d'Égypte place la sauterelle au rang d'une armée dévastatrice.
    Joël 1:4 "Ce qu'a laissé le gazam, la sauterelle l'a dévoré; Ce qu'a laissé la sauterelle, le jélek l'a dévoré; Ce qu'a laissé le jélek, le hasil l'a dévoré…"

    2) Leur cohésion dans le nombre est remarquée comme une qualité inhérente à un groupe.
    Proverbes 30:27 "Les sauterelles n'ont point de roi, Et elles sortent toutes par divisions…"

    3) Les grandes armées sont souvent comparées aux nuées de sauterelles
    Juges 6:5 "Car ils montaient avec leurs troupeaux et leurs tentes, ils arrivaient comme une multitude de sauterelles, ils étaient innombrables, eux et leurs chameaux et ils venaient dans le pays pour le ravager."

    4) En apocalypse 9 :7 les "anges déchus" (ou tout simplement "démons") sont comparés à des sauterelles.
    Apocalypse 9:7 "Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat; il y avait sur leurs têtes comme des couronnes semblables à de l'or et leurs visages étaient comme des visages d'hommes."
    Sauterelles symboliques qui cette fois auront un roi.
    Apocalypse 9:11 "Elles avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon et en grec Apollyon."
    Jean Baptiste se nourrit de sauterelles grillées
    Matthieu 3:4 "Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage."

    Moralité : Il y a ici une très importante leçon qui est que les enfants de Elohim ne doivent pas craindre les ennemis dévastateurs puisqu’ils peuvent les consommer.



    Les insectes impurs volant

    Lévitique 11:23 "Vous aurez en abomination tous les autres reptiles qui volent et qui ont quatre pieds." 


    - Abeille hébreu « Déborah »

    Nom d’une juge en Israël avant l’instauration de la royauté.
    Racine « dabar » qui signifie parler, répondre etc.

    1) L'abeille est un petit insecte actif et consciencieux et généreux puisque l’abeille, produit du miel aux vertus gustatives et thérapeutiques qui se trouvent être avec le lait un des symboles de la Terre promise. (Exode 3 :8, Psaume 81 :17)
    Elles sont mentionnées dans la Bible, en raison de leur prévoyance et du danger qu’un essaim représente.
    Proverbes 6:8 "Elle (l’abeille) prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger."
    Prévoir les sept vaches maigres et Joindre ses forces, est le seule façon de produire de bonnes choses.

    2) Le miel est doux et utile, mais l’abeille pique comme un juge qui condamne les intrusions intempestives. Les abeilles sont prêtes à partager avec nous un peu de leur miel, mais si nous les brusquons elles peuvent nous remettre rapidement à notre place et devenir dangereuses.
    Psaume 118:12 "Elles m'environnaient comme des abeilles; Elles s'éteignent comme un feu d'épines."
    Un groupe utile et produisant de bonnes choses, peut représenter une source de danger lorsqu’il devient trop nombreux et que l’on oublie qu’il peut piquer.

    3) L'abeille, symbole aussi des rois d'Assyrie représentés par cet emblème. (Ésaïe 8 :18)
    Juges 14:8 et 9 "Quelque temps après, il (Samson) se rendit de nouveau à Thimna pour la prendre, et se détourna pour voir le cadavre du lion. Et voici, il y avait un essaim d'abeilles et du miel dans le corps du lion. Il prit entre ses mains le miel, dont il mangea pendant la route; et lorsqu'il fut arrivé près de son père et de sa mère, il leur en donna, et ils en mangèrent. Mais il ne leur dit pas qu'il avait pris ce miel dans le corps du lion."
    Samson était un nazir très laxiste dans son obéissance à Elohim car selon la loi, les nazir « ne devaient pas s’approcher d’un mort ». Ce qu’a fait Samson en goûtant le miel de la désobéissance et en cherchant à y faite tomber ses propres parents. C’est une vérité : Le pécheur déteste la solitude de la transgression.
    Le miel est la chose la plus délicieuse et propre qui soit mais la chose la plus pure recueillie dans un endroit ou par une personne souillée devient une occasion de chute. Ou une vérité même très légèrement tronquée devient un terrible mensonge source de chute.


    - Frelon Guêpe En hébreu « tsir’ah » racine « tsara » être lépreux

    Elohim dit : Exode 23:27 et 28 "J'enverrai ma terreur devant toi, je mettrai en déroute tous les peuples chez lesquels tu arriveras et je ferai tourner le dos devant toi à tous tes ennemis. J'enverrai les frelons devant toi, et ils chasseront loin de ta face les Héviens, les Cananéens et les Héthiens." (Deut 7:20, Josué 24:12)
    La nuée de frelons est l’image de la promesse de protection de Elohim pour ses enfants. 


    - Mouche
    Deux sortes de mouches en hébreu « arob » Mouche venimeuse, « zeboob » mouche des cadavres image de Belzébuth qui est le seigneur des mouches.

    Elohim dit à Pharaon : Exode 8:21 "Si tu ne laisses pas aller mon peuple, je vais envoyer les mouches (arob) venimeuses contre toi…"
    Esaïe 7:18 "En ce jour-là, YHWH sifflera les mouches (zeboob) Qui sont à l'extrémité des canaux de l'Egypte…"
    Cet acharnement des mouches lesquelles à peine chassées reviennent harceler hommes et animaux, a fait de la mouche une image du Diable.
    Belzébuth se traduit par le (Baal) des mouches (zéboul) ou le seigneur des mouches des cadavres.
    Marc 3:22 "Et les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, dirent : Il est possédé de Béelzébul; c'est par le prince des démons qu'il chasse les démons."
    L’acharnement des mouches à corrompre tout ce qui est pur est une image des démons.



    Les insectes et arthropodes impurs

    Lévitique 11:42 "Vous ne mangerez point, parmi tous les reptiles qui rampent sur la terre de tous ceux qui se traînent sur le ventre, ni de tous ceux qui marchent sur quatre pieds ou sur un grand nombre de pieds ; car vous les aurez en abomination." 


    - Araignée hébreu « acaviysh » qui vient d’une racine qui signifie s’empêtrer.

    Job 8:14 "Son assurance est brisée, Son soutien est une toile d'araignée."
    L'araignée est le symbole de la patience et de l'habileté, de l'hypocrisie et de la cruauté.
    La toile de l'araignée est un piège tissé, (voir "internet" et son "net", son "web" !) dans lequel viennent se pendre les imprudents.
    L’immobilité de la toile représente le destin de l'impie qui stagne dans ces propres pièges faits de toiles qui ne produisent aucun vêtement. (Esaïe 59 :6)


    - Gale En hébreu « garab »

    La gale humaine est une affection contagieuse qui se transmet par contact humain direct. Elle est due à la femelle d’un parasite acarien le sarcoptes-scabiei qui pénètre la couche superficielle de la peau.
    Deutéronome 28:27  "YHWH te frappera de l'ulcère d'Egypte, d'hémorrhoïdes, de gale et de teigne, dont tu ne pourras guérir."
    La gale symbolise un jugement définitif de Elohim (?)...
    Pour beaucoup plus de détails scripturaires, voir:
     http://jyhamon.eklablog.com/parachah-metsora-galeux-a82329222


    - Fourmi En hébreu « nemala » vient du mot « namal » qui signifie couper

    Proverbes 6:6 à 11 "Va vers la fourmi, paresseux; Considère ses voies et deviens sage. Elle n'a ni chef, Ni inspecteur, ni maître. Elle prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger. Paresseux, jusqu'à quand seras-tu couché ? Quand te lèveras-tu de ton sommeil ?"
    Un peu de sommeil, un peu d'assoupissement, Un peu croiser les mains pour dormir !... Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, Et la disette, comme un homme en armes."
    Une véritable leçon nous est donnée par le roi Salomon : les plus petits peuvent par leurs vies, enseigner de grandes choses aux plus grands…

    La fourmi si petite que l’on peut l’écraser par mégarde, n’a aucun directeur ou maître mais elle a une organisation sociale capable de résister à toutes les épreuves car elle est basée sur la communication, le travail et l’anticipation des saisons.
    C’est l’organisation sociale de l’assemblée des croyants, préconisée par Yeshoua.
    Matthieu 23:8 à 11 "ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs car un seul est votre Directeur, le Mashiah. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur."
    Très beau passage fondateur peu enseigné dans les assemblées car le goût du pouvoir est une maladie bien trop répandue et source de toutes les hérésies ! Le modèle de l’Assemblée selon Yéshoua est la fourmilière ! Comme les fourmis, nous devrions apprendre, à reconnaître l’importance capitale de chacun, pour la survie de la communauté !
    L’assemblée locale (et même "virtuelle" et sélective sur internet dans de rares cas) pourrait ainsi prendre les bonnes décisions sous l’inspiration du Rouah Hakodesh (Esprit Saint) qui s’exprime par l’esprit des membres de l’Assemblée-Qéhila et que la bible mal traduite appelle "l’ange de l’Eglise". (Apocalypse 2 à 3 :14)
    C’est ainsi que chacun se réjouirait de la diversité des talents de ses frères. Quand l’esprit de Elohim anime un groupe, sa force rayonnante est manifeste. 


    - Mite hébreu « ash » Racine « ashesh » usé (mot parfois étrangement traduit par « Teigne »

    Teigne ou gale, est le mot « netheq » qui n’a aucun rapport avec l’animal bondissant qu’est la mite…
    Job 27:18 "Sa maison est comme celle que bâtit la teigne,(ash= mite) Comme la cabane que fait un gardien."
    Job 13:28 "Quand mon corps tombe en pourriture, Comme un vêtement que dévore la teigne (ash) ?"... ici la mite est utilisée pour imager la maladie de la teigne.
    Matthieu 6:20 "mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne (« sas en Grec = mite) et la rouille ne détruisent point."
    Il s’agit bien ici d’une « mite » car la « teigne ou gale » ne détruit rien si non quelle attaque la peau. Voir le symbole de la teigne qui lui est lié.


    - Poux hébreu « ken »

    Exode 8 :16 "YHWH dit à Moïse : Dis à Aaron : Etends ta verge, et frappe la poussière de la terre. Elle se changera en poux, dans tout le pays d'Egypte."
    Pour la troisième plaie d'Égypte, Elohim décrète une invasion de poux. Les magiciens d’Egypte ne pourront faire de même et reconnaîtront « le doigt de Elohim » (Exode 8 :18).
    Les poux sont le symbole d’une plaie douloureuse dont on ne peut se débarrasser qu’avec difficulté.


    - Puce hébreu « par’osh »

    1 Samuel 24:14 "Contre qui le roi d'Israël s'est-il mis en marche ? Qui poursuis-tu ? Un chien mort, une puce !"
    La puce apparaît dans l’épisode où le Roi Saül, jaloux de David, le poursuit au désert et veux le tuer. David apostrophe le roi Saül et dit : « Qui poursuis-tu ? Un chien mort, une puce ! »
    Ici la puce est présentée par David comme un animal insignifiant.


    - Scorpion, hébreu « aqrab »

    Deutéronome 8:15 "Qui t'a fait marcher par ce désert grand et affreux, plein de serpents brûlants et de scorpions, désert aride, où il n'y a point d'eau; qui t'a fait sortir de l'eau du rocher le plus dur"
    Ezékiel 2:6 "Mais toi, fils de l'homme, ne les crains point et ne crains point leurs paroles; bien que tu sois au milieu des épines et des ronces, et que tu demeures parmi des scorpions, ne crains point leurs paroles, et ne t'effraie pas de leur visage, quoiqu'ils soient une maison rebelle."
    Luc 10:19 "Voici, je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents, sur les scorpions, et sur toutes les forces de l'ennemi; et rien ne pourra vous nuire."

    Animal nocturne, le scorpion se tient caché de jour. Sa piqûre est toujours douloureuse, parfois dangereuse. Comme la caractéristique du scorpion est d’injecter son venin avec sa queue cela lui a valu la réputation d’une créature méchante et sournoise.
    Apocalypse 9:10 "Elles avaient des queues semblables à des scorpions et des aiguillons, et c'est dans leurs queues qu'était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois."
    Dans la Bible, le scorpion est considéré comme une créature du démon, symbole de mort, de traîtrise et de châtiment.


    - Teigne hébreu « netheq » (mot étrangement utilisé pour traduire l’hébreu « par’osh » qui désigne une puce… ?) Or la teigne n’est pas un animal mais un champignon.
    Deutéronome 28:27  "YHWH te frappera de l'ulcère d'Egypte, d'hémorroïdes, de gale et de teigne, dont tu ne pourras guérir."
    Esaïe 51:8 "Car la teigne les dévorera comme un vêtement, Et la gerce les rongera comme de la laine; Mais ma justice durera éternellement, Et mon salut s'étendra d'âge en âge."
    Luc 12:33 "Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes. Faites-vous des bourses qui ne s’usent point, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche point, et où la teigne ne détruit point."
    La teigne qui est un champignon qui s’attaque à la chevelure ou aux poils. Il symbolise la destruction, l’impureté et la punition Divine qui en résulte.



    La conclusion de cette étude des animaux est évidente !


    Notre grand Elohim d’Amour et YHWH-Adonaï infiniment Saint a envoyé Son fils dans le monde afin que l’homme naturel, qui est sauvage comme un bouc des montagnes, glouton, hypocrite comme une hyène, puisse changer de nature par la "foi", c'est à dire "l'adhérence" à Elohim et à Sa Sainte Torah... afin d'obéir.
    Ainsi il deviendra un enfant de Elohim parce que "frère du premier-né" Yéshoua, certes fragile comme un agneau et humble serviteur comme un âne, mais qui s’élèvera majestueusement au-dessus des choses terrestres et jusque dans le Royaume puis l’éternité, comme un aigle magnifique avec l’assurance d’un jeune lion, oeuvrant activement et agilement sur tous les terrains pour le salut de toute l’humanité en tant que "témoin". Il sera comme une colombe de paix et de salut au milieu des corbeaux et un exemple à suivre par toute "brebis"  qui n'est pas "mouton de Panurge !



    "L’équipe de cantique de l’olivier franc"... revu et corrigé, comme dab.




    Articles connexes:
    http://jyhamon.eklablog.com/yeshoua-declarait-purs-tous-les-aliments-non-a91650621
    http://jyhamon.eklablog.com/pouvons-nous-disciples-manger-du-porc-des-fruits-de-mer-de-tout-a59819901




    JYH
    29/08/2016
    D'après "Cantique de l'olivier franc"... corrigé comme il se doit.
    Pour éventuellement comparer, l'original est ici: http://olivier-franc-romains11.com/vocabulaire_textes/le_bestiare_de_la_bible_28229.pdf

    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)






    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



  • Commandements, statuts, préceptes, ordres, ordonnances, lois...

       "Yahshua" est une autre écriture, plutôt anglo-américaine, de "Yéshoua"




    L'article suivant est issu de la nébuleuse "juive messianique" dont on peut se demander parfois si elle est "juive pagano-chrétienne" ou si elle est "christiano-talmudique"... avec beaucoup de variantes possibles.
    Il était donc important d'y apporter de nombreuses
    corrections et ajouts tout en supprimant ce qui était mensongèrement superflu ou dangereusement confus. 
    Ont ainsi été supprimées toutes les mentions, allusions et références aux Talmud(s) et Targoum avec noms de Ravs-Rabbins qui ignorent
    Matthieu 23:8 comme l'auteur qui les cite, de même que les "faux sages d'Israël" ont été exclus au bénéfice des vrais sages du véritable "Israël de Elohim".
    Enfin, le mot "Dieu" a été remplacé par "Elohim" et "le éternel" par "YHWH" pour les bonnes raisons que l'on sait.
    Bonne lecture et bonne réflexion.
     




    Lois, statuts, ordonnances, préceptes, commandements, ordresQuelle différence ? Que dit l'Écriture ? 


    « J’élèverai mes mains vers tes commandements que j’aime, et je m’entretiendrai de tes statuts. » (Psaumes 119.48)

    Cette étude aborde un sujet fondamental pour la bonne compréhension de la Parole de Elohim: comprendre le sens et la différence qu’il y a entre les lois, les statuts, les ordonnances, les préceptes, les commandements et les ordres. La conclusion de cette étude permettra de discerner d’une manière irréfutable ceux et celles qui ont l’amour de la vérité ou qui ne l’ont pas comme il est dit :

    « Et vous verrez de nouveau la différence Entre le juste et le méchant, Entre celui qui sert Elohim Et celui qui ne le sert pas. » (Malachie 3:18)

    « Observe les commandements de YHWH, ton Elohim, en marchant dans ses voies, et en gardant ses lois, ses ordonnances, ses jugements et ses préceptes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras et partout où tu te tourneras…» (1 Roi 2,3)

    Et : « Parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois. » (Genèse 26.5)
    Plus de 2,5 milliards de pagano-chrétiens se réclament de la "foi d'Abraham" et ignorent ce verset en choisissant leurs propres "nouvelles lois" ou en les "abolissant" toutes !

    En dehors des véritables docteurs de la Torah tels que Paul ou Zénas (Tite 3.13) et en dehors de ceux qui ont accès à la compréhension du texte hébreu, rares sont ceux qui peuvent donner une explication biblique conforme à la saine doctrine sur ce sujet. En effet, nos traductions françaises sont malheureusement très imprécises et ne permettent pas de dégager un enseignement clair et solide : dans bien des cas, les termes français changent et sont aléatoirement choisis pour décrire tantôt les mêmes mots hébreux, tantôt des mots hébreux différents. Pour bien comprendre, voici quelques exemples avec, entre parenthèse, le mot hébreu original :

    « Le salut est loin des méchants, Car ils ne recherchent pas tes statuts (Hok) » (Psaumes 119:155) ; « Tu observeras cette ordonnance (Hok) » (Exode 13.10). Ici, les mots « statuts » et « ordonnance » sont indifféremment utilisés pour décrire le même mot hébreu « Hok ».

    Inversement, le même terme français est parfois utilisé pour décrire des termes hébreux différents, par exemple : « Tu observeras cette ordonnance (Hok) » (Exode 13.10) ; « observez mes ordonnances (Mishpat) » (Lévitique 25.18). Ici, le même mot « ordonnance » fait référence à deux mots hébreux différents : « Hok » et « Mishpat ».

    Enfin : « Si tu observes toutes ses lois (Hok), je ne te frapperai d’aucune des maladies ». Cette fois-ci, nous avons un nouveau mot français qui est « loi » pour traduire le mot hébreu « Hok » qui était auparavant traduit par
    « statuts » ou « ordonnances »…

    Avec ces quelques exemples parmi des dizaines d’autres, il apparaît qu’il est impossible de se fier aux traductions françaises pour comprendre le message profond que Elohim veut nous donner.

    Tout cela est évidemment bien pire dans les écrits mal traduits de la Bériyth Hadashah* où le mot grec "nomos" (loi) peut avoir jusqu'à 7 sens différents selon le contexte !
    * Le pagano-christianisme a même réussi à changer "l'alliance renouvelée" (avec "nouveau sacerdoce") en "nouveau testament" !
    http://jyhamon.eklablog.com/nouveau-testament-au-lieu-de-alliance-renouvelee-a78524315


    La Torah est le livre de Elohim donné à son Peuple pour qu’il marche dans la sanctification et qu’il apprenne à connaitre le Créateur. Ce "Livre" est écrit dans la juste langue hébraïque que Elohim Lui-même a utilisée pour donner Son Nom: YHWH. Dans le texte original, chaque mot hébreu est soigneusement sélectionné afin d’enseigner une notion et un message particulier. Les traductions françaises voilent et masquent complètement les multiples enseignements profonds que seul le texte hébreu peut transmettre et ainsi, toute traduction sème inévitablement une confusion qui rend impossible la véritable compréhension de bien des messages clés de la Sainte Torah de Elohim.  Bien que les "gardiens de la Torah vivante" soient aujourd'hui les vrais "disciples de Yéshoua", le peuple juif « à qui les oracles de Elohim ont été confiés » (Romains 3:2) a su garder la "compréhension source" de "l'écrit" qui est capitale pour ne pas dévier dans toutes sortes de fausses religions et de fausses doctrines pernicieuses comme il est dit :

    « Tu as dans la Torah la règle de la science et de la vérité » (Romains 2.20)

    Dans la Torah; chaque mot hébreu possède une signification précise et quiconque donnerait un enseignement au sujet des Lois, statuts, ordonnances, préceptes et commandements, en se basant uniquement sur le texte français sans comprendre ce que signifie les mots hébreux associés, ne pourra que se tromper « par de faux raisonnements ». Malheureusement, dès les premiers siècles de notre ère, en se coupant de ses racines juives, les fausses doctrines et l’apostasie ont infiltré la religion naissante appelée « christianisme »... et
    inversement, des "spécialistes de l'hébreu" se sont perdus dans des développements ou commentaires talmudiques au point de ne plus pouvoir reconnaître la "Torah vivante" qu'est Yéshoua ni de comprendre son "nouveau sacerdoce "... mais gloire soit rendue à Elohim qui restaure toute chose !

    Ici, il convient donc de se tenir humble et d’aller consulter le texte source et les explications des "sages d’Israël" (OH NON !)*. En hébreu, pour parler des lois, statuts, commandements etc, il y a globalement 6 termes : Mishpat, Hok, Edout, Mishmeret, Mitsva et Torah. Nous allons analyser ici chacun des mots hébreux en proposant la meilleur traduction française possible et surtout, nous allons découvrir la signification et le sens de chacun de ces mots, ce qui permettra désormais d’être au clair lorsque nous les rencontrerons dans le texte. 
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/les-sages-d-israel-pas-sages-et-pas-d-israel-a126228712
    L'examen de la seule Torah suffit et les "explications" tordues des "faux sages" de Babylone sont à jeter !
    Le juif "sage" est comme le "sage disciple Israëlite en Yéshoua", il réfléchit avant d'écrire et sait d'abord ce qu'est un "sage" et ce qu'est "Israël":
    http://jyhamon.eklablog.com/l-etat-d-israel-est-il-l-israel-de-elohim-1ere-partie-nouvelle-version-a117302204




    - Torah : livre de la Loi de Elohim donnée à Moïse, de Genèse à Deutéronome.


    Ce que l’on appelle couramment la « loi de Elohim » ou encore « instructions, enseignements de Elohim », « doctrine » est défini par un terme hébreu couramment utilisé dans le monde juif actuel et autrefois par le "tout Israël" d'origine. Ce terme est « Torah » souvent traduit par « loi ». La Torah regroupe généralement les 5 premiers livres écrits par Moïse (inspiré de Elohim) appelés aussi « Pentateuque » : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, et Deutéronome. On parle alors plus précisément de « La Torah de Moshé »
    (ou loi de Moïse, ou plutôt "par Moïse")*. On retrouve également beaucoup d’enseignements issus de la Torah, dans les livres prophétiques et les autres écrits dans lesquels nous pouvons contempler les bénédictions attachées à la vie de quiconque l’observe mais aussi les dramatiques conséquences à ses manquements.
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/par-moise-au-lieu-de-a-travers-moise-a81963246

    Par exemple, si vous regardez le psaume 119 dans le texte original, vous y trouverez le mot Torah des dizaines de fois. David, rempli de l’Esprit Saint, dira par exemple :

    « Mon Elohim, j’ai pris plaisir à faire Ta volonté, et Ta loi (TORAH) est au-dedans de mes entrailles. » (Psaumes 40 : 9)

    « Donne-moi l’intelligence, pour que je garde Ta loi (TORAH) Et que je l’observe de tout mon coeur ! » (Psaumes 119 : 34)

    « Ta justice est une justice éternelle, et Ta loi (TORAH) est la vérité. » (Psaumes 119 : 142)

    La TORAH, d’après le lexique du théologien STRONG, signifie donc « Loi, instruction, commandements de Elohim ». On comprend pourquoi David, dans les psaumes, relie d’une manière étroite la volonté de Elohim à la mise en pratique de la Torah. Effectivement, les bonnes œuvres auxquelles Elohim prend plaisir, sont décrites en détail dans la Torah. En grec, le mot Torah est traduit par didaskalia ou nomos, qui signifient indistinctement: loi, instructions, enseignements, doctrines, religions, etc....

    Lorsque Yeshoua (dit "Jésus" !)* ou l’apôtre Paul parlent de la doctrine ou de la saine doctrine, ils font en vérité référence à la Torah et donc à la Loi de Elohim. En Matthieu 5 : 17-19, Yeshoua affirme par exemple d’une manière claire et précise qu’il n’est pas venu abolir un seul iota des commandements présents dans la Torah et encourage ses disciples non seulement à observer la "Loi de Moïse" mais aussi à enseigner à l’observer.
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/a-propos-du-faux-nom-de-jesus-christ-a92454929

    Dans son combat contre satan dans le désert, Yéshoua le chassera en répliquant à ses 3 tentations par 3 commandements de la loi de Moïse (Torah). La Torah est l’épée de Elohim, tranchante et efficace pour détruire le malin.

    Mais la Torah n’est pas simplement un livre composé de lois et d’interdictions ; c’est infiniment plus. Comme le dit Paul, la Torah, avec toutes les lois qu’elle renferme, ses instruction et ses récits, est spirituelle (Romains 7.14). En plus de contenir de puissantes prophéties sur le Messie, sur Israël, sur l’histoire humaine et sur la fin des temps, la Torah contient toute la profondeur des voies de Elohim, toute Sa science et Sa sagesse au travers d’enseignements merveilleusement profonds que seul le texte hébreu peut nous donner, d’où l’importance de consulter autre chose que les enseignements des pseudo "sages d’Israël" (ou "Hazal") à ce sujet car la réflexion selon l'Esprit nous révèle la profondeur de la saine doctrine en accord avec l’Evangile de Yéshoua puisque Celui-ci dit:
    " Ma doctrine n’est pas de moi, mais de Celui qui m’a envoyé.
    Si quelqu’un veut faire Sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Elohim, ou si je parle de mon propre chef." (Jean 7:16,17)... à bon entendeur !

    On peut donc dire de la Torah qu’elle est effectivement la saine doctrine, le manuel et le guide de l'Elohim tout puissant offert à ses enfants pour qu’ils marchent dans la sanctification et apprennent à connaitre le seul vrai Elohim, en discernant ce qui lui plaît et ce qui lui déplaît.

    Désormais, lorsque vous verrez le mot « loi » faisant référence à la Torah, vous comprendrez beaucoup mieux ce que le texte cherche à enseigner et fuirez toute interprétation qui enseignerait faussement que la Loi (Torah) serait abolie, ce qui est un enseignement grave, dangereux et proche du blasphème contre l’Esprit Saint comme il est dit :

    « Il est temps que YHWH agisse; ils ont aboli ta loi (Torah). »



    - Mitsva : Commandements, lois


    Dans la Torah, le mot mitsva (commandement) est un terme généraliste qui englobe tous les autres types de commandements. Par exemple, on dit que la Torah regroupe 613 mitsvot (commandements) : cela regroupe en réalité toutes les ordonnances, tous les préceptes, statuts, lois, etc,.

    Le mot mitsva vient du verbe « létsavot » signifiant « ordonner », « donner ordre ». En général, dans nos traductions française, le mot hébreu « mitsva » est le seul mot qui est régulièrement bien traduit par le mot « commandement ». Ce n’est pas sans raison qu’il s’agit du seul terme bien traduit que l’on retrouve dans des endroits clé des textes de la nouvelle "l'alliance renouvelée" avec "nouveau sacerdoce" comme pour bien nous signifier que toutes les mitsvot de Elohim (commandements), c’est à dire tous les préceptes, statuts, ordonnances et lois de Elohim (excepté ce qui relève de l'ancien sacerdoce lévitique pendant ce temps de "grâce") sont aussi pour les croyants en Yéshoua qui se disent « chrétiens » :

    « Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5.19)

    « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Elohim et la foi de Yéshoua. » (Apocalypse 14:12)

    Sur le verset suivant de la Torah : « Parce que l’homme qui les pratique (les commandements) obtient, par eux, la vie », on peut ajouter qu'il s’agit de la vie dans le monde futur, la "vie éternelle".

    On se rappelle de la réponse du Messie Yéshoua apportée à cette personne qui lui demandait comment hériter la vie éternelle, c’est à dire la vie dans le monde futur :

    « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » (Matthieu 19.17) comme il est dit: « Vous garderez mes lois et mes statuts car l’homme qui les pratique obtient, par eux, la vie » (Lévitiques 18.3-5).

    On voit à quel point Yéshoua n’annule et ne retranche rien, il ne fait que citer Lévitiques 18.3-5 et reste parfaitement fidèle à tout l’enseignement de son Père dans la Torah.

    Mais, par ailleurs, Il explique de façon parabolique et prophétique à Nicodème (Jean 3:1-12) qu'il faut "naître de nouveau"*, c'est à dire "mourir et ressusciter" comme Lui, et après "avoir marché comme Lui" (1 Jean 2:6) !
    Conséquemment, Yéshoua précise bien: "Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?"
    * Voir: http://jyhamon.eklablog.com/pour-naitre-de-nouveau-il-faut-mourir-a108383178




    - Mishmeret : ordre, garde


    Ce mot vient de la racine Shamar qui signifie Tenir, garder, préserver, protéger. Par exemple, en apocalypse 14.12, les saints sont appelés « Shomer Mitsvot » car ils « gardent les commandements de Elohim »

    Par exemple, on dit d’une personne qu’elle est « Shomer Shabbat » parce qu'elle garde, observe et protège ce commandement en veillant à ce qu’il ne soit transgressé ni par lui ni par ses proches. Une personne qui n’est pas
    « Shomer Shabbat » ne prendra pas garde à ce commandement, le négligera, le profanera aisément et sera indifférent face à la profanation des autres.

    Mais aussi, ce terme peut faire allusion aux commandements de Elohim non explicités dans la Torah et spécifique à une situation. Par exemple, en Genèse 26.5, il est écrit « qu’Abraham a observé les ordres (Mishmereth) » de YHWH. De quels ordres s’agit-il ? Entre autres, il s’agit du sacrifice d’Isaac demandé par Elohim : ce n’est pas un commandement écrit dans la loi de Moïse valable en tout temps pour tout le peuple, il s’agit d’un ordre de Elohim donné dans une situation précise à une personne précise à un moment précis.

    En nombres 9, nous voyons également un ordre (mishmereth) de Elohim :
    « Quand la nuée restait longtemps sur le tabernacle, les enfants d’Israël obéissaient à l’ordre (Mishmereth) de YHWH, et ne partaient point (…) A la voix de YHWH ils faisaient halte, à sa voix ils décampaient, gardant ainsi l’ordre (Mishmereth) de YHWH, d’après l’ordre divin transmis par Moïse. »

    Nous voyons clairement ici qu’il s’agit d’obéir à la voix de Elohim. Parfois, au travers d’une réponse à une prière, de rencontres particulières et de confirmations que Elohim donne au travers des circonstances, nous comprenons dans notre esprit que Elohim nous demandera d’aller à tel ou tel endroit ou de faire telle ou telle chose: il s’agira alors d’un « mishmeret » de Elohim. Ceci n'a évidemment aucun rapport avec les fausses prophéties (voyance) données dans les milieux pentecôto-évangéliques.

     


    - Edouyot, Edah : Préceptes, témoignages


    Les ‘Edouyot sont des lois qui rappellent des "événements". Le chapitre 4 et 6 de Deutéronome font référence à des edouyot : « Voici les préceptes (‘Edah), les lois et les ordonnances que Moïse prescrivit aux enfants d’Israël, après leur sortie d’Egypte. » (Deutéronome 4.45 et 4.17)

    Les edouyot sont des lois qui possèdent en elle même le rappel d’un événement, d’un témoignage (par exemple, le commandement qui nous demande de « se souvenir de la sortie d’Egypte » etc). L’hébreu utilise ce mot pour aussi désigner par exemple les tables de la Loi (tables du témoignage) ainsi que les rouleaux de la Tora, ces mêmes rouleaux que le roi devait toujours avoir avec lui partout où il allait et qu’il devait constamment lire.

    Etudions maintenant les 2 derniers termes qui regroupent le plus de commandements de la Torah : Les ordonnances (Mishpatim en hébreu) et les statuts ou décrets (Hok, Houka ou Houkim en hébreu).

     


    - Mishpat
    : ordonnances morales, justes, compréhensible par la logique humaine.


    Le mot hébreu « Mishpat » (mishpatim au pluriel), idéalement traduit par
    « ordonnance », fait référence à tous les commandements civils et moraux en lien avec son prochain et la communauté. Ce sont généralement des ordonnances accessibles et compréhensibles par la logique humaine.

    Par exemple, En Exode 21 : 1, il est écrit : « Voici les ordonnances (Mishpat) que tu leur présenteras. ». Effectivement, en lisant bien les ordonnances contenues dans ce chapitre, nous voyons qu’il s’agit d’ordonnances morales et civiles... mais qui renvoient toujours au fondement "spirituel" de la Torah.

    Ne pas tuer, ne pas maudire, ne pas médire sur qui que ce soit, ne pas avoir de la haine dans son coeur envers qui que ce soit, honorer son père et sa mère, aimer son prochain etc : autant de Mishpatim que Elohim nous ordonne d’observer.

    Les mishpatim (ordonnances) sont des commandements très importants car ils font partis du coeur de la Torah de Elohim. Le Messie Yéshoua, lors de sa première venue, a beaucoup insisté sur l’importance de garder les mishpatims, c’est d’ailleurs un des reproches qu’il fera à cette classe de pharisiens corrompus de son époque qui délaissaient les mishpatim comme ceux d'aujourd'hui : « vous laissez ce qui est plus important dans la loi (Torah), la justice, la miséricorde et la fidélité: c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. » (Matthieu 23.23) ; Notez bien ce que dit le Maître : « SANS NÉGLIGER LES AUTRES CHOSES » : ici, les « autres choses » font référence aux autres commandements étudiés dans cette étude, ceux qui ne sont pas des mishpatim, et donc évidemment à "toute la Torah".

    Mentionnons exceptionnellement un commentateur de la Torah (un "juif rabbinique" qui se prend pour un "sage d'Israël" et se fait appeler "Rav", "Rabbi")*, et qui fait ce genre de commentaire en s’appuyant en principe sur le sens de l’hébreu :
    « Mes ordonnances (Mishpatim) : Ce sont les articles mentionnés dans la Torah relatifs à la justice qui, s’ils n’avaient pas été énoncés par elle, auraient dû l’être par les hommes eux-mêmes (il s’agit notamment des lois logiques, compréhensibles, morales). » !
    * "ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères." (Mat 23:8) !!

    Comme quoi, certains "érudits" pensent que l'homme est "naturellement bon", que "le mal" ne peut pas être appelé "bien" et réciproquement (Esaïe 5:20) ou que "la Vérité ne peut pas être changée en mensonge" (Rom 1:25) !
    Ils oublient que "le monde entier est sous la puissance du malin" (1 Jean 5:19). Voilà l'une des multiples voies d'égarements Talmudiques de ceux qui veulent "ajouter intellectuellement" et sans "l'Esprit".

    Désormais, pour savoir à quel type de commandements et à quel type de commentateurs nous avons à faire, il suffit de regarder le mot hébreu afin de savoir si oui ou non il est question des mishpatim bien compris, c’est à dire des commandements moraux et civils... éclairés par l'Esprit. 
    Regardons maintenant le dernier type de commandement : Les statuts, décrets ou « Hok » en hébreu (Houkim au pluriel).

     


    - Hok
    : Statuts, décrets : lois peu compréhensibles par la logique humaine


    Dans le monde pagano-chrétien, c’est ici un des commandements les plus méconnus bien qu’il soit un des plus utilisés dans la Bible. Cette incompréhension est à l’origine de beaucoup de faux enseignements et de fausses doctrines.

    Dans la pensée juive traditionnelle et non éclairée par l'Esprit, il s’agit de cette catégorie de lois n’ayant apparemment que peu d’explications précises, ce sont des décrets du Roi qui ne se discutent pas, qui sont fixés et gravés ainsi que la racine du mot hébreu l’enseigne. Par exemple, l’interdiction de consommer du sang et certaines viandes comme le porc font partie des Houkim.

    A l’observation des Houkim (statuts) est associée de nombreuses promesses, par exemple, celle de la santé physique, morale et spirituelle : « Si tu écoutes attentivement la voix de YHWH, ton Elohim (…) si tu observes toutes ses lois (Houkim), je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens; car je suis YHWH, qui te guérit. » (Exode 15.25-26)

    Au féminin, ce terme apparaît sous la forme suivante : houka, qui veut dire : loi, décret, mode de vie, coutume, habitude (Lévitique 18,3; 1 Rois 3,3)

    Lorsque nous parlons de "Hok", c’est à dire de statuts ou de décrets, il s’agit donc de toutes ces lois qui ne concernent que le peuple de Elohim dans son train de vie et dont la teneur spirituelle vaut pour l’ensemble de ce Peuple de Elohim, donc de "tout Israël".
    Exemple : l’interdiction de porter des vêtements tissés avec deux fils d’espèce différente symbolise le fait qu’il est interdit d’adorer des dieux étrangers aux côtés de Elohim. Il faut choisir entre YHWH et Baal et ne pas "clocher des deux côtés" (1 Rois 18:21).
    Cela symbolise aussi l’interdiction de tout mélange avec la saine doctrine mais également, l’observation concrète et réelle de ce commandement apporte des bénédictions spirituelles tout aussi concrètes ici-bas et/ou dans le monde à venir, d’où l’importance de ne pas mépriser l’observation concrète, physique et matérielle du plus petit "Hok" comme il est dit : « Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes » (Luc 16:10) et encore :
    « Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. » (Matthieu 25 : 21)

    Le choix de ce terme « ‘Houkim » n’est bien sûr pas anodin, et il révèle une tendance naturelle qui peut naître dans le cœur de l’homme lorsqu’il cohabite avec d’autres individus. En effet, cette cohabitation amène l’homme à intégrer dans sa vie des paramètres qui à l’origine lui étaient étrangers, et qui pouvaient même le choquer. Toutefois, la force de l’habitude, de la routine et du quotidien ont vite fait d’émousser sa sensibilité et de banaliser ce qui ne l’est pas. Aussi peut-il en venir à intégrer en lui-même des comportements et des valeurs qui, à l’origine, lui sont étrangers. Parfois, il les intègre si profondément qu’il ne les questionne même plus, il les applique sans se poser de questions. A cet égard, ils peuvent devenir pour lui des ‘Houkim, des principes qui échappent à la raison.

    Ceci a une résonance toute particulière à notre époque, et notamment pour ceux qui habitent en France. Il est difficile de sortir dehors sans être surpris par des images impudiques, ou bien par des comportements ou des publicités inouïes. Il est même parfois difficile de s’en émouvoir sans craindre de passer pour un fanatique tant ces mœurs ne semblent plus étonner quiconque. 

    Ainsi, les nations elle-mêmes ont des houkim (statuts) qu’elles suivent mais qui en réalité échappent à la compréhension de la plupart. Par exemple: les relations sexuelles multiples, la prolifération des "images fabriquées" (et qui parlent !) en lien avec de fausses "informations" ou "enseignements", des inventions ubuesques de nouvelles fêtes et coutumes, etc, etc.
    On remarquera que la plupart des houkim des nations vont directement s’opposer aux houkim de la Torah.

    Ce n’est pas sans raison que le seul vrai Elohim dira à son peuple et à tous ceux qui le craignent : « N’imitez pas la voie des nations » (Jérémie 10.20) et encore : « vous ne suivrez point leurs usages. » (Lévitique 18.3), comme le confirme le Messie : « Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde » (Jean 17:14). Jacques reprendra sévèrement ceux qui pensent que l’on peut faire des compromis avec ce monde, c’est à dire servir Elohim et suivre en même temps les lois et l’esprit de ce monde : « Adultères que vous êtes ! ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Elohim ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Elohim. » (Jacques 4:4)

    Les houkim révèlent ceux qui ont réellement l’intention de servir Elohim car les mishpatim (ordonnances) ont une logique et sont compréhensibles tandis que si une personne obéit à des Houkim (statuts, décrets) peu compréhensibles, il montre par là qu’il veut vraiment obéir à Elohim.

    Ainsi, on comprend toujours mieux pourquoi David est appelé aujourd’hui encore « Un homme selon le coeur de Elohim » car voici ce qu’il dit des Houkim de Elohim : « J’incline mon coeur à pratiquer tes statuts (Houkim), Toujours, jusqu’à la fin. » (Psaumes 119:112)

    Les houkim révèlent la profondeur de la personne, son état d’esprit car il va de soit qu’une personne qui n’obéit qu’à des choses logiques et compréhensibles en mettant de côté les commandements inaccessibles à la logique humaine, démontre un état d’esprit différent de celui qui obéit à son Père quoi qu’il en coûte. Celui qui est véritablement conduit par l’Esprit doit apprendre à faire mourir ses raisonnements humains et charnels pour suivre l’Esprit de Elohim qui désire le voir observer Ses houkim, à l’instar de David et surtout du Messie Yéshoua qui observaient tous deux l’ensemble des houkim de Elohim.

    En Jérémie 35, on se rappelle des fils de Jonadab qui obéissaient aux houkim de leur père même s’ils ne comprenaient pas tout. Voici le verdict de Elohim à leur sujet et qui vient comme une remontrance faite à ceux de son peuple qui méprisent ou négligent ses houkim :

    « Ne recevrez-vous pas instruction, pour obéir à mes paroles ? dit YHWH. On a observé les paroles de Jonadab (…) Ils ont obéi à l’ordre de leur père. Et moi, je vous ai parlé, je vous ai parlé dès le matin, et vous ne m’avez pas écouté. Je vous ai envoyé tous mes serviteurs, les prophètes, je les ai envoyés dès le matin, pour vous dire : Revenez chacun de votre mauvaise voie, amendez vos actions, n’allez pas après d’autres dieux pour les servir, et vous resterez dans le pays que j’ai donné à vous et à vos pères. Mais vous n’avez pas prêté l’oreille, vous ne m’avez pas écouté. Oui, les fils de Jonadab, fils de Récab, observent l’ordre que leur a donné leur père, et ce peuple ne m’écoute pas ! » (Jérémie 35)

    Le peuple qui se dit "de Elohim" n’est-il pas exactement dans la même situation encore aujourd’hui ? Elohim n’a de cesse de parler et d’avertir au travers de ses serviteurs : « Je vous ai parlé, je vous ai parlé dès le matin, et vous ne m’avez pas écouté ». Ici encore, au travers de cet article et de ses corrections, Il parle, Il parle…

    Le peuple de Elohim est appelé à vivre dans une complète sanctification dans ce monde sans toutefois faire partie du monde, une sanctification qui touche à tous les domaines de la vie, mais que constate-on ? Le monde suit des fêtes païennes telles que Noël, "les pâques" printannières, la Toussaint-Halloween, etc, et une grande partie de "l’église officielle" aussi ! Le monde mange tout et n’importe quoi et n’importe comment, du sang de porc (boudin noir) etc, et une grande partie de "l’église officielle" aussi ! Le monde travaille, achète et fait des oeuvres serviles le samedi, jour de shabbat, et une grande partie de "l’église officielle" aussi ! Le monde s’habille n’importe comment, d’une manière impudique, se fait des tatouages et autres piercing et une grande partie de "l’église" aussi, etc, etc !
    En bref, ceux de "l'église officielle" avec ses multiples succursales, tout comme "le monde", ne croient absolument pas au "Royaume". Ils préfèrent sans le savoir le terrible "Jugement du 8ème jour" !

    Ainsi, les erreurs antiques d’Israël se répètent à nouveau mais nul ne veut le voir :
    « Ils suivirent les coutumes (HOK) des nations que YHWH avait chassées devant les enfants d’Israël. Les enfants d’Israël firent en secret contre YHWH, leur Elohim, des choses qui ne sont pas bien … ils firent des choses mauvaises, par lesquelles ils irritèrent YHWH. »

    Et pourtant, comme aujourd’hui encore, « YHWH fit avertir Israël et Juda par tous ses prophètes, par tous les voyants, et leur dit : Revenez de vos mauvaises voies, et observez mes commandements et mes ordonnances (HOK), en suivant entièrement la loi (Torah) que j’ai prescrite à vos pères et que je vous ai envoyée par mes serviteurs les prophètes. » (2 Rois 17)

    Vous laisserez-vous avertir ? Regardez donc le fruit glorieux de l’obéissance des fils de Jonadab :

    « Ainsi parle YHWH des armées, l'Elohim d’Israël : Parce que vous avez obéi aux ordres de Jonadab, votre père, parce que vous avez observé tous ses commandements et fait tout ce qu’il vous a prescrit; à cause de cela, ainsi parle YHWH des armées, l'Elohim d’Israël : Jonadab, fils de Récab, ne manquera jamais de descendants qui se tiennent en ma présence. »
    (Jérémie 35)

    Le mot « hok » vient d’une racine qui veut dire : inciser et graver (‘hakak). Il est utilisé pour des prescriptions divines qui demandent une foi entière parce qu'elles ne semblent pas nécessairement logiques et dépassent le niveau de compréhension de l’être humain ordinaire, même juif.

    Le Hok est « l’insertion d’une réalité spirituelle dans le réel » et qui démontre une foi vraie et totale dans l'Elohim d’Israël.


    Regardons quelques Houkim mais essayons d'en comprendre malgré tout le sens spirituel pour ne pas retomber dans la religiosité rabbinique orthodoxe:

    – Les lois concernant les fêtes (Saintes convocations) de YHWH selon le calendrier prévu par Elohim (et non pas celui des "pseudo-sages" et autres religieux de tout bord), sont des Houkim. Par exemple, il est écrit au sujet de la fête de Pessah (Pâque) : « Tu observeras cette ordonnance (Hok) au temps fixé d’année en année. » (Exode 13.10).
    Ce "temps fixé" l'est chaque année par Elohim qui décrète seul du moment de la "germination de l'orge" !

    – Les règles relatives à la vache rousse (para adouma) dont les cendres entrent dans la composition de l’eau lustrale servant à purifier ceux qui sont devenus impurs suite au contact avec un cadavre ; paradoxalement, celui qui effectue cette purification devient lui-même rituellement impur... mais tout ceci renvoie à l'ancien sacerdoce lévitique. Aujourd'hui, il y a le "nouveau sacerdoce" avec Yéshoua comme "Grand Souverain Sacrificateur" dans les lieux célestes... et le Temple terrestre devenu inutile a bien sûr disparu.

    – La mitsva du lévirat qui veut que, lorsqu’un homme mourrait sans enfant, un de ses frères devait épouser sa veuve (yiboum). Cela peut ne pas sembler logique car, en dehors de ce cas précis, la loi interdit d’épouser sa belle-sœur... mais voir la même explication que précédemment.

    – La loi du bouc émissaire de Kippour: envoyé vers ‘Azazel au désert : alors qu’il rendait impur celui qui le conduisait, il purifiait tous les autres.
    Ceci est l'une des explications de l'accomplissement prophétique du grand "Yom Kippour" à venir, donc de "l'angoisse de Yaaqov (Jacob)" avant qu'il devienne vraiment "Israël", ou encore de la "grande tribulation" pendant laquelle YHWH "enverra un esprit de grâce et de supplication" (Zach 12:10) à tous ceux qui sont concernés. 

    – Les prescriptions relatives à l’interdiction de profiter d’un tissu mixte en laine et lin (cha’atnez). Elles défient la logique car la Torah autorise ailleurs ce mélange ; ou pour certains vêtements des Kohanim (sacrificateurs) pour leur service au Bet hamikdach (temple)... mais c'est à nouveau l'explication "sacerdotale" déjà vue qui l'explique... car en Yéshoua, il n'y a plus de "mélanges" doctrinaux, et en même temps, c'est Lui qui "des deux n'en a fait qu'un" (Eph 2:14). Ceci concerne "l'alliance nouvelle (renouvelée)" entre les "deux Maisons" (Jér 31:31: Héb 8:8).

    On peut rapprocher de la catégorie du ‘hok :

    – Il est interdit de semer des espèces mélangées comme du blé dans une vigne mais il est permis de semer ces graines séparément (en des lieux différents)...
     ...ceci permet au moins de distinguer "la moisson" et "les vendanges".

    – Les lois de cacherout en général, et notamment celles concernant la consommation du mélange viande et lait... voir entre autre "lait spirituel" et "nourriture solide".

    – Egalement, les fêtes* ou le shabbat font aussi parti des houkim.
    * Voir cette autre "correction": http://jyhamon.eklablog.com/les-7-sept-fetes-de-yhwh-decortiquees-a48838802


    Pour toutes ces choses, il existe des explications spirituelles puissantes et satisfaisantes pour avoir un bon début de compréhension et nous en avons vu quelques unes. Toutefois, les houkim resteront généralement bien au delà de la logique humaine, surtout pour le juif non encore éclairé, mais aussi pour le pagano-chrétien mal enseigné. Cependant, Elohim, selon le degré d’intimité que nous avons avec Lui, peut très bien révéler plus en profondeur certains Houkim à ceux qui entrent dans la dimension de "l'homme nouveau", Yéshoua.

    Enfin, Elohim dira clairement qu’une des actions de son Esprit consiste à nous conduire à observer ses houkims : « Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances (Hok), et que vous observiez et pratiquiez mes lois (Mishpat) » (Ezechiel 36.27).

    Nous avons ici la preuve définitive et irréfutable que tous ceux qui se réclament de Elohim devraient apprendre, étudier, comprendre spirituellement et observer les houkim de YHWH.

    Malgré l’évidence, pour ceux qui pensent encore que les houkim seraient abolies, conformément aux paroles du Messie Yéshoua, Jérémie leur répond :

    « Si ces lois (HOK) viennent à cesser devant moi, dit YHWH, La race d’Israël aussi cessera pour toujours d’être une nation (un peuple) devant moi. » (Jérémie 31.36)

    N’avez-vous pas vu qu’Israël, le "tout Israël de Elohim", n’a pas cessé pour toujours d’être un peuple ?... malgré sa dispersion toujours contemporaine dans le monde entier ?*
    * Voir: 
    http://jyhamon.eklablog.com/l-etat-d-israel-est-il-l-israel-de-elohim-1ere-partie-nouvelle-version-a117302204
    "Juda" n'est pas "Israël" et "l'Etat israëlien" non plus. 



    Conclusion

    Nous voyons clairement au travers de cette étude, qu’il se dégage principalement deux grandes catégories de commandements : les commandements civils et moraux accessibles et apparemment compréhensibles facilement par la logique: ce sont les Mishpatim. Et il y a les commandements qui sont des statuts, des décrets du Roi, peu compréhensibles par la logique humaine ordinaire et religieuse, mais d’une grande valeur spirituelle devant Elohim : ce sont les houkim au sujet desquels Elohim dira : « Tu méprises tous ceux qui s’écartent de tes statuts (Hok) » (Psaumes 119:118)

    YHWH-Adonaï est précis pour tous ceux qui se réclament de Lui et sa volonté apparaît ici clairement dans ces nombreux versets que nous vous invitons à méditer comme étant la Parole de l'Elohim tout puissant, Parole de Vérité que nous ferions bien de ne pas mépriser ni négliger :

    « Tu descendis sur la montagne de Sinaï, tu leur parlas du haut des cieux, et tu leur donnas des ordonnances (Mishpat) justes, des lois (Torah) de vérité, des préceptes (Hok) et des commandements excellents (Mitsva). Tu leur fis connaître ton saint shabbat, et tu leur prescrivis par Moïse, ton serviteur, des commandements (Mitsva), des préceptes (Hok) et une loi (Torah). » (Néhémie 9.13-14)

    « Depuis le temps de vos pères, vous vous êtes écartés de mes ordonnances (Hok), Vous ne les avez point observées. Revenez à moi, Et je reviendrai à vous, dit YHWH des armées. Et vous dites : En quoi devons-nous revenir ? » (Malachie 3.7)

    « Vous saurez que je suis YHWH, Dont vous n’avez pas suivi les ordonnances (Hok) Et pratiqué les lois; Mais vous avez agi selon les lois (Hok) des nations qui vous entourent. » (Ezechiel 11.12)

    « Vous observerez toutes mes lois (Houka) et toutes mes ordonnances (Mishpat), et vous les mettrez en pratique. Je suis YHWH. » (Levitique 19.37)

    « Mettez mes lois (Houka) en pratique, observez mes ordonnances (Mishpat) et mettez-les en pratique; et vous habiterez en sécurité dans le pays. » (Levitique 25.18)

    Pour finir, le dernier livre des prophètes se termine par une injonction puissante qui correspond précisément à ce que l’Esprit de Elohim crie aux oreilles de son peuple en ces tout derniers temps de la fin :

    « Souvenez-vous de la loi (Torah) de Moïse, mon serviteur, Auquel j’ai prescrit en Horeb, pour tout Israël, Des préceptes (Hok) et des ordonnances (Mishpatim). » (Malachie 7)



    Nous devons pouvoir dire d’un même coeur avec David : « Toutes Ses ordonnances (Mishpat) ont été devant moi, Et je ne me suis point écarté de Ses lois » (Hok).



    Amen vé amen.



    Texte initial de "Moshé Frédéric Cozorla" corrigé comme il se doit.




    JYH
    24/08/2016
    D'après "MFC" fortement revu et corrigé.
    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)




    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique