• Ma méditation... de la semaine.

    Ma méditation du jour (24 janvier)

                            "chai", "la vie", pictogramme de "l'agneau".

     

     If you want to stay in the same place you have always been, keep living your life as you always have. But, if you want to live hand in hand with the Most High, you're going to have to do something... it's going to cost you something... you're going to have to be holy. 

     

    Si vous voulez rester à la même place que celle où vous avez toujours été, continuez à vivre votre vie comme vous l'avez toujours fait.

    Mais si vous voulez vivre main dans la main avec le "Plus Haut", vous allez avoir à faire quelque chose... cela va vous coûter quelque chose... vous allez devoir devenir saint !

    - Jim Staley -

    -------

    Semaine du 24/2 au 02/3:

    "Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra–t–on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes." (Mat 5:13)

    "Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun." (Col 4:6)

     

    Depuis l'invention du sucre (saccharose) et sa diffusion comme produit de grande consommation courante (au point que le steack de chez MacDo est maintenant aussi sucré que le Coca qui va avec !), le "christianisme" en a profité pour sucrer au maximum tous les enseignements bibliques qui étaient pourtant bien salés au départ.

    Le sel a perdu sa saveur !... et n'est surtout plus "à la mode" !

    Le pire, c'est que le "chrétien" moyen voudrait lui redonner sa saveur avec de la guimauve et qu'il voudrait que toute "parole" soit "assaisonnée de la douceur mielleuse qui est la seule agréable pour... les "enfants" du monde !

    C'est tant pis !... car c'est Elohim Lui-même qui "envoie une puissance d'égarement" (bien sucrée) pour "qu'ils croient au mensonge" parce qu'ils n'ont pas eu "l'Amour-agapê de la Vérité (bien salé) pour être sauvés". (2 Th 2:10-12)

    Que les quelques "enfants de lumière" rescapés et qui aiment le sel ne désespèrent pas... car la fin de la grande anesthésie sucrée est proche !

     

    JYH

    Ma méditation... de la semaine.

     

     

    -------

    Semaine précédente:

    Y a-t-il en ce moment une partie de votre vie (travail, santé, amitiés, éducation, etc) qui n'a pas "la vie" en elle ?

    S'il y a n'importe quelle partie de vous-même qui a besoin de victoire, si vous voulez sortir du trou dans lequel vous êtes tombés, si vous voulez aller plus avant dans votre marche avec Elohim... alors je vous encourage à faire une simple chose: abandonnez cette part !

     

     

    - Jim Staley -

    -------

    Semaine dernière:

    "Voici, bénissez l'Éternel, vous, tous les serviteurs de l'Éternel, qui vous tenez durant les nuits dans la maison de l'Éternel ! " (Psaume 134:1)

    Esclave, serviteur, travailleur, et Adorateur...

    La notion d'esclavage autorisée par la Torah était tout à fait différente de celle des systèmes cruels des grecs et des romains.

    En fait, la langue hébraïque ne fait pas de distinction entre esclave, serviteur, travailleur ou adorateur . Le mot pour l'ensemble de ceux-ci est eved (pluriel - Avadim ).

    "Voici, bénissez l'Éternel, vous, tous les serviteurs de l'Éternel, qui vous tenez durant les nuits dans la maison de l'Éternel ! " (Psaume 134:1)

    Eved n'a aucune connotation de honte et partage effectivement la même racine que le verbe travailler ou servir ( avad ).

    Dans les Ecritures, le travail bénévole n'est pas une conséquence de la chute. 

    Même dans le jardin d'Eden, Elohim a mis Adam au travail ( l'avdah ) pour maintenir ( l'shamrah ) le jardin. (Genèse 2:15)

    Moïse a utilisé ce même mot «travail» lorsque Elohim ordonna à Pharaon: « Laisse aller mon peuple, pour qu'ils me servent [ avad] dans le désert... (Exode 7:16)

    De même, le nom hébreu avodah , qui est lié au verbe avad , signifie travail, service, culte et ministère , sachez que ces idées sont reliées entre elles en hébreu.

    "Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l'oeuvre [ avodah ] du Seigneur, sachant que votre travail n'est pas vain dans le Seigneur" (1 Corinthiens 15:58)

     

    Ma méditation... de la semaine.

     

    -------

    9 février: 

    Les barrières de sécurité de la Torah, les Instructions des Ecritures, sont ce qui nous garde sur la voie de telle sorte que nous pouvons nous lancer sur l'autoroute de la vie.

    Ma méditation du jour (8 février)

     

    -------

    "Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur." (Mat 10:24)

    Yeshoua a dit: Allez par tout le monde et faites des disciples. Ce n'est pas que les ministères et les ouvriers ne soient pas importants, en effet ils le sont.
    Mais quelle est la priorité ? Est-ce qu'un homme ou une femme peuvent vraiment être un ministre ou un ouvrier du Royaume s'ils ne sont pas d’abord un disciple ? Bien sûr que non.

     

    Ils peuvent travailler d’eux-mêmes jusqu’à la mort et être toujours dans la chair, faire beaucoup de miracles au nom de Yeshoua et ne pas Le connaitre du tout.

     

    D'après Chip Brogden

    -------

    7 février:

    "Et mon Elohim pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Yeshoua Ha Mashiah (Jésus le Christ)." (Phil 4:19)

     

     L'homme a besoin de plus que la guérison du corps ou la paix de l'âme. Il a besoin de recevoir la Vie dans son esprit, son homme intérieur. Pour habiter dans l'Elohim Vivant, on doit vivre dans l'esprit.
    Cette présence de la Vie dans l'homme intérieur est absolument nécessaire. Nous avons besoin de plus qu'être touché par Elohim; nous devons avoir Elohim Lui-même.

     

    Il y a une énorme différence entre recevoir une bénédiction et recevoir Celui qui bénit; entre être touché et recevoir Celui qui touche; entre la guérison et le Guérisseur; entre la rédemption et le Rédempteur; entre le salut et le Sauveur.  Le premier tient à ce que Elohim a ou peut faire, alors que le deuxième tient à Elohim Lui-même.

     

    D'après Chip Brogden

     

    -------

    6 février:

    "Aussi voulions-nous aller vers vous, du moins moi Paul, une et même deux fois ; mais Satan nous en a empêchés."  (1 Th 2:18)

    Si nous  attendons patiemment devant le Seigneur, alors Il nous fera connaitre Sa volonté. Presque toutes les erreurs peuvent être corrigées, sauf la présomption et la témérité.   

    La chair est toujours dans l'urgence, nous devons donc commencer à assimiler «agir à la hâte» avec « agir dans la chair. » Sur mille actes présomptueux, neuf cent quatre-vingt-neuf d'entre eux relèvent de  la chair.  

    Nous voulons un soulagement instantané, des réponses instantanées, et des résultats immédiats, mais Elohim veut  que nous ralentissions, restions calmes, restions tranquilles, et que nous sachions qu'Il est Elohim. Il veut que nous appréhendions Sa pensée , que nous nous attendions à Son Esprit, et que nous soyons familiers avec Ses voies.

     

    D'après Chip Brogden

    -------

    5 février: 

    "La foi du Fils de Elohim" (Gal 2:20 et Apoc 14:12).

     

    La foi est surtout entravée par ce que nous appelons "notre foi," et nos luttes stériles pour obtenir  une foi qui n'est qu'un faux semblant et qui essaye  désespérément de  faire confiance à YHWH notre Elohim, ce qui fait toujours avorter Ses immenses promesses glorieuses.

     

    La vérité est que la seule foi qui est égale aux promesses extraordinaires de Elohim et aux  besoins incommensurables de notre vie, c’est la foi qui vient de Elohim Lui-même, la foi authentique qu'Il insufflera dans le cœur qui s'attend à Lui pour être notre puissance de croire,  notre puissance d'aimer, d’obéir, ou d’exécuter toute action de la Nouvelle Vie.

     

    "Ayez la foi de Elohim," est Son grand commandement. "Je vis par la foi du Fils de Elohim" est le témoignage victorieux de celui qui a prouvé que c’est vrai.

    Seigneur, enseigne-moi à avoir la foi du Fils de Elohim.

     

     D'après A.B. Simpson
       

     

    -------

    4 février:

    "Il partit sans savoir où il allait.» (Hébreux 11:8).

     

     C'est la foi sans la vue. Lorsque nous pouvons voir, ce n'est pas de la foi mais du raisonnement. En traversant l'Atlantique, nous avons observé ce principe même de la foi. Nous n'avons vu aucun chemin  sur la mer, ni vu aucun rivage. Et pourtant, jour après jour nous marquions notre chemin sur la carte aussi exactement que si nous suivions une grande ligne de craie sur la mer;  et quand nous sommes arrivés à 30 kilomètres de la terre, nous savions où nous étions, aussi exactement que si nous l’avions vue à trois kilomètres devant nous.

     

     Comment avions-nous mesuré et marqué notre parcours? Jour après jour notre capitaine avait pris ses instruments, et levant les yeux vers le ciel, il avait fixé son chemin d’après le soleil. Il naviguait par les lumières célestes, et non par les lumières terrestres. Ainsi la foi lève les yeux et navigue par le grand soleil de Elohim, ne regardant pas à un rivage ou à un phare terrestre.

     

     Souvent Ses pas semblent nous mener dans l'incertitude totale, et même dans l'obscurité et la catastrophe. Mais IL ouvre la chemin, et Il fait souvent des heures de minuit les portes mêmes du jour. Avançons en ce jour, sans savoir , mais en Lui faisant confiance.

     

    D'après A.B. Simpson (qui vivait au XIXème siècle)

    -------

    3 février:

    Chaque printemps, à la renaissance de la nature, le peuple juif fête Chavou’ot et se réjouit par des manifestations d’allégresse pour le magnifique cadeau de D.ieu : matan haTorah, le don de la Torah. Chavou’ot est l’anniversaire de la naissance du peuple juif en tant que nation. C’est une fête de joie. Pourtant, sait-on combien cet événement a été douloureux et grave, et même terrifiant ? Il a comme été enfanté dans la douleur, et il a fallu un homme tel que Moïse pour éviter au peuple juif d’être détruit, suite à la colère de Dieu.

     

    Exode 19:18 « Le mont Sinaï était entièrement enveloppé de fumée car l’Eternel était descendu là au milieu du feu, et la fumée s’élevait comme celle d’une fournaise. Toute la montagne était secouée d’un violent tremblement de terre ».

     

    Réalisons-nous la puissance de cet événement ? A fortiori, comprenons-nous ce que sera la venue du Messie-Roi sur la terre, quand nous voyons la Bible parler de « la vengeance de D.ieu », de la colère de l’Eternel devant se déverser sur les nations… Craignons l’Eternel, et humilions-nous sous Sa main puissante.

     

     

    G. FRUHINSHOLZ  (Juin 2012)

     

    -------

    2 février:

    "Priez sans cesse" (1 Th 5:17)

    Dans la vie de prière, il est important de prendre l'habitude d'apporter toutes choses à Elohim, à chaque instant, à mesure qu'elles surviennent dans notre vie. Cela peut devenir une habitude par une attention répétée et constante, jusqu'à ce que ce qui est d'abord un acte de volonté, devienne une seconde nature spontanée.

    Si nous regardons nos vies, nous verrons que Elohim répond aux choses que nous Lui remettons dans la prière par une bénédiction spéciale, mais Il permet souvent que les meilleures choses que nous ne Lui avons pas remises soient sans effet, simplement pour nous rappeler l'importance de notre dépendance à tous égards envers Lui.

     Ainsi, doucement, Il nous amène dans Sa grâce à nous souvenir de Lui et nous tenir si près de Lui que nous ne pouvons pas sortir, même l'espace d'une seule minute, de Ses bras qui soutiennent tout. "En toutes choses... faites connaître vos requêtes à Elohim".

     

    D'après A.B. Simpson

    -------

    1 février:

    " Persécutés, mais non abandonnés » (2 Cor. 4:9).

     

    Comment Elohim a-t-il pu accomplir le miracle de la mer Rouge ? En enfermant Son peuple de tous côtés, de sorte qu'il ne pouvait s’en sortir que par une intervention divine. Les Egyptiens étaient derrière eux, la mer était en face d'eux, les montagnes les entouraient de chaque côté. Il n’y avait pas d’échappatoire, excepté d'en haut.


    On peut toujours sortir par le haut. Nos difficultés ne sont que des défis de Elohim, et souvent, Il les rend si difficiles, que nous devons soit être engloutis par elles , soit les surmonter par le haut.


    Dans un tel moment, s’il y a un élément divin, il fait ressortir les plus hautes possibilités de la foi et nous sommes poussés dans l’urgence même vers le meilleur de YHWH notre Elohim.


    Bien-aimés, c’est l'heure de Elohim. Si vous vous levez pour y faire face, vous obtiendrez une telle provision de Lui que vous ne serez jamais de nouveau dans les extrémités, ou si vous y êtes, vous ne les appellerez plus des extrémités mais des possibilités, et comme Jacob, vous sortirez de cette nuit-là à Peniel, n'étant plus Jacob, mais le victorieux Israël. Apportons Lui notre besoin et mettons Le à l’épreuve.

     

    D'après A.B. Simpson

     

    -------

    31 janvier: 

     « Je fais une chose... » (Phil. 3 : 13). 

    Un des employés favoris de Satan est "l'aiguilleur". Il n'aime rien de mieux que d'envoyer sur une voie de garage l'un des trains express de Elohim, envoyé sur quelque mission bénie et rempli par le feu d'un but sacré.

    Quelque chose va arriver sur le chemin de l'âme sérieuse, pour attirer son attention et occuper sa force et sa pensée. Parfois, c'est un peu d'irritation et de provocation. Parfois, c'est un grief mesquin auquel nous nous arrêtons pour le poursuivre ou le régler. Parfois nous nous impliquons dans les affaires de quelqu'un d'autre, dans lesquelles nous nous sentons tenus d'intervenir, et avant de le réaliser, nous sommes absorbés dans un lot de soucis et de centres d'intérêts gênants qui nous détournent complètement de l'objectif important de notre vie.

    Peut-être ne faisons-nous rien de mal, mais nous avons raté notre correspondance. Nous avons quitté la voie principale.

    Abandonnons toutes ces choses. Laissons les griefs aller et venir, et allons de l'avant de façon constante et irrésistible, en s'écriant, alors que nous nous hâtons vers l'objectif: "je fais une chose" !

     

     D'après A.B. Simpson

    -------

    30 janvier:

    "Je connais un homme en Christ.." (2 Cor 12:2)

     

     C'est une grande délivrance que de s'oublier soi-même. Il n'y a pas de plus lourd boulet que d'être contraint de porter la conscience de soi. C'est si facile  d'être centré sur soi et de tout faire tourner autour de soi, dans notre conscience spirituelle.

    Il n'y a rien qui soit si facile que de se fixer sur notre misère; il n'y a rien qui ne soit plus apte à nous centrer sur nous que la souffrance, jusqu'à ce qu'elle devienne presque une habitude et de s'accrocher constamment à notre fardeau, de le porter sans cesse dans la prière, devant la face d'Elohim, jusqu'à ce que  notre prière même soit saturée avec notre propre misère, au lieu de demander la puissance de nous abandonner complètement, de nous remettre entre Ses mains aimantes et de réaliser que nous sommes libres, puis nous élever dans la liberté bénie de Ses pensées et de Sa volonté les plus élevées, de Son soin et de Son Amour pour les autres.

     

     L'acte même de nous abandonner nous-mêmes nous élève vraiment sur un plan plus élevé, et nous soulage de la chose qui fait mal. Cette habitude de la prière pour les autres apporte sa propre récompense, et laisse dans nos coeurs une bénédiction comme la fécondité des dépôts du Nil sur le sol de l'Egypte.

     

    D'après A.B. Simpson

     

    -------

    29 janvier:

     "éprouvez-moi par ce moyen dit l'Eternel des armées". (Malachie 3:10)

     

    Nous avons entendu un jour un homme tout simple dire quelque chose que nous n'avons jamais oublié.

    "Quand Elohim vous teste, c'est un bon moment pour vous pour Le tester en mettant Ses promesses à l'épreuve, et Lui réclamer tout ce qui est nécessaire dans vos épreuves".

     

    Il y a deux façons de sortir d'une épreuve. La première consiste à simplement essayer de se débarrasser de l'épreuve, et d'être reconnaissant quand elle est terminée.

    L'autre consiste à considérer l'épreuve comme un défi venant de Elohim pour obtenir une bénédiction plus grande que nous n'ayons jamais eue, et de la saluer avec joie comme étant une opportunité d'obtenir une plus grande mesure  de la grâce d'en haut.

    Ainsi, même l'adversaire devient un auxiliaire, et les choses qui semblent être contre nous s'avèrent être pour l'avancement de notre marche. Assurément, c'est cela que d'être "plus que vainqueur par Celui qui nous a aimés." (Rom 8:37)

     

     D'après A.B. Simpson

     

    -------

    28 janvier:

    Protection contre la colère à venir:

     "Rentrez en vous–mêmes, examinez–vous, Nation sans pudeur,Avant que le décret s’exécute Et que ce jour passe comme la balle, Avant que la colère ardente de l’Eternel fonde sur vous, Avant que le jour de la colère de l’Eternel fonde sur vous !" (Sophonie 2:1,2)

     Tout au long du Tanakh (Bible hébraïque), les prophètes annoncent le jugement qui viendra sur la Terre. Le sang de l'agneau est la seule chose assez puissante pour nous protéger de la colère à venir d'Elohim.

    Elohim est miséricordieux et ne désire même pas qu'une seule personne périsse.

    Par conséquent, Il a donné à chacun d'entre nous la possibilité de placer le sang de l'agneau, par la foi, sur les poteaux et les linteaux de nos coeurs. Nous faisons cela en recevant l'expiation de YESHOUA pour nos péchés.
     

    YESHOUA est de retour, non pas comme le doux agneau du sacrifice, mais comme le puissant lion de Yehudah (Juda), pour exécuter le jugement sur les peuples de la Terre, en particulier sur les ennemis d'Israël.


     

    Ma méditation du jour (28 janvier)

     

     Fin de la série d'après "Petite Arkange".

    -------

    27 janvier:

    Pâque (Pessah): l'histoire de la rédemption:

    "Cette lunaison est pour vous, tête des lunaisons, la première pour vous des lunaisons de l'année". (Exode 12:2, Chouraqui)

    La Pâque est si importante que Elohim a ordonné qu'elle soit spirituellement le début de l'année.
    Tout notre sens du temps est compté à partir de ce moment de liberté, la Pâque, le jour où Elohim est passé au-dessus de nous, et nous avons été sauvés de Sa colère.

    C'est pourquoi chaque année pendant la Pâque nous racontons cette belle histoire de rédemption au Seder (repas) de Pessah. Il s'agit d'un outil pédagogique puissant par lequel nous donnons notre Foi en un Elohim puissant et miséricordieux à la génération suivante. (Exode 12:26)

    Alors que la plupart des juifs célèbrent la Pâque chaque année, pour beaucoup d'autres, il s'agit simplement d'une trdition familiale ou un rituel religieux.

    Comme la plupart des croyants Gentils (Goïm ou païens), les Juifs aussi ont besoin d'une compréhension plus profonde de la Pâque, en particulier à propos du sang de l'Agneau.



     

    Ma méditation du jour (27 janvier)

     

     

     

    -------

    26 janvier:

    La protection du sang de l'alliance:

    "Et ce sera une grande vocifération dans toute la terre de Misraïm, telle qu'il n'en fut pas et telle qu'il ne s'en ajoutera pas". (Exode 11:6, Chouraqui)

    Quand l'ange de la mort est passé sur l'Egypte, un grand cri de deuil a été entendu dans tout le pays.

    Mais partout où le sang avait été appliqué sur les linteaux des portes dans l'obéissance à Elohim, c'était calme et tranquille.

    En face de tant de destructions, certains trouvent qu'il est difficile de concilier l'Amour de Dieu-Elohim pour tous les hommes comme on le voit dans la B'rit Hadashah ("nouveau testament") avec le jugement de Dieu-Elohim sur le péché comme on le voit dans la Torah.

    Mais Elohim n'a pas simplement supprimé les Egyptiens. Avant chaque plaie, Il les avertissait et leur a donné le temps et l'occasion de se repentir.

    Dans le même temps, Il a mis l'égide de Son revêtement protecteur sur ceux qui ont choisi d'être dans une relation d'alliance avec LUI.

    Non seulement les Israëlites ont été sauvés, mais aussi les Egyptiens qui craignaient Elohim et qui sont allés dans une maison avec le sang de l'agneau sur les linteaux de la porte ont été également sauvés.

    Toutes les personnes, et pas seulement les enfants d'Israël, sont invitées à entrer dans cette alliance privilégiée avec YHWH, l'Elohim des Israëlites, par le sang du Messie juif, YESHOUA.


     

    Ma méditation du jour (26 janvier)

     

     -------

    25 janvier:

    Les résultats de la dureté du coeur:

    Que nos propres coeurs soient comme de l'argile molle dans les mains du potier. Puissions-nous, tout un chacun, chercher à marcher dans l'humilité, de tenir compte de la réprimande et de recevoir la correction appropriée.

     "Moshè vient avec Aarôn vers Pharaon. Ils lui disent: "Ainsi dit IHVH–Adonaï, l'Elohîms des ‘Ibrîm: Jusqu'à quand refuseras–tu de répondre, face à moi? Renvoie mon peuple, qu'ils me servent." (Exode 10:3, Chouraqui)

    Notre propre dureté de coeur a des ramifications non seulement dans notre propre vie, mais aussi sur nos proches et dans notre vie professionnelle.

    Par son attitude, Pharaon a invité la destruction sur lui-même, sa famille, et toute l'Egypte, simplement à cause de la dureté de son coeur. Il a refusé de s'humilier ou de tenir compte de l'avertissement des dix plaies.

    "Un homme qui mérite d’être repris, et qui raidit le cou, Sera brisé subitement et sans remède." (Proverbes 29:1)

     

    Ma méditation du jour (25 janvier)

     

     

     -------

    24 janvier:

    Quand le sang a été mis sur les poteaux et les linteaux en Egypte, il a formé la lettre "chet" en hébreu, qui, comme un pictogramme, peut signifier "la séparation", "barrière", ou "mur".

    En association avec la lettre hébraïque "Yad", qui, comme un pictogramme signifie "la main", représentant la puissance d'Elohim, il forme le mot "chai", ce qui signifie "vie". "Chai" est lié au mot hébreu "chaim", ce qui signifie "la vie" (ou "les vies").

    L'ange de la mort est passé au-dessus de ces lieux d'habitation où le sang avait été appliqué sur les linteaux, de sorte qu'ils ont survécu, tout comme ceux qui mettront le sang de L'AGNEAU sur leurs linteaux seront sauvés, semblables aux Israëlites et aux Egyptiens qui furent sauvés de la mort et de la destruction par le sang de l'agneau d'Elohim, YESHOUA, qui est mort sur le "poteau d'exécution" à Pâque (Pessah) et ressuscité trois jours après. (1 Pierre 1:19)

    "Yeish co'ah b'damo shel haseh" !

    (Il y a une puissance dans le sang de l'agneau  !)

     

     A suivre...

     Via "P.A."

    -------

    23 janvier:

    La plaie finale: Décès du premier-né (Jugement)

     "Le sang sera pour vous en signe sur les maisons où vous êtes. Je verrai le sang et je sauterai au-dessus de vous. Il ne sera pas contre vous le fléau destructeur quand je frapperai la terre de Misraïm". (Exode 12:13, Chouraqui)

    La paracha de cette semaine comprend l'histoire de la première Pessah (Pâque juive), environ -3500 ans.


    La Pâque est l'un des évènements les plus importants dans la Torah: c'est le salut physique d'Israël par le sang de l'agneau.

    Elle a une signification pour tous les croyants, Juifs ou Gentils, car elle préfigure notre salut spirituel par le sang expiatoire de l'Agneau de Elohim, Yeshoua Ha Mashiah ("Jésus" le Messie).

    Ce fléau final de la mort des premiers-nés d'Egypte était nécessaire pour Moïse afin de préparer le peuple d'Israël pour que Elohim puisse faire une distinction entre les Egyptiens et les Israëlites. (Exode 11:7)

    Elohim a commandé à Israël de tuer un agneau et de placer son sang sur les poteaux (mezuzot) de leurs lieux d'habitation.

     

    A suivre...


     

    Ma méditation du jour (23 janvier)

     D'après "P.A."

     -------

    22 janvier:

     

    La plaie de l'obscurité (suite)

    "Faites tout sans murmures ni contestations, afin d'être sans reproche et sans mélange, enfants d'Elohim, sans faute, au sein d'une génération tortueuse et pervertie, où vous brillez comme des lumières dans l'Univers". (Philippiens 2:14,15)

    Si nous voulons que la lumière soit dans nos maisons et nos familles, alors nous devons nous détourner de la haine et marcher dans l'Amour (agapê). Nous devons cesser de maudire, rechercher des fautes et argumenter, et ainsi commenceront les bénédictions.

    "Celui qui dit être dans la lumière tout en haïssant son frère est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux." (1 Jean 2:9-11)

     

    -------

    21 janvier:

    La plaie de l'obscurité:

     

     "YHWH-Adonaï dit à Moshé (Moïse): Tends ta main sur les ciels, c'est la ténèbre sur la terre de Misraïm, la ténèbre se palpe". (Exode 10:21, Chouraqui)

    Lorsque Pharaon a refusé de laisser partir les Israëlites et de les laisser quitter l'Egypte avec leur bétail, Elohim a envoyé la neuvième plaie, l'obscurité.

    Avec ce fléau, Elohim ("Dieu") a rétabli sa suprématie sur le dieu soleil des égyptiens.

    Bien que les égyptiens aient été plongés dans l'obscurité totale, les Israëlites, eux, apprécièrent la limière dans leurs habitations dans le pays de Gosen.

    De même, Yeshoua ("Jésus")  est venu pour donner la liberté aux prisonniers des ténèbres, qu'ils soient Juifs ou Gentils.

    "Ainsi dit YHWH–Adonaï: Au temps du vouloir, je te réponds; au jour du salut, je t'aide, je te forme, je te donne pour pacte–peuple, pour édifier la terre, pour posséder les possessions désolées;
    pour dire aux captifs: «Sortez»; à celui qui est dans la ténèbre: «Découvrez–vous.» Ils pâtureront sur les routes, avec, dans tous les escarpements, leurs pâturages." (Esaïe 49:8,9. Chouraqui)


    D'après "P.A."

    -------

    20 janvier:

    La tentation du compromis (suite)

    Nous devons prendre cette même attitude avec l'ennemi de nos âmes et refuser tout compromis. Nous devons être déterminés à vivre pleinement et entièrement dans le Royaume de YHWH, dans la Lumière, et de ne rien laisser dans le royaume des ténèbres !

    C'est seulement sans compromis que l'on peut espérer servir YHWH de tout notre cœur.

    Tout comme Moïse avait ordonné à Pharaon de libérer les Israélites, YESHOUA dit à l'ennemi de nos âmes, "Laisse aller mon peuple !"

    Elohim nous a libérés du pharaon de ce monde -de l'esclavage du péché, afin que nous puissions devenir esclaves de la justice.

    Et quelle liberté il est ! L'ennemi n'a aucun pouvoir sur ceux qui servent YESHOUA et sont esclaves de la justice.

    " Libérés de la faute, vous êtes asservis à la justice." (Romains 6:18)

    -------

    19 janvier:

    La tentation du compromis 

    «N'est-ce pas, allez donc, les braves, et servez YHWH-Adonaï : oui, c'est ce que vous demandez"! Il les expulse loin des faces de Pharaon." (Exode 10:11)

    Elohim a cherché à libérer les enfants d'Israël de l'Egypte pour un seul but, pour qu'ils le servent.

    Mais Pharaon a essayé d'obtenir de Moïse que celui ci fasse des compromis avec ELOHIM en lui disant que seuls les hommes pouvaient aller dans le désert pour adorer le Seigneur. 

    Donc, Elohim a apporté la huitième plaie sur l'Egypte.

    Après que Elohim ait envoyé les sauterelles, Pharaon permit à la fois aux hommes et aux femmes de quitter l'Egypte et d'adorer le Seigneur, mais il ne leur permit pas de prendre leur bétail.

    Moïse ne fit pas de compromis. Il a dit à Pharaon: "Notre cheptel ira aussi avec nous, pas un sabot ne restera. Oui, nous en prendrons pour servir YHWH-Adonaï, notre Elohîm. Nous, nous ne savons pas comment nous servirons YHWH-Adonaï, jusqu'à notre venue là-bas" (Exode 10:26)

    N'acceptons aucun compromis !

    A suivre...

     

    D'après "Petite Arkange".

    -------

    18 janvier:

    "C'est Elohim qui produit en vous... » (Phil. 2:13).

     

    Elohim n'a pas deux chemins pour chacun d'entre nous, mais un seul; pas deux choses à faire pour nous, entre lesquelles nous pouvons choisir , mais un choix qui est le meilleur et le plus élevé. C’est une chose bénie que de trouver et accomplir la volonté parfaite de Elohim. C’est une chose bénie d'avoir notre vie tracée et notre travail de disciple ajusté au plan de notre Elohim.

     

    Beaucoup de force spirituelle est dépensée dans un gaspillage d'efforts dispersés, des tentatives indéfinies  et inconstantes à faire le bien. Il y a suffisamment  de force spirituelle et financière dans les mains et les cœurs des disiples consacrés pour hâter la venue du Mashiah, pour l'évangélisation du monde en une génération, si elle était seulement sagement dirigée et utilisée selon le plan de Elohim.


    Yeshoua a établi un plan précis de travail pour Son Église, et IL s’attend à ce que nous le comprenions, et que nous y travaillions ; et alors que nous saisissons  Sa pensée, et que docilement et loyalement nous l’accomplissons, nous  travaillerons pour ce but, et nous Lui plairons beaucoup mieux que par notre inconscience, par notre insouciance, et nos tentatives aveugles pour mener à bien nos idées, en demandant au Père de bénir notre travail.

     

    D'après A.B. Simpson

    -------

    17 janvier:

    « afin que vous discerniez quelle est la volonté de Elohim, ce qui est bon, agréable et parfait. (Rom. 12:2). »

     


    Dans le  moteur d’un train à vapeur, l’eau peut être dans trois états différents:

    Premièrement, la chaudière peut être remplie avec de l'eau propre et claire .

    Deuxièmement, la chaudière peut être non seulement remplie, mais l'eau peut être chaude, très chaude, assez chaude pour vous ébouillanter, presque bouillante.

    Troisièmement, elle peut être tout simplement un degré plus chaude et au point d'ébullition, donnant de suite sa vapeur, des nuages ​​de vapeur d'eau, exerçant ainsi une pression entraînant le puissant piston qui fait tourner les roues et propulse le  train à travers le pays.


    Il y a donc trois sortes de "chrétiens" (ou se réclamant du "christianisme"). Les premiers que nous appellerons les "chrétiens" d'eau froide, ou, peut-être mieux, les chrétiens d'eau potable... ce sont en fait les "chrétiens" qui baignent dans une "religion dénominationnelle" morte.

    Deuxièmement, il y a des "chrétiens" d'eau chaude. Ils sont presque au point d'ébullition, ils ont fait un compromis entre les "religions d'hommes" et la "relation avec le Père".

    Un degré de plus, et nous arrivons à la troisième classe de "chrétiens" qui sont en fait "disciples de Yeshoua", les chrétiens d’eau bouillante. La différence est très faible, il suffit d’une réserve  en moins, d’abandonner un «si» ou un "mais", d’éliminer une seule réticence, et pourtant cela fait toute la différence dans le monde. Ce seul degré de différence change le moteur en une force motrice, non pas une chose à regarder, mais une chose qui avance... vers la Vie éternelle qui consiste à "connaître le seul vrai Elohim et Celui qu'Il a envoyé Yeshoua Ha Mashiah". (Jean 17:3)

     

     Revu et corrigé, d'après A.B. Simpson 

    -------

    16 janvier:

    "Comme vous avez reçu Yeshoua Ha Mashiah, marchez en Lui» (Col.2:6).

     

     Il est beaucoup plus facile de garder le feu allumé que de le rallumer après qu'il soit éteint. Demeurons donc en Lui.

     

    Chez les Grecs anciens, le feu sacré ne devait jamais s’éteindre, de même, dans un sens plus élevé, gardons la flamme céleste incandescente sur l'autel de nos cœurs. Il faut un effort beaucoup moins grand pour entretenir une bonne habitude que de la former. Une vraie habitude  spirituelle une fois formée devient une tendance spontanée de notre être, et nous grandissons dans la liberté délicieuse en la suivant. « C’est pourquoi, laissant les principes de base de la doctrine du Mashiah, allons vers la perfection, ne posant pas de nouveau le fondement de la repentance des oeuvres mortes, et de la foi envers Elohim."


    Toute habitude spirituelle commence avec de la difficulté, de l’effort et de la vigilance, mais si seulement nous voulons la laisser s’établir profondément, elle deviendra un canal à travers lequel les courants de la vie couleront avec spontanéité et dans la liberté divine.

     

    D'après A.B. Simpson

    -------

    15 janvier:

    "Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde." (Jean 17:14)


    Quand on nous demande de revêtir le Nouvel Homme, on est placé face à quelque chose de radical, quelque chose qui, en raison de Qui Il est, doit avoir pour résultat de bouleverser l'ordre naturel  et terrestre des choses. C'est un grand chamboulement. Pourquoi? Parce que ce Nouvel Homme est Totalement Autre. Ce Nouvel Homme est du Ciel. Ce Nouvel Homme est Esprit.
    Ce Nouvel Homme est étranger à ce monde.

    Et lorsque nous nous revêtons de CE Nouvel Homme, nous serons mis à l'écart de ce monde et mis à part pour quelque chose de plus grand que ce nous avons pu comprendre avec notre pensée,  quelque chose en dehors de la chair et du sang, quelque chose que nous appelons « Esprit et Vie ».

    Chip Brogden

    -------

    14 janvier: 

    «Demandez et il vous sera donné» (Matth. 7 :7).

     

    Nous devons recevoir, aussi bien que demander. Nous devons nous tenir dans une attitude de confiance et y demeurer.


    Un ami avait cherché intensément la bénédiction mais il ne l’avait pas reçue.. Yeshoua a dit: «Demandez et vous recevrez." La grande tension retient la bénédiction. La tension intense de toute votre nature spirituelle peut être un tel lien que vous n'êtes pas ouverts pour recevoir la bénédiction que Elohim désire vous donner. « que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut prenne gratuitement de l’eau de la vie. »

     

      D'après A.B. Simpson
       

     

    Jours précédents: http://jyhamon.eklablog.com/ma-meditation-du-jour-13-janvier-a62550251
    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)

     

    « L'Esprit de Dieu (Elohim) ou le Saint Esprit (2ème partie)2 FOIS 5 COMMANDEMENTS ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,