• Torah class (suite): Etude de "Genèse" (Béréshiyth), partie 1




    Rediffusion 2016
     
    (Les articles de "Torah class" sont réintroduits ici dans la rubrique "Fausses traductions et interprétations" compte tenu du nombre impressionnant de termes hébreux à profonde signification qui ont été scandaleusement manipulés pour entrer dans le moule babylonien des religieux) 




    D'après http://www.torahclass.com/old-testament-studies/34-old-testament-studies-genesis/57-lesson-2 transmis par "Awa Elme" (Mary) et traduit par "Petite Arkange" (Denise) et JYH (travail en cours).

     


    Nous pourrions passer plusieurs semaines juste dans la Genèse 1, mais je vais supposer que la plupart d'entre vous ont quelques connaissances de base de ce chapitre, et parce ce que ce qui est venu en premier, deuxième, troisième et ainsi de suite est clairement indiqué et assez simple, il n'y a pas besoin que je commente ces choses après que vous les ayez lues vous même. C'est pourquoi je vais traiter des questions auxquelles certains d'entre vous pourraient ne pas avoir pensé. Je vais aussi traiter essentiellement des principes spirituels et des choses fondamentales importantes que j'appelle la Dynamique Régissante de Dieu-Elohim, qui sont prévues pour nous dans Genèse 1. Ici, il y a les Principes et la Dynamique qui ne changent jamais et sont les blocs de construction de base (fondations) sur lesquels la Torah, le Tanakh, et enfin le "NT"* sont construits.
    * Mauvaise traduction de "Bériyth haHadashah" = "Alliance renouvelée" avec "nouveau sacerdoce".

     

    Immédiatement dans Genèse 1, il nous est donné certains de ces principes fondamentaux, et bien que ces principes fondamentaux soient le fondement et la base, ils ne sont guère simples ou faciles à traiter.

     

    La première chose à laquelle nous devons faire face est le mot « Dieu » (Elohim) parce qu'il y a deux principales façons par lesquelles nous pouvons connaître "Dieu" (Elohim): par son nom et par ses caractéristiques. Permettez-moi de nuancer; au moyen des 4 dimensions qui composent notre univers physique (longueur, largeur, la profondeur et le temps ou dans les termes de physiciens, l'espace-temps), nous ne pouvons connaître "Dieu" que par son nom et ses caractéristiques. Pourtant, à l'aide de l'Esprit Saint, nous pouvons aussi « connaître » ("ginosko" en grec = "pénétrer") "Dieu" d'une autre manière, qui est uniquement accessible (dans notre ère) aux croyants. Le moyen de savoir que "Dieu" intègre une dimension supplémentaire est le Saint Esprit, une 5ème dimension de la réalité qui n'existe pas naturellement dans l'univers de la 4ème dimension dans laquelle nous vivons, nous allons entrer dans le sujet d'extra-dimensions assez tôt parce que loin d'être une affaire de science-fiction, ou quelque chose uniquement réservé pour les intellos, il est une aide précieuse dans l'élaboration de certaines des déclarations les plus difficiles de la Bible que nous devons examiner de près.

     

    Dans un ardent cri pour la paix mondiale, de nos jours un mouvement interconfessionnel a gagné de l'ampleur. Et la base de ce mouvement, c'est que peu importe ce que quelqu'un appelle "Dieu" (que ce soit Bouddha, Krishna, Brahma, ou Allah), mais nous parlerions tous essentiellement du même dieu, juste avec quelques différences de perspectives culturelles et linguistiques. Ce n'est pas vrai. Car non seulement les noms de chacun de ces différents dieux et leur signification sont complètement différentes, mais les caractéristiques et les attributs de chacun de ces dieux sont également différents. Par conséquent, il est impossible qu'ils puissent parler du même "dieu".

     

    Le "vrai Dieu" nous est présenté dans le premier verset de la Genèse, et on nous donne également l'essentiel de ce qui se révélera être de l’immuable, parfois impénétrable, des caractéristiques et des attributs de "Dieu". Le mot hébreu que nos Bibles traduisent par « Dieu » est Elohim . D'abord, nous devons comprendre que Elohim n'est pas le nom de "Dieu", nous ne serons informés du nom de Dieu que beaucoup plus tard dans la Torah. Elohim est plutôt un titre et c'est un titre pluriel (pluriel comme plus de "un"). Les différents usages d'Elohim  sont une question complexe que nous allons seulement à peine aborder aujourd'hui. Cependant, nous devons savoir, pour le moment, que Elohim est un mot qui n'est pas seulement utilisé dans la Bible pour désigner le "seul vrai Dieu", il est aussi utilisé parfois en parlant des faux dieux, comme nous en avons parlé dans l'introduction la semaine dernière, le contexte est tout autre lorsqu'il s'agit de la langue et de la culture hébraïque.

     

    Torah class (suite): Genèse 1

     

    Donc, avec l'introduction de ce titre pluriel pour "Dieu", Elohim , instantanément la porte est ouverte pour faire face à cette incroyable vérité et le paradigme: "Dieu" est "un", mais IL est à la fois "beaucoup". Le "IM" à la fin du mot Elohim ,fait de ce mot un substantif masculin pluriel. En fait, comme une leçon de base en hébreu, chaque fois que vous voyez les lettres "IM" mettre fin à un mot hébreu, vous pouvez savoir qu'il parle de "plus que un" (au pluriel). Pourtant, il y a un autre usage en hébreu de la terminaison "IM"et on l'appelle le « pluriel de Majesté ». Si on ajoute le "IM" à la fin d'un mot, cela peut également désigner la grandeur plutôt que la pluralité.

     

    Les "chrétiens", à juste titre, ont pris le mot Elohim comme indiquant à la fois la grandeur et la pluralité, et c'est finalement de cette manière qu'a grandi de façon unique le faux concept de la "Trinité" chrétienne : le Père, le Fils et le Saint-Esprit ..... 3 dieux en un seul. Ou mieux un Dieu unique composé de 3 personnes ou des essences ou des manifestations. L'utilisation du mot Elohim ne constitue pas en lui-même une preuve que Dieu est pluriel.. Mais plutôt, qu'il y a plusieurs preuves importantes que nous allons rencontrer pour montrer que "Dieu" est en effet une pluralité.

     

    Le point d'intérêt suivant dont nous devrions prendre connaissance est au sujet du premier jour de la création. Le débat se poursuit entre les scientifiques et théologiens sur ce que représentait la durée "d'un jour" à l'époque de la création . Et la base principale de l'argumentation donne quelque chose comme ceci: « comment D.ieu peut il avoir créé toutes choses en 6 jours et comment se fait-il que les Hébreux disent en comptant les générations que la terre est presque vieille de 6000 ans, là où l'ensemble de notre science affirme que l'univers aurait des milliards d'années (environ 15 milliard en fait). Eh bien si nous jetons un coup d’œil sur ce qui est déclaré dans les premiers mots de la Genèse, une partie du sujet semble se résoudre et nous n'avons pas du tout à nous engager dans des débats scientifiques et théologiens .

     

    Si vous lisez attentivement, vous verrez que la création des cieux et de la terre ne sont pas déclarés avoir eu lieu le premier jour, mais plutôt qu'ils ont eu lieu « Au commencement ». La première journée n'était pas nécessairement le début, le 1er jour pourrait avoir été un peu plus tard. Si l'on prend ces mots de la Genèse littéralement, la seule chose qui a eu lieu le premier jour a été la création de la lumière, et sa séparation d'avec les ténèbres. Le texte laisse ouverte la possibilité que les cieux et la terre ont été créés un peu avant le premier jour de ce que nous avons baptisé "Création". Combien de temps les cieux et la terre étaient assis là sans vie, sombres, chaotiques, on ne nous dit pas. Mais à un moment donné "Dieu" (Elohim) a décidé de prendre l'univers qu'Il a créé et Il suscite de la vie pour lui donner un nouvel ordre. Et Il a commencé ce nouveau processus en créant la lumière, et c'est là que nous rencontrons le premier « jour ».

     

    Maintenant, il n'y a absolument aucune raison d'essayer de défendre l'utilisation du mot « jour ». Nous entendons souvent les gens dire: « Mais la Bible dit:« pour Dieu, un jour est comme 1000 ans ». C'est tout simplement un idiome qui signifie que "Dieu" (Elohim) vit dans un endroit "hors du temps", et non pas que lors de la création, la durée d'une période de temps appelée la
    « journée » était de 1000 ans, et il n' y a aucune preuve que le premier jour ait été significativement différent de la longueur des temps de nos 24 heures (sauf qu'il serait utile d'expliquer l'âge de la terre si les 6 premiers jours furent aussi long). Oh, il y a une preuve que la rotation de la Terre pourrait avoir ralenti un peu au cours des derniers milliers années, mais une rotation plus lente (maintenant par rapport au passé) de la Terre, aurait rendu il y a des lustres les jours plus courts qu'une journée actuelle ,n'est ce pas ? Après tout, étant donné qu'un tour complet de la terre est égal à 1 jour, si cela prend plus de temps pour faire seulement une rotation, alors le jour sera plus long. Si la terre tournait plus vite en ce temps là , alors les jours seront passés à vive allure, plus rapide qu'aujourd'hui, et par conséquence, si la rotation de la terre était le problème, alors, il y a longtemps, la terre
    n'aurait presque pas dû tourner d'une rotation complète, ce que nous pourrions compter comme 1000 ans.

     

    Autre chose: au cas où vous ne seriez pas au courant, la communauté juive, y compris l’hébreu moderne, a toujours compté les journées de la sorte : une journée début au coucher du soleil et se termine au coucher du soleil suivant. C'est dans la soirée que commence la nouvelle journée. Bien sûr il y a une totale différence entre notre minuit qui a été choisi comme le début et la fin de chaque journée , et aussi une différence de nos traditions, que le commencement d'une journée est le matin et la fin est la nuit, maintenant cette différence dans la définition et la méthode de traçage du temps a causé toutes sortes de problèmes intéressants pour tenter de déterminer avec une certaine précision lors de certains événements bibliques qui se sont déroulés. Ce que nous devons saisir pour le moment, c'est que la méthode moderne de chronométrage se fait mécaniquement et à toutes fins pratiques, il ne varie pas. Il y avait un accord international il y a quelques années pour avoir une horloge centrale à partir de laquelle toutes les horloges s'harmoniseraient. Nous n'avons pas besoin d'observer les étoiles ou la lune pour déterminer l'heure qu'il est. Nous pourrions être dans un tunnel souterrain et notre montre fonctionne, nous pouvons savoir exactement quelle heure il est ... indéfiniment ..... sans jamais observer le ciel.

     

    Torah class (suite): Genèse 1

     

    Mais pour les anciens, y compris les Hébreux, comme aucun moyen mécanique pour la mesure du temps n'était disponible, cela a été déterminé en regardant le ciel, quand le soleil montait et descendait, quand la lune apparaissait, lorsque certaines étoiles ou groupements d'étoiles ("zodiaque", Job 38:32) apparaissaient dans le ciel nocturne. Grâce à notre système mécanique nous avons essentiellement divisé la journée en deux parties égales: 12 heures de la journée, 12 heures de nuit (mais qui varient selon la saison et la latitude). La longueur d'une journée de l'hébreu et de la nuit varie également de jour en jour et de saison en saison, car la proportion de temps entre le jour et la nuit a été en constante évolution. Pourtant, une journée entière était encore de 24 heures et une semaine était encore de 7 jours complets. En tout temps dans la Bible hébraïque le système de mesure du jours est utilisée, de sorte que ce soit à étudier la Torah ou "l'Evangile NT" (Bériyth haHadashah), nous devons mettre de côté notre notion moderne du temps et voir si nous voulons comprendre la chronologie des événements.

     

    Maintenant, d'où leur vient l'idée, aux Hébreux, du départ et de la fin d'une journée au coucher du soleil ? Regardons le verset 5: "....... donc il y eut un soir, et il y eut un matin: premier jour". Le soir vient en premier, le soir a marqué le passage d'un jour à l'autre. Soit dit en passant, je ne pense pas que nous commettions un terrible péché par la façon dont nous avons modernisé et déterminé le commencement et la fin de journée, mais cela peut devenir une source de confusion si nous nous basons sur la Bible.

     

    Maintenant , remarquez quelque chose d'étrange: le premier jour, "Dieu" (Elohim) a dit qu'IL a créé la lumière, pourtant c'est au 4ème jour que "Dieu" (Elohim) créa le soleil, ou comme le dit la bible "le plus grand luminaire pour présider au jour". Comment se fait-il que "Dieu" éclairait la terre le premier jour mais n'a pas créé le soleil avant le quatrième jour ? D'où vient cette lumière s'il n'y avait pas de soleil ? Avons nous trouvé notre première incohérence ?

     

    Cela devient intéressant: dans les versets 3 et 4, le mot hébreu pour
    « lumière » est « owr »,ce mot ne signifie pas un objet qui émet de la lumière ..... comme le soleil ou la lune ou les étoiles, ou une lampe. Plutôt, cela signifie illumination, l'illumination. Quand la Bible dit que Dieu-Elohim est lumière, il dit Elohim est "owr".  Ce mot est étroitement associée à la vie et la joie et ce qui est bon. En fait lorsque nous lisons au sujet du premier jour, nous remarquons quelque chose accroché sur les chapeaux des Sages Hébreux durant des millénaires: il est dit que Dieu-Elohim à crée la lumière , et Il vit que c'était « BON » (TOV). Puis cette lumière a été séparée loin de l'obscurité. Seule la lumière est appelé « bon », l'obscurité ne l'est pas !

     

    Torah class (suite): Genèse 1

     

    Maintenant allons au verset 14, quand IL commence à parler de l’existence des lumières dans le ciel , et à séparer le jour et la nuit , et au verset 16 lorsque Dieu-Elohim dit qu'IL a créé le plus grand luminaire (soleil) pour présider au jour et le plus petit luminaire (lune) pour présider à la nuit ! Nous voyons qu'un mot tout à fait différent est utilisé ici pour "lumière" que ce qui est utilisé dans les premiers versets. Ici le mot hébreu est "Maorot", son familier ? C'est le mot à partir duquel on obtient le mot moderne : "météore" !

    ''Maor'' signifie un objet qui émet de la lumière (maorot est le pluriel, (lumières). Si je puis me permettre un mot poétique, les luminaires (objets qui illuminent) comme le soleil, la lune, les étoiles et les lampes et bien sûr les météores, en sont la signification.

     

    Depuis le commencement de l'Univers, avant le "jour 1", c'était l'obscurité (ou du moins, il y eut des ténèbres du point de vu de quelqu'un qui vit sur la planète terre) et ce devait être que l'obscurité était une situation insatisfaisante sinon Dieu-Elohim n'aurait pas créé la lumière. Pour le moins, l'obscurité n'était apparemment pas capable de supporter la vie, et c'est ce que nous trouvons lorsque nous rentrons dans la dernière partie d'Exode et Lévitique: les choses qui vont à l'encontre, ou inhibent, ou qui mettent fin à la vie, sont considérées comme étant contre ou s’opposer à Dieu-Elohim. Ainsi lorsque Dieu-Elohim créa "la lumière","owr" (au singulier), IL a créé la lumière et l'éclairage, une exigence fondamentale de la vie.
    Quand Dieu-Elohim à créé "les lumières";"maorot"(pluriel), IL créa des objets qui émettent des ondes lumineuses. Les ondes lumineuses d'un certain type qui permettent à l’homme ainsi qu'aux animaux d'utiliser leurs capteurs de lumière (les yeux) et pour les plantes à s'engager dans leur méthode de maintien de la vie, la photosynthèse.
    Dans le livre des Révélations (Apocalypse), il est dit que lorsque Dieu-Elohim détruira la vieille terre , puis en créera une nouvelle, il n'y aura plus de maorot (objets émettant de la lumière tel que le soleil ou la lune) mais ELOHIM sera notre lumière, notre éclairage, c'est de ce même type de "lumière divine" dont il est parlé dans le verset 3 et 4, mais un autre type de lumière est mentionné dans les verset 14-16.

     

    Inversement, regardons le mot "ténèbres", le mot hébreux pour cela est “choshek”, dans la culture hébraïque ce mot à été utilisé comme le contraire de owr (à l'opposé de l'éclairage). Le mot “choshek” porte en lui le sens de la cécité, de la misère, du mensonge et de l'ignorance, cela signifie quelque chose qui conduit à la mort et à la destruction, ce n'est pas un simple mot qui est le contraire (ou s'oppose) au mot jour, ce n'est pas un mot qui décrit le phénomène naturel du mot nuit. En hébreu le mot nuit se dit: "Layil"...un mot entièrement différent de celui de chosek. Le mot chosek est négatif dans sa nature et il porte la connotation du mal spirituel en lui . La nuit "Layil" est tout simplement le contraire du jour,il est neutre et ne comporte pas de sens négatif ou spirituel, sauf dans le cas étrange où il pourrait être utilisé métaphoriquement..

     

    Donc soyons bien clairs: dans les versets 3 et 4, ce que Dieu-Elohim a créé est un éclairage et de l'illumination dont Il était la source, mais Il a également divisé et séparé loin de ce qui était à l'opposé de ces choses: l'obscurité, la cécité et le mensonge. Quel était exactement cette illumination et cet éveil ? Il pourrait bien avoir été l'essence primordiale de Dieu-Elohim que nous appelons la "Shekinah", ou la gloire Shekinah, cette illumination mystérieuse, ou la gloire de Dieu-Elohim (parfois visible, parfois non) que nous lisons à plusieurs endroits dans la Bible. L'éclairage qui convient pour nous de voir, et apparemment pas nécessaire lorsque la nouvelle terre sera formée, viendra de Dieu-Elohim Lui-même. Je ne peux pas être sûr, mais je ne vois aucune raison de ne pas suggérer que la lumière de la Genèse qui se trouvait dans le 1er jour de la Création est la même lumière qui se trouve dans le 1er jour de la nouvelle création, comme révélée dans Apocalypse 21 et 22 (vous pouvez aller le lire par vous-même). Et il est également intéressant de noter que la contrepartie spirituelle de la lumière qui est ténèbres, choshek, sera absente dans la nouvelle création, dans son sens spirituel le plus pur, la lumière est bonté et l'obscurité est méchanceté. On nous dit que dans la nouvelle création, il y aura seulement la bonté et la méchanceté n'existera plus. Ainsi, dans la nouvelle création, nous trouverons l'absence totale des ténèbres, mais plutôt il n'y aura que de la lumière. Mais je suis sûr que ce que je vous ai dit est correct, je reconnais volontiers qu'il y a une certaine quantité de spéculations impliquées avec ça.

     

    Torah class (suite): Genèse 1

     

    En plus de résoudre le problème de la lumière ayant été créée le 1er jour, même si les objets qui font la lumière ont été créés le 4ème jour, je tiens à souligner que c'est la première indication d'un principe qui va nous hanter tout au long de notre étude de la Torah. Un principe abstrait, mais réel, qui peut être facilement dit, mais ce n'est pas si facile à saisir ou à imaginer dans nos esprits. Donc, soyez préalablement avertis que cela prend un certain temps et de l'étude avant que vous ne commenciez à être à l'aise avec le concept; comme point de référence à cette notion je lui ai donné un nom: la "dualité de la réalité".
    Fondamentalement, l'idée de la dualité de la réalité est la suivante: dans les Écritures (Torah) et dans "NT" (Alliance renouvelée) les objets physiques ne sont souvent que l'ombre de quelque chose de spirituel. Si nous avons passé beaucoup de temps dans "l'Église", nous avons entendu ce terme « ombre » utilisé pour décrire de nombreuses choses dans "l'AT" (Tanakh), et que Yéshoua (Jésus) aurait finalement transformées ou transportées sur un plan supérieur. Mais qu'est-ce que cela veut dire: l'ombre de quelque chose qui est à venir ?

     

    Une ombre n'est qu'un aperçu de quelque chose sans remplir tous les détails. Une ombre est réelle, c'est à dire que ce n'est pas un mirage ou une illusion d'optique. Mais elle est moins réelle que l'objet qui projette l'ombre. Exemple: je me tiens à l'extérieur, sous le soleil. Je jette une ombre. Je suis réel et l'ombre est réelle. Mais comme je suis la source de l'ombre, je suis aussi l'origine complète et l'ombre n'est qu'une représentation de moi qui est incomplète. De plus l'ombre n'a pas d'animation ou de pouvoir par elle-même, l'ombre n'a pas la vie et est coincée au même rythme absolu avec moi. L'existence de mon ombre est 100% dépendante de mon existence. Si mon ombre cesse d'exister, je peux encore exister, non ? Si le soleil se couche mon ombre disparaît, mais je suis toujours là. Mais si je cesse d'exister, il est impossible qu'il y ait une ombre de moi. Je suis donc prééminent, je suis plus grand que mon ombre, je ne suis pas une manifestation de mon ombre, mon ombre n'est qu'une manifestation inférieure de moi.
    L'ombre n'est pas ma cause, je suis la cause de l'ombre... (ou l'ombre ne me fait pas, je fais l'ombre !)

     

    Lorsque les caractéristiques physiques et spirituelles de beaucoup de choses existent simultanément, le spirituel vient en premier et il est toujours prééminent. Le spirituel est presque illimité dans ses attributs et il opère dans un certain nombre d'aspects. Le matériel est sévèrement limité (par rapport au spirituel) dans ses attributs et peut le faire encore moins dans les 4 dimensions (rappelez-vous que notre Univers tout entier ne se compose que de 4 dimensions: longueur, largeur, profondeur et temps). Par conséquent, le physique est inférieur au spirituel et le physique ne peut que partiellement imiter ou révéler son origine spirituelle.

     

    La création des êtres humains est un exemple assez évident de ce que les humains sont à la fois des créatures qui se composent du matériel, de l'immatériel, du physique et du spirituel. C'est que nous sommes des êtres sur 4 dimensions, physiques, visibles et sous réserve de temps, mais nous avons aussi une propriété invisible. La Bible appelle cette propriété invisible "l'âme et l'esprit". Les anciens Sages hébreux ont remarqué que Dieu-Elohim avait formé Adam de la poussière de la terre. Dieu-Elohim a créé l'univers à partir de rien, mais il a créé l'homme à partir de quelque chose, quelque chose de physique (la poussière) qu'il avait déjà introduit dans l'existence. Mais, en plus, Dieu-Elohim a mis le souffle de vie dans l'homme, et a mis en lui une âme et un esprit qui ne sont pas des choses matérielles, ils étaient spirituels. Donc, que l'humanité l'admette ou non, nous sommes un excellent exemple de la dualité de la réalité.

     

    La création de la lumière et de ses attributs sont un autre exemple de ce concept. Nul doute que la lumière, ce "owr" qui a été fait le jour de la création, était une lumière physique réelle qui était d'un tout autre genre (après tout, trois jours après la création, il y a eu des objets émettant de la lumière qui furent mis dans le ciel pour indiquer les saisons et années aux temps fixés). Mais mystérieusement il y eut aussi un type de lumière qui ne provenait pas d'un objet physique, car il n'y avait pas d'objet qui émettait de la lumière jusqu’à ce que le 4ème jour soit fait . En outre, parce que la lumière est à l'opposé des ténèbres, et que la lumière est caractérisée par Dieu-Elohim comme bon, mais que l'obscurité ne l'est pas, nous avons un lien solide entre le type de lumière créé ici et son attribut de la bonté. Les attributs du bien et du mal sont d'ordre spirituel et non physique. Donc, cette lumière, ce "owr" , a une double réalité à elle, elle possède à la fois une qualité physique très réelle et une qualité spirituelle très réelle .

     

    En général, les doctrines des hommes ne peuvent pas supporter ce genre de dilemme, c'est l'un ou l'autre mais pas les deux en même temps; ce que je vous dis, c'est que non seulement beaucoup de choses PEUVENT être créées en même temps, mais elles le SONT physiquement et spirituellement à la fois. En fait, les informations telles que les attributs du type de lumière qui fût créée le premier jour DOIVENT être les deux, ou les premier versets de la genèse sont absurdes.
    C'est ce principe fondamental que j'appelle la dualité de la réalité, elle est là où le physique et les éléments spirituels de quelque chose existent simultanément, et nous allons avoir beaucoup d'exemples de cela, et j'espère qu'au fil du temps, cela commencera à avoir un peu de sens pour vous . Dans un an ou deux, quand nous serons devant la "Sauvage étendue du Tabernacle", nous aurons l'un des premiers exemples bibliques de la dualité de la réalité !

     

    Maintenant, dans le verset 20, certaines déclarations sont faites et je veux en faire un point que vous devrez mettre dans vos mémoires et il concerne cette liste de créatures vivantes que Dieu-Elohim a créées. Il parle de l'essaimage de créatures dans l'eau et les oiseaux qui volent dans l'air. Le Seigneur a peuplé les océans avec des créatures marines géantes et il a proclamé que l'ensemble de ces créatures était "bon". Au verset 24, Il continue à parler de créatures terrestres de toutes sortes (domestiques et sauvages), même rampantes, y compris des choses comme des lézards. Et il déclare aussi que c'est "bon". J'insiste sur ce point parce que plus tard dans la Torah (principalement dans le Lévitique), nous allons trouver Dieu-Elohim énumérant plusieurs de ces mêmes créatures qu'Il a nommées ici comme "impures". Et nous allons aussi voir finalement que, bien avant que la Torah fut donnée à Moïse, les désignations "pures" et "impures" des êtres vivants créés existaient déjà. Comment est-ce que quelque chose peut être à la fois "bon" et "impur" ?! Dieu-Elohim a t-il changé d'avis au sujet de certaines de ses créatures vivantes ? Eh bien, vous pouvez soit attendre un an ou deux pour savoir, ou prendre quelques-uns des cours de Torah Class sur le Lévitique et faire un bond en avant. Mais les principes fondamentaux bibliques de purs et impurs ont leur fondement ici dans le premier chapitre de la Genèse.

    Torah class (suite): Genèse 1

     Nous récupérons ensuite un verset qui a été médité par les plus grands esprits et les plus brillants depuis des milliers d'années, et il y a peu de consensus pour savoir exactement ce qu'il laisse présager. C'est la déclaration que nous, en tant qu'êtres humains, sommes faits "à l'image de Dieu-Elohim" !

     

    Nous n'allons pas y passer beaucoup de temps, mais permettez-moi de vous donner quelques notions de base à prendre en considération. D'abord, il est dit que Dieu-Elohim créa l'homme et, plus tard qu'ils étaient deux, mâle et femelle, et en deuxième lieu que tous les humains ont été créés à son image.

     

    Ainsi, nous pouvons immédiatement montrer la porte à Darwin et à tous ces humanistes laïques. Si ce n'est pas une vraie déclaration biblique (si nous avons évolué à partir du hasard et de la mutation des substances non vivantes), alors il est inutile de continuer dans notre étude de la Torah !!
    Je ne pense pas avoir les arguments de ceux d'entre vous qui vous trouvez dans cette salle (ou dans le groupe de Torah class). Mais qu'est-ce que cela signifie d'être créé à l'image de Dieu-Elohim ? Cela signifie que nous avons reçu certains attributs qu'IL possède, mais nous savons très bien que nous n'avons pas tous ses attributs, car si nous les avions, nous serions alors des Dieux (créateurs). Plutôt, que Dieu-Elohim qui valorise tous les types de créatures vivantes qu'Il a créés, a fait l'homme unique parmi toutes ces créatures. Seul l'homme a la capacité de connaître Dieu-Elohim, et cette capacité vient par le biais de la composante spirituelle de l'homme. Les animaux peuvent avoir des corps et ils peuvent avoir un cerveau, ils peuvent même avoir quelque chose qui ressemble à des émotions parce que beaucoup (mais pas tous) d'animaux ont des âmes vivantes, l'âme étant le siège des émotions et de l'intellect. Mais seuls les humains entre tous les êtres vivants ont un esprit de Dieu-Elohim, et ce sont nos esprits qui permettent la communion avec le Dieu-Elohim vivant.

     

    La semaine prochaine, nous allons commencer Genèse 2.

     

    -------

    Rappel de l'introduction ici:

    D'après http://www.torahclass.com/old-testament-studies/34-old-testament-studies-genesis/77-lesson-1-intro-to-genesis transmis par "Awa Elme" (Mary) et traduit par "Petite Arkange" (Denise) et JYH (travail en cours).

     

    Torah class (Introduction)

     

    Semaine 1, INTRODUCTION

    Aujourd'hui, nous commençons un voyage que des millions de "chrétiens" et Hébreux ont pris au cours des 3000 dernières années et plus. Nous allons étudier la Torah, qui est la plus ancienne et la première section de la Bible hébraïque originale. Torah: un mot dont peu de chrétiens ont jamais entendu parler, et encore moins une idée de ce qu'il est réellement.

     

    La Torah est le nom hébreu pour les 5 premiers livres de notre Bible: Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome. Nous allons commencer par la Genèse 1:1, et aller directement à travers Deutéronome 34. Nous allons faire quelque chose d'un peu différent, cependant. Nous allons en rajouter dans la "judéité" qui a été retirée au cours des 1900 dernières années. 

    Pourquoi ferions-nous cela ? Parce que c'est dans la culture hébraïque/juive et la langue dans laquelle laTorah a été créée, et c'est dans ce contexte que nous gagnons la bonne compréhension de ce que Dieu-Elohim nous dit. En fait, toute la Bible, "AT"(Tanakh) et "NT" (Bériyth haHadashah, Alliance renouvelée), a été écrite par les Hébreux, et entièrement immergée dans la culture hébraïque. 

    C'est Moïse, un Hébreu, qui a reçu la Torah de Dieu-Elohim, sur le mont Sinaï, vers 1400 avant JC. Bien que nous pensons généralement que Moïse a reçu seulement les 2 tablettes de pierre des 10 commandements de Dieu-Elohim tout en menant les Israélites hors de leur esclavage en Égypte, en fait, les 10 commandements étaient juste un petit morceau de tout ce que Moïse a reçu dans ses nombreux voyages sur cette montagne. Moïse effectivement reçut tout ce qui est maintenant les 5 premiers livres de ce que les "chrétiens" appellent "l'Ancien Testament".

     

    "Torah" n'est pas un mot que vous trouverez dans nos bibles modernes. Et, c'est une tragédie. En général, lorsque dans les textes anciens le mot Torah apparaît, aujourd'hui vous trouverez le mot "loi", ce qui est une erreur de traduction triste et un peu intentionnelle, dont la première s'est produite lorsque les Écritures ont été traduites en grec, et a été encouragée par le désir de l'Église primitive à se démarquer des Juifs. Torah ne veut pas dire «loi», dans un sens trop simpliste, mais cela signifie « enseignement ». Pourtant, dans une curieuse ironie, même les Juifs eux-mêmes ont commencé à adopter le point de vue que la Torah était « la Loi ». Et, ils ont commencé à appliquer le terme Torah à toutes sortes d'écrits religieux, au point que le judaïsme, en général, est devenu une religion basée beaucoup plus sur les doctrines des hommes, que la Parole de Dieu-Elohim. Laissez-moi vous expliquer ce qui s'est passé avec l'habitude plutôt bâclée de l'application du mot «Torah » à l'écriture, et tout ce qui fait même référence à l’Écriture Sainte, en commençant par une analogie:

     

    Il y a plus d'une centaine d'années, une société à Atlanta, en Géorgie souhaitait rejoindre le nouveau marché en pleine croissance pour une boisson aromatisée, mais non alcoolisée. Au lieu de spiritueux, ils ont fabriqué une savoureuse boisson "soft" pour le marché . Elle a été appelé Coca-Cola, et ce fut un succès. Bien que commercialisée à l'origine comme un stimulant, son véritable créneau était simplement une boisson au goût agréable. Et, comme les Etats-Unis ont commencé à entrer dans une période de croissance et de prospérité remarquable, les demandes pour Coca-Cola sont montées en flèche, et le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

     

    Coca-Cola dominait tellement le marché des boissons gazeuses qu'une chose étrange se produisit: elle a recueilli un surnom: « Coke » (coca) . Et, encore plus approprié pour notre propos est que « Coke » (coca) est devenue tellement dominante que « Coke » (coca) ne signifiait simplement qu'une marque de "boisson Cola", il est venu à n'être qu'un nom générique à appliquer à "TOUTES les boissons gazeuses". 

    Une conversation commune que vous pourriez avoir engagée entre vous (bien sûr pour les américains  ! ) semble quelque chose comme ceci:
    le mari, « j'ai soif, arrêtons-nous pour prendre un Coca (coke) » .
    La femme, « OK, c'est bien pour moi » .
    Le mari: « Bon, quelle sorte de coca (coke en anglais ) veux-tu ? »
    La femme: « je voudrais une bière pression ». 
    Cela vous semble familier ?

     

    Maintenant, n'importe quel Américain saurait parfaitement comprendre ce dialogue et ne le trouverait pas du tout bizarre. Ils savent très bien que Coca-Cola et une "bière à la pression" n'est pas la même chose. Mais ils savent aussi que "Coca-Cola" dans notre jargon moderne peut simplement signifier TOUTES boissons gazeuses, et il n'y a donc aucune difficulté à en comprendre le sens.

    Torah class (Introduction)

     

    Ça a été la même chose avec La Torah. À l'origine, les Hébreux appelaient ces 5 livres donnés à Moïse « Torah ». Au fil des siècles, deux autres groupes de textes hébreux ont été créés et considérés comme « de Dieu-Elohim » et, par conséquent, les Écritures: les "Prophètes" et "les Ecrits". 

    "Les prophètes" sont des livres comme Amos, Ezéchiel, Isaïe, et Jonas; "les Écrits" inclut une variété de livres tels que le Cantique des Cantiques, l'Ecclésiaste, Psaumes, et Ruth. Même si les Hébreux avaient maintenant trois groupes définis séparément des Écritures:
    1) K'tuvim (ce qui signifie Écrits),
    2) Nevi'im (ce qui signifie Prophètes),
    3) et "la Torah" (celle donnée à Moïse sur le mont Sinaï), dans une conversation quotidienne commune.
    Donc, à un certain moment ils ont commencé à se référencer à l'une des saintes Écritures comme la Torah. Ainsi, l'original Torah de Moïse était
    « Torah », et toute la nouvelle écriture fut également génériquement appelée « Torah » aussi. Ce n'est pas si difficile à comprendre, n'est ce pas ?

     

    Mais, attendez, cela devient plus compliqué. En même temps que la Torah, K'tuvim et Nevi'im, a été créée et ajoutée une autre série de la pensée religieuse faisant autorité , et ce fut appelé "la Tradition". Cela était aussi connu comme la "Loi orale", la tradition orale, ou Torah orale (Orale parce que, plutôt que d'être écrite, pendant longtemps elle a été rendue verbalement). 

    A l'époque de la "christianisation" on pouvait considérer comme semblables la doctrine de l'église et la tradition hébraïque. En d'autres termes, la doctrine n'est pas l'Écriture, ses croyances confessionnelles et nos décisions et interprétations de l’écriture non plus.... c'est la même idée avec la tradition hébraïque. Ainsi, avec le temps passant sur la doctrine hébraïque, ces traditions orales (la Torah orale) ont commencé à peser de plus en plus parmi les chefs religieux. Finalement, dans la conversation courante chez les Juifs, la Torah est venu à signifier quelque chose qui a à voir avec le corps entier de l'Écriture et de l'ensemble des traditions, un flou assez malheureux de la signification originale à coup sûr.

     

    Les Hébreux de l'époque du Mashiah (Christ), et ceux de centaines d'années auparavant,  comprenaient bien ce que l'autre voulait dire quand ils discutaient de « Torah » entre eux, ils savaient par le contexte de la conversation quand la Torah signifiait les Écritures originales données à Moïse, et quand elle désignait tout autre littérature religieuse ou des dirigeants . Malheureusement, nous ne pouvons pas négliger ce fait qu'au temps de Mashiah (Christ), "la tradition" était devenue plus importante que la Parole de Dieu-Elohim. Plus tard, quand les Gentils (païens) sont entrés en scène après la mort du MASHIAH , ces Gentils qui ignoraient les subtilités de la culture juive et de la langue hébraïque, se sont embrouillés au sujet de la « Torah », et même si les érudits bibliques ont quelque peu tiré les choses au clair au fil des ans, les dirigeants et les enseignants de l'église ont été lents à les restituer.

     

    Aujourd'hui, ce que les chrétiens appellent "l'Ancien Testament", les Juifs appellent "le Tanakh". Tanakh est un mot inventé: il prend le "T" de la Torah, le "N" des Nevi'im, et le "K" de K'tuvim, on ajoute quelques voyelles et hop ! ...... Tanakh. 
    Le Tanakh et l'Ancien Testament sont exactement la même chose, sauf que dans certains cas, les livres sont rangés par ordre légèrement différent... et que la traduction en langues étrangères est souvent une catastrophe !

     

    Au cours des siècles, les traditions qui avaient été transmises de bouche à oreille ont finalement été officialisées et mises par écrit. Et, bien que ces pensées et décisions des rabbins anciens sont encore tenues en grande estime, ce corps de pensée subit constamment des ajouts. La meilleure façon de penser à toutes ces traditions est aussi "commentée" par les dirigeants religieux; commentaires qui se composent de décisions et d'enseignements. Les travaux entièrement compilés de la Tradition, ou Torah orale, sont devenus ce qui est maintenant appelé le "Talmud". Et, pour compliquer encore les choses, il existe deux grandes versions concurrentes du Talmud: Le Talmud babylonien et le Talmud de Jérusalem. Ce sont d'énormes travaux qui comportent plusieurs volumes.

     

    Alors, soyons clairs: Le Tanakh, qui est parfois appelé la Bible hébraïque, est simplement un autre nom pour notre actuel "AT". La Torah n'est que les 5 premiers livres du Tanakh ("Ancien Testament"). Le Talmud n'est pas l'Écriture sainte du tout. Il s'agit plutôt d'un grand rassemblement de commentaires religieux juifs.

     

    L'une des conditions curieuses du christianisme moderne est que "l'Ancien Testament" a été presque oublié. La déclaration commune de l'église d'aujourd'hui, c'est que nous sommes une "église NT". En d'autres termes, l'implication est que soit "l'Ancien Testament" n'est pas pour nous, c'est pour un autre peuple ..... à savoir les Juifs ..... ou il est pour le passé ..... ou pour en parler en séminaires, une dispensation passée. Ainsi, la relation établie entre "l'AT" et le "NT", c'est que "l'Ancien Testament" est obsolète ... histoire intéressante mais hors de propos .... et le "NT" est actuel et contemporain. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité !

     

    Tout d'abord, le titre de "l'AT" est purement artificiel, et est un titre relativement moderne donné à cette partie de la Bible. Il n'y a aucune telle chose comme "l'Ancien Testament" qui peut concerner "la Bible". Les mots "AncienTestament" n’apparaissent JAMAIS dans la Bible. L'idée, derrière les noms de ce que nous sommes venus à penser des deux moitiés de la Bible, est que l'Ancien Testament se référerait aux alliances contractées entre Dieu-Elohim et Abraham, Isaac, Jacob et Moïse. Et, le NT se référerait aux alliances entre Dieu-Elohim et l'humanité en général, par le Mashiah (christ). Donc, si on est enclin à penser de cette façon, il serait mieux de penser à la division biblique comme "plus récent" et "plus ancien" testaments, plutôt que de vieux et nouveau. Et, soit dit en passant, les testaments signifient alliances. Ils sont synonymes.

    Note JYH: J'ai laissé dans la traduction les termes "nouveau testament"... mais il est évident que cela n'existe pas !...car, littéralement, pour qu'il y ait un "testament" nouveau, il faudrait dire la mort de "qui" est à nouveau attendue pour que celui-ci devienne exécutoire ! Il sera donc question à chaque fois de "nouvelle alliance" ou plutôt "d'alliance renouvelée" (avec "nouveau sacerdoce")... ce qui est le sens hébreu de "B'rit Hadashah" ! Merci de bien vouloir garder ceci en mémoire, sans compter qu'il y a une autre "alliance nouvelle" (ou "renouvelée") qui est celle prophétisée en Jérémie 31:31 et rappelée en Hébreux 8:8 et qui est celle entre les "deux Maisons" (Juda et Israël)... dont nous attendons encore l'accomplissement effectif ! (Voir par exemple à ce sujet: 
    http://jyhamon.eklablog.com/un-enfant-nous-est-ne-les-fetes-de-l-eternel-a58149595
    http://jyhamon.eklablog.com/3-nouveau-testament-au-lieu-de-alliance-nouvelle-ou-renouvelee-a78524315

     

    Voyez vous-mêmes, les plus récents n'ont pas remplacé les clauses originales, mais certaines ont été transformées. Mashiah (Christ) Lui-même lorsqu'on Lui a demandé si la "loi" (la Torah) est désormais nulle et non avenue avec sa venue, répondit d'une façon aussi énergique que l'on peut imaginer. Regardez dans MATT 5:17-19:

    Matthieu 5:17 « Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes: je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir ("rendre complet"). 18 Je vous dis la vérité, tant que le ciel et la terre ne disparaissent, pas la plus petite lettre , pas le moindre trait de plume, ne va disparaître de la Loi jusqu'à ce que tout soit accompli. 19 Celui donc qui supprimera l'un des moindres de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui pratique et enseigne ces commandements sera appelé grand dans le royaume des cieux." !!

     

     

    Mashiah (Christ) n'est pas venu pour "en finir avec" ou "abolir" la Torah, Il est venu pour l'achever. Pas dans le sens de "compléter" comme "finir" et "terminer" dans le sens de "la finalité" (le but) ! Dans vos Bibles, sans doute que « accomplir » est le mot utilisé à la place de « compléter ». Le mot grec utilisé ici est « pleroo". Allez voir une bonne concordance et elle vous dira que cela signifie « pour remplir », « à accomplir », « satisfaire ». Mais, dans notre langue vernaculaire anglaise (et française) moderne, "satisfaire" donne le sentiment de quelque chose qui est terminé. Au contraire, le vrai sens de remplir est : « remplir pleinement » ou un « plein ». "Pleroo" serait un bon mot à dire à l’employé de la station-service (s'il y avait de telles choses pssibles) ..... car il a le sens de « Fill'er up » ("sur-remplir"); le Mashiah (Christ) est venu pour remplir pleinement la Torah de sens, ou l'amener à sa pleine mesure. Lorsque vous demandez à l'employé de la station-service de remplir votre réservoir, vous n'avez certainement pas l'intention d'envoyer votre réservoir ou votre essence à une "fin" (à la casse !?) Vous voulez qu'il vous donne tout ce qu'il peut. Cela vous donne une idée de ce que signifie le mot « pleroo ».

     

    Les deux "Testaments", "le plus récent et le plus ancien", "AT et NT", travaillent ensemble. Vous ne pouvez pas les séparer comme cela a été tenté pendant des siècles. "L'Ancien Testament" est le fondement de la Bible. "L'Ancien Testament" prépare le terrain pour le "NT". "L'Ancien Testament" a établi tous les domaines par lesquels nous comprenons le "Nouveau Testament". C'est la Bible "premier acte".  Le "NT" est formé sur la base de "l'Ancien Testament", c'est une continuation de "l'Ancien Testament". C'est la Bible "deuxième acte". En fait, environ 50% des déclarations dans le "NT" sont de "l'Ancien Testament". Ils sont complètement liés. Il est assez difficile de lire un livre, voir un jeu quelconque, et regarder n'importe quel film en commençant par le milieu ! Nous pourrions ainsi obtenir quelque chose hors sujet ! Mais, nous sommes tout aussi susceptibles de prendre la partie que nous voyons dans le mauvais contexte, et en arriver à des conclusions qui sont de plusieurs degrés hors sujet ! C'est ce que nous faisons lorsque nous essayons de comprendre la Bible en commençant par le "NT", et en n'allant pas au-delà !

     

    Mais, laissez-moi vous dire quelque chose que vous pourriez avoir jamais pris en compte: la Bible que YESHOUA (Jésus), puis les premiers disciples, puis les écrivains évangéliques, Paul, et même Jean ont étudiée et enseignée, était à partir de "l'Ancien Testament" uniquement ! Essayez d'assimiler ça un instant. Il n'y avait pas de "NT" lorsque tous les écrivains de la Bible était encore en vie. La SEULE BIBLE qui existait pour ces hommes ... et pour le Mashiah (Christ) ... a été le Tanakh hébreu, notre "AT" ! Toutes les références à toute Écriture Sainte par YESHOUA (Jésus) ou les apôtres se référaient à "l'AT". 
    L'exhortation que nous obtenons dans 2 Timothée 3:16: « Toute Écriture est inspirée de Elohim et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » fait spécifiquement référence à la Bible hébraïque, car il n'y avait pas une telle chose comme un Nouveau Testament à cette époque. Même si je n'ai pas du tout de problème en acceptant le "NT" comme Sainte, inspirée de Dieu-Elohim, et appartenant entièrement à la Bible ... cette déclaration de Paul à Timothée ne fait nullement allusion à quelque chose qui n'existait même pas encore. Ce n'était pas destiné à être prophétique ... Paul ne parlait pas à une date ultérieure. Il parlait de la Torah, les Ecrits et les Prophètes. Paul n'avait aucune idée de ce que plusieurs décennies après sa mort, il serait bien ajouté des écrits supplémentaire au canon de la Sainte Bible ... écrits que nous appelons "le Nouveau Testament".

     

    En fait, c'est dans l'application la plus correcte .... et cela nous aiderait à la lecture du "Nouveau Testament" si nous pouvions saisir cela ... bibliquement parlant, le mot "Ecriture" ou "Ecriture Sainte" se réfère uniquement à ce que nous appelons "l'Ancien Testament". L'Ecriture seule qui existe aujourd'hui, c'est "l'Ancien Testament". Le "Nouveau Testament" est "inspiré" et "de Dieu-Elohim", (contrairement à la Thora qui à été donné directement de la bouche d'ELOHIM à Moshé et les prophètes, le nouveau testament, lui, à été inspiré par ELOHIM aux apôtres) . Nous gagnerions mieux à comprendre beaucoup plus de la Bible si nous pouvions renoncer au terme du "Vieux Testament" et appeler ce que YESHOUA et tous les apôtres appelaient...... "les Écritures". Ainsi, par un accord commun, nos bibles modernes se composent de deux parties: les Écritures et le "Nouveau Testament".

     

    J'espère que cela a de l'impact sur vous. Bien que cela ait été l'habitude de l'église pendant des siècles et des siècles de laisser entendre, si ce n'est carrément déclarer, que "l'Ancien Testament" n'est d'aucune utilité pour un croyant moderne ...... que les principes de "l'AT" ne s'appliquent plus depuis l'avènement du MASHIAH (Christ ).... c'était "l'Ancien Testament" que le groupe initial de 12 disciples de YESHOUA HA MASHIAH (Jésus-Christ) à partir de ça ont enseigné .... c'est ce que YESHOUA Lui-même a enseigné et a fortement cité et vénéré ..... c'était à partir de ça que les apôtres ont enseigné le message de l'Evangile. Et, c'est parce que le message de l'Evangile est un message de "l'AT". C'est vrai, l'Évangile au complet est annoncé dans "l'Ancien Testament". YESHOUA n'a pas écrit un nouvel évangile ..... Il a simplement accompli ce qui a été déjà écrit à ce sujet ..... par les écrivains de "l'Ancien Testament".

     

    Torah class (Introduction)

    Écoutez ce que YESHOUA dit dans Jean 5:46-47 ...... Jean 5:46 "Oui, si vous adhériez à Moshè, vous adhéreriez à moi aussi : oui, c'est de moi qu'il a écrit. 47 « Mais si vous n'adhérez pas à ses écrits, comment adhérerez-vous à mes paroles ? »

     

    Dire  "si vous adhériez à Moshè (Moïse)" était juste une manière commune de parler à cette époque .... c'était un idiome (expression) .....  Cela signifie « si tu crois la Torah » car Moïse, la Loi, et la Torah étaient tous des termes interchangeables chez peuple juif. Mais le fait est que YESHOUA a dit : "IL (Moïse) A ECRIT DE MOI". Encore plus, le Mashiah (Christ) expliquait que si nous ne croyons pas, ou même le fait de ne pas SAVOIR, ce que Moïse a écrit .... et c'était Moïse qui a écrit la Torah ...... comment pourrions-nous comprendre ce que YESHOUA a dit ?!

     

    "L'Ancien Testament" et la Torah que nous allons étudier, sont pleines de références à la venue du Messie et les principes spirituels qu'il apportera à leur plus haut niveau de signification. Je vais souligner ce point que nous allons rencontrer, et les relier.
    Note JYH: C'est justement par refus de connaître le "Tanakh" et surtout la "Torah" que les "pagano-christianismes" sont incapables de comprendre leur propre "NT".
    Comment pourrait-ils avoir accès à la notion de "nouveau sacerdoce" (Yéshoua devenu "Grand Souverain Sacrificateur" dans les lieux célestes) s'ils ne connaissent pas l'ancien sacerdoce lévitique et la Torah (Loi-Enseignement) qui lui est associée ?!
    C'est pour cela qu'ils confondent "nouveau sacerdoce" avec un "nouveau testament"... sans fondement !

     

    Aujourd'hui, alors que "l'Ancien Testament" est le fondement du "NT", la Torah est le fondement de toute la Bible. Même quelqu'un qui n'a jamais étudié la Bible est conscient que la Genèse est l'histoire des débuts d'ELOHIM créant le monde. Comment pouvons-nous commencer à étudier quoi que ce soit, et encore moins essayer de comprendre Dieu-Elohim, si nous ne commençons pas par le commencement ? Et c'est exactement ce que nous allons faire dans cette classe de Torah.

     

    Maintenant, permettez-moi de mettre en place quelques règles de base. Autrement dit, la base sur laquelle notre étude de la Torah se poursuivra. Tout d'abord, je ne suis pas ici pour convaincre qui que ce soit à propos de la vérité de l'Ecriture Sainte. Bien que les chercheurs soient les bienvenus , ce n'est pas une classe de chercheurs à laquelle nous tenterons de montrer que la Bible est la Parole de Dieu-Elohim. Nous partons de l'hypothèse que c'est la Parole de Dieu-Elohim et que c'est vrai. Si la Bible n'est pas le cas, alors nous pourrions tout aussi bien plier bagage et rentrer à la maison parce que nous perdons notre temps. Par conséquent, je n'ai pas l'intention de justifier les Saintes Ecritures en offrant des preuves scientifiques au sujet de la création de Dieu-Elohim dans le monde, la science est tout à fait inférieure à Dieu-Elohim. Je ne vais pas expliquer que peut-être une énorme comète gelée a pu apporter toute l'eau nécessaire pour créer les océans. Ou pourquoi la Bible ne mentionne pas précisément les dinosaures*. Ou si la théorie du Big Bang est correcte. En d'autres termes, ce n'est pas un cours sur la théorie de la création. Peut être que j'y toucherai un peu, incorporant quelques faits intéressants, mais seulement à titre d'explication, je ne cherche pas à prouver quoi que ce soit. Dieu-Elohim a tout créé à partir de rien. Il l'a fait exactement comme il voulait et est parfaitement capable de le faire.
    * Il est toutefois intéressant de remarquer que Elohim parle spécifiquement à Job de "behemowth" (très mal traduit par "hippopotame") et de "sa queue semblable à un cèdre ..." !

     

    Il s'agit d'une étude extrêmement approfondie, qui, je vous le promets, mettra au défi vos pensées ...... et construira votre foi.

     

    Troisièmement, je vais lire, la plupart du temps, en dehors de la Bible juive complète. Une raison à cela est qu'il n'y a pas de traduction officielle de la Bible pour toute confession dont je sois au courant. Et, c'est intentionnel. Cette classe n'est pas faite pour enseigner les traditions confessionnelles et les doctrines. Que vous soyez catholique, baptiste, pentecôtiste, méthodiste, luthérien, juif... vous trouverez un terrain d'entente dans la classe Torah. Permettez-moi d'être parfaitement clair que vous n'avez pas à avoir cette même Bible, afin de faire tout aussi bien dans cette classe ...... toute version standard ou d'autorité compétente que vous avez est bonne. Cependant, les mots peuvent être légèrement différents; notamment la plupart des noms de personnes et de lieux dans la Bible, et je vais les lire à partir du nom hébreu d'origine réelle, plutôt que le nom anglais (ou français). Cela peut également sembler légèrement différent de la version complète parce que la Bible juive est prise à partir des textes hébreux originaux. Beaucoup de traductions d'aujourd'hui sont tirées de la version des Septante, qui est une traduction grecque de l'hébreu qui existait plus de 2 siècles avant la naissance du Mashiah (Christ).Si vous préférez me voir après la classe, je vais vous dire comment vous pouvez obtenir la même Bible que celle à partir de laquelle je vais lire. Mais, permettez-moi d'insister, ce n'est absolument pas nécessaire. Cela dit, si vous n'avez pas cette version de la Bible, et pouvez vous permettre les 25 $ pour en obtenir une, je pense que vous trouverez que c est un bon ajout à votre matériel d'étude.
    (Ceci n'est qu'une traduction écrite d'une conférence orale... donc...)

     

    Autre chose à comprendre, c'est que, tout comme de nombreux mots hébreux importants dans les Ecritures n'ont pas un bon équivalent anglais ou français, ils n'ont pas non plus un bon équivalent GREC. Ainsi, lorsque la Bible a été traduite de l'hébreu au grec, puis du grec au latin, puis du latin à l'anglais ou au français, beaucoup de profondeur et de compréhension ont été perdues. Nous allons faire de notre mieux pour essayer de récupérer une partie de cette profondeur.

     

    Trop souvent, "l'Ancien Testament" se présente comme une série d'histoires intéressantes, et il peut être difficile de les mettre ensemble. En fait, "l'Ancien Testament" est tout à fait (mais pas entièrement) dans l'ordre chronologique et, si je peux faire une généralisation, une bonne façon de regarder l'Ancien Testament c'est que Dieu-Elohim Lui-même se présente à nous, mais à travers l'histoire d'Israël. Permettez-moi de le dire, "l'Ancien Testament" est une très bonne leçon d'histoire. C'est l'histoire d'Israël, "tout Israël". C'est aussi l'histoire des Juifs en particulier. Et, cela relève de notre histoire chrétienne, car elle est sortie de la Bible hébraïque, comme la culture et la religion que le christianisme a apportées. Rappelez-vous, le Mashiah (Christ) était un Juif (pas un Grec). Né de parents juifs, élevés dans la "Terre Sainte", Il était un Juif pratiquant dans tous les sens. La plupart des grandes histoires et les événements concernant le Mashiah (Christ) dans le "Nouveau Testament" se sont produits pendant les pèlerinages à Jérusalem requis pour chaque mâle juif, comme demandé par les lois de Moïse. Et, naturellement, Mashiah (Christ) a obéi. Même les quelques mille premiers croyants de YESHOUA comme Seigneur et Sauveur étaient tous juifs.

    Nous devons comprendre que la Torah est d'abord et avant tout, un manuel pour vivre la vie que Dieu-Elohim a destinée à l'humanité . Les Israélites que Moïse a conduit à travers le désert, vers la Terre promise, étaient issus de 4 siècles de vie en Egypte. Ils étaient une cohue qui avait soigneusement choisi les voies de l'Egypte ! En donnant à Moïse la Torah, Dieu-Elohim a expliqué à Israël le début de tout, qui IL était, pourquoi le monde était arrivé au point qui l'avait corrompu, et comment vivre une vie juste. Qu'est-ce qu'une vie juste ? C'est vivre en harmonie avec Elohim. Ces choses n'ont pas changé !!

     La Torah, tout comme l'ensemble de la Bible, est littérale. Elle signifie ce qu'elle dit, et elle dit ce qu'elle veut dire. Mais, laissez-moi vous expliquer ce que signifie "littéralement" lorsqu'il s'agit de la Bible: de même que dans nos propres conversations, parfois nous utilisons les expressions idiomatiques ou des jeux de mots, nous utilisons des paroles que seules les personnes dans notre culture commune peuvent comprendre. J'aime bien l'exemple de « va faire voler un cerf-volant ». Autrement dit, quelqu'un vous demande de faire quelque chose pour lui, et que vous répondez, "va faire voler un cerf-volant". Maintenant, tous les Américains savent ce que cela signifie. Cela signifie, dans son sens le plus élémentaire, « non ». En outre, cela peut signifier que "vous n'avez aucun intérêt du tout à ce qu'il propose" et peut-être même s'interroger sur leur santé mentale. Mais, si je réponds par "va faire voler un cerf-volant" à un Français ou un Brésilien, ils seront plutôt perplexe avec la réponse. Cela n'a aucun sens pour eux. C'est la même chose avec beaucoup de mots hébreux et phrases bibliques. Ils portaient un sens parfaitement clair à un moment donné, mais pour nos oreilles du 21e siècle, parfois, ils ne correspondent pas.

     

    Torah class (Introduction)

    Donc, "littérale" ne signifie pas nécessairement « mot à mot ». Si nous avons pris "faire voler un cerf-volant" mot-à-mot, nous serions en difficulté. Littéral, signifie donc la signification littérale destinée dans le contexte de la culture où il a été créé. Et, dans le cas de la Bible, la culture était l'hébreu, et que la culture a changé et a évolué considérablement au cours des 1500 ans, depuis les écrits de la Bible. C'est-à-dire, la culture hébraïque à l'époque d'Abraham ne ressemblait en rien à la culture hébraïque de l'époque de Moïse, et ne ressemblait en rien à la culture hébraïque de l'époque du Mashiah (Christ). Le plus souvent, le sens littéral de la Bible est la Parole "mot pour mot". Le truc, c'est qu'il faut comprendre la culture hébraïque dans les différentes époques de la Bible pour comprendre ce qui est communiqué. Et, bien sûr, il y a une certaine quantité de symbolisme dans la Bible. Et, il y a la poésie, et il y a l'histoire simple, et il y a des paraboles, et plusieurs autres dispositifs littéraires aussi. Mais, le symbolisme est généralement assez facile à identifier. Voici ce que je veux dire: le christianisme païen moderne a eu tendance à traiter en grande partie, comme une dure réalité à comprendre, certaines parties de "l'Ancien Testament" comme des déclarations allégoriques, alors qu'en fait elles ne sont pas une allégorie. Il y a un peu d'allégorie dans "l'Ancien Testament", mais très peu, et je le ferai savoir quand nous arriverons à travers elle. De manière générale, le problème a été une incompréhension totale de ce qui a été dit, en raison de la réticence à rechercher et étudier l'ancienne culture hébraïque. Au contraire, il y a eu une tentative pas très subtile au fil des siècles à tordre et tourner la Bible en quelque chose qui est d'accord avec une doctrine préconçue confessionnelle. Nous n'allons pas le faire ici.

     

    Une autre chose à propos de la lettre. Plusieurs phrases de la Bible sont à la fois littérales et symboliques. C'est qu'elles veulent dire exactement ce qu'elles disent, et à un autre niveau, elles sont également symboliques de quelque chose de plus grand que lui-même. Vous trouverez également assez impénétrable la « dualité » se produisant avec la prophétie biblique, parce que de nombreuses prophéties se produisent, et puis se reproduiront ENCORE ! Plutôt que de passer par des exemples, je vais essayer d'en souligner certaines pour vous, au fur et à mesure que nous progresserons. 

     

    Classe Torah ne répondra pas à toutes vos questions au sujet de Dieu-Elohim. Il y a de nombreuses questions dans la Bible qui sont tout simplement laissées à durée indéterminée. Certaines questions ne sont pas traitées du tout, et d'autres sont incomplètes. Un bon exemple est l'œuvre de l'Esprit Saint ...... en hébreu, Ruach Hakodesh. . Le Saint-Esprit est mentionné d'un ton neutre un certain nombre de fois dans l'Ancien Testament, mais il y a très peu d'informations à propos de celui qui est donné. Une grande partie de ce que nous croyons savoir de l'Esprit Saint sont des hypothèses d'hommes, les conclusions étant tirées de ce peu d'information biblique qui existe sur ce sujet. C'est ce que j'appelle la doctrine. Je choisis de laisser ces mystères demeurer un mystère. Oh, parfois nous allons spéculer ...... mais ça sera présenté comme de la spéculation ou une opinion, pas une vérité absolue. Parfois, ces spéculations seront sous la forme de ce que les grands sages hébreux de l'antiquité pensaient en particulier du sujet ..... en fait, je vais intégrer ce genre d'information sur bon nombre d’occasions, ça expliquera comment l'esprit hébreu fonctionnait durant cette époque.

     

    Rendez-vous la semaine prochaine, quand nous allons commencer par la Genèse 1:1.

     

    SHALOM

     

    JYH
    29/10/2012
    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)

     

     

    « Etude de "Genèse" (Béréshiyth): Introduction14 Juillet ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter